Le chemin du temps


Découvrez un univers dévasté par la guerre où des monstres vous menacent. Incarnez votre personnage préféré ou créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de mal...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Partenaires  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William Knightley
Personnage non validéPersonnage non validé
avatar
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 0
MessageSujet: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Novembre 23rd 2010, 8:53 pm

Cette journée-là, William avait bien des choses à faire. Oui, vraiment. Y avait-il, de toute façon, une journée où il n'avait rien à faire? J'en doute. Malgré son jeune âge, notre adolescent était toujours très occupé. En fait, on aurait pu croire qu'à cette période de la vie, les enfants restaient accrochés aux jupes de leur mère, cachés derrière les gros bras de leur père, tout en essayant d'apprendre à voler un peu d'eux-même. d'ailleurs, avec un nom pareil, on aurait plutôt cru qu'il serait quelque part dans un pays anglais, plutôt qu'au Japon pour une résidence permanente. enfin bon, les circonstances qui avaient poussé ce gamin, même pas encore dans le seuil de la puberté, à quitter son pays restaient mystérieuses pour la plupart des gens, notamment pour sa propre famille, assez réduite en fait. Il y avait déjà longtemps qu'il ne comptait plus sur elle. Depuis le décès de sa tante, et feu sa tutrice, William n'accordait plus aucune importance à son frère et sa soeur, allant son petit bout de chemin seul. Toute son enfance, ce petit garçon avait été choyé, dorloté, adoré. Élevé dans une famille de musiciens, il avait même fait un début de carrière assez prometteur avant de se retirer pour des raisons bien évidentes: ses parents étaient morts. Il y avait de quoi bouleverser la vie d'un enfant, mais William y survécu sans trop de dommages, il n'avait jamais été le type de garçon à vraiment porter de l'importance à sa famille. Bien sûr, il "aimait" ses parents, mais il n'avait jamais ressenti de dépendance envers eux. Malgré leur encadrement, leur amour, cette perte n'Était pas significative. Surtout qu'il changeait de maison pour aller vivre chez sa tante, la soeur de sa mère, qui elle-même raffolait de lui. Le gros tournant de l'histoire se passa plus tard, au décès de sa tutrice... ou plutôt, après son meurtre. Crime perpétré par les mains de sa petite soeur chérie; Élizabeth. Là, ce fut réellement marquant... Quoique, la suite des évènements restera à jamais gravée dans sa mémoire, contrairement à sa découverte de l'homidice. L'annonce de la mort de sa favorite fut un choc. La revoir hanter ses nuits, avec un air démoniaque qu'elle n'avait jamais eu s'était révélé un réel traumatisme. Ce qui a coupé finalement les ponts entre lui et les derniers membres de son sang, c'est qu'ils l'aient mis à l'asile pour soigner ses hallucinations. Pourtant, il avait bel et bien vu sa soeur. Même qu'il avait reçu l'aide d'une yôkai pour l'aider à la maîtriser. L'enfermer même. Quoique cette prison n'était pas très étanche puisqu'il lui arrivait de s'échapper, de se sauver dans son dos sans qu'il ne puisse rien y faire. enfin, Nezumi veillait toujours pour lui. Pratique d'Avoir une domestique vouée corps et âme à son service. Surtout quand celle-ci est du même niveau que Nezumi, dite Miss Adrianna dans la maison. Oh, notre gamin avait bien des ressources. Autant à ce niveau que du côté financier. Justement, à l'aide de cette Miss Adrianna, il avait monté sa propre compagnie, se rendant complètement indépendant de son frère aîné ainsi que de sa soeur. Je n'entrerai pas dans les détails et n'expliquerai pas comment il a pu quitter l'Angleterre comme ça, sans difficultés. Disons simplement que l'argent a beaucoup de pouvoir. Plus t'es riche, plus t'es puissant. Et ça, il l'Était vachement, riche.

Ce qui nous mène à aujourd'hui, une journée assez morose. En effet, les doux rayons de l'astre lumineux du jour n'avaient pas cru bon de se manifester ce jour-là. Rien de très gai ne s'annonçait pour cette journée, pourtant, William Knightley semblait assez heureux, enfin, ceux qui le connaissaient auraient cru le voir heureux, mais c'était assez difficle à dire venant de sa part. sES joies et peines étaient méconnue, il ne montrait jamais qu'un visage vide d'expression, sans chaleur, complètement dénué de sentiment. On ne le voyait que très rarement sourire, jamais pleurer. L'expression qui se manifestait le plus fréquemment chez lui était celle de la colère, et encore. Il vivait toujours celle-ci dans un mutisme et chargeait Nezumi de punir les mécréants qui avaient osé ternir son humeur. Ainsi donc, l'air plus gai du jeune maître faisait naître une petite ambiance de bonne humeur parmi les domestiques en dépit du mauvais temps. Il y avait peut-être même des raisons d'espérer qu'il ferait une bonne affaire, il avait revêtu ses plus beaux habits. Ou parmi ceux-ci. Le jeune maître avait une large collection de vêtements habillés. Enfin, quand il portait son costume bleu et son haut de forme, c'était que quelques bonnes nouvelles risquaient de faire le jour ou encore qu'il tentait une bonne affaire. Bien qu'il se montrât toujours froid et distant, parfois cruel, les serviteurs appréciaient de beaucoup leur jeune employeur. Sûrement pour l'argent qu'ils empochaient à la fin du mois, ou encore, parce qu'il leur avait tendu la main. Difficle à savoir en fait...

-Adrianna, mes bottes.

Sans dire un mot, la femme, si on pouvait la considérer ainsi au vu de sa nature, se pencha et chaussa de ses hautes bottines lacées son maître actuel. Peut-être qu'elle n'aimait pas le servir, mais c'Était assez dur de le savoir et aussi, ses pensées me sont inconnues, je suis plutôt une spécialiste de William. Une fois que ses deux pieds furent chaussés, il se leva, faisant claquer ses talons contre le carrelage. Curieusement, il avait toujours aimé entendre les claquements des chaussures sur le sol. Drôle d'affection, mais bon. On a tous des goûts différents et heuseuement. Il se dirigea vers la petite table du hall où avait été déposé son haut de forme, sous les soins de Nezumi. Il le déposa sur sa tête et attrapa sa canne, posée dans le récipient créé à cet intention.

-As-tu fait avancé la voiture comme je te l'ai demandé?
-Oui, Sire.

William jetta un dernier coup d'oeil dans la glace; parfait. Rien ne venait faire tache dans son apparence, c'était en plein ce qu'il lui fallait. En parfaite domestique, Miss Adrianna lui ouvrit la porte et sortit à sa suite. La longue voiture noire, parce que le noir c'est classe et que ça fait riche, attendait en bas des marches de la maison. Plus vite que l'éclair, avant même qu'il n'ait quitté le palier de la porte, Nezumi était déjà là-bas, prête à ouvrir la portière quand il serait à son niveau. Que de service efficace pour un si jeune garçon. Que voulez-vous, c'est ça avoir tout plein d'argent et faire ce qu'on veut avec celui-ci. D'ailleurs, dans ce cas-ci, les gages étaient beaucoup plus précieux et valuables qu'un simple chèque de plusieurs centaines livres. Eh oui, malgré qu'il n'habitât plus en Angleterre, il continuait de payer ses employés en livres. Il laissait le soin à ceux-ci de les transformer en monnaie courante japonaise; il n'avait pas à se donner ce trouble pour de simple serviteurs. N'était-ce pas leur travail que de le servir et travailler à le rendre... comment dire, encore mieux dans sa position qu'il ne l'Était déjà?

En voiture, il s'occupa à lire un magazine portant sur l'argent, regardant la Bourse avec attention. Il était toujours bon de se tenir au courant de ces choses-là. C'était toujours utile. Et autrement, ça ne pouvait pas nuire. d'un autre côté, c'Était assez ennuyant de passer le trajet seul à ne rien faire. Pensiez-vous qu'il laisserait sa domestique avoir une discussion avec lui? Aucunement. Miss Adrianna avait le devoir de l'accompagner et de se taire à moins qu'il ne lui adresse la parole. Ce qu'il faisait rarement à part pour lui donner des ordres ou autre du genre. Oh bien sûr, comme elle était... hm.... dois-je vous le dire ou pas? Gardons plutôt le secret. Sachez simplement qu'il arrivait qu'ils aient des discussions hors de la gestion de la vie domestique. Toutefois, il n'y avait rien à discuter ce matin-là. Enfin, pas tout de suite. Il ne restait donc plus qu'à cette dame de rester silencieuse et veiller à ce que le jeune maître arrive à bon port. Bon, ensuite, évidemment, il faudrait vite revenir le chercher après son appel. eh oui, William n'avait pas cette qualité que d'être patient.

-Je veux que tu te dépêche de venir passer me prendre quand je t'appellerai. J'ai une journée assez chargée, je n'ai pas le temps d'Attendre.

Ele se leva et laissa passer son maître avant d'aller lui ouvrir la port du café qu'elle avait sélectionné à sa demande. En le voyant, William claqua la langue, agacé. Elle l'avait fait exprès. Ces démons... Ils devaient toujours trouver le moyen de nuire à leurs contracteurs. Il aurait dû lui préciser qu'il voulait un endroit calme et sobre. Pas un café rempli de maid en costume. Il aurait l'air ridicule... Enfin, il trouverait bien un moyen de lui faire payer. Ce n'Était pas toujours facile de punir un démon, mais avec un peu d'imagination, ça se faisait ET de l'imagination, William n'en manquait pas. Il trouverait bien le moyen de se venger, d,ailleurs, il ne vivait que pour ça, prendre sa revenge sur ceux qui osait bafouer son honneur. Il alla s'assoier à une table complètement au fond, un peu isolée des autres, fortement ennuyé. Il jeta un coup d'oeil à sa jolie montre de poche. Il était cinq minutes d'avance. Pourvu que la personne qu'il alalit rencontrer ne soit pasen retard. Il ne pouvait supporter le manque de ponctualité. Une serveuse vint prendre sa commande. Il emanda sèchement un thé, ajoutant mille et une recommandations; William Knightley ne buvait pas de n'importe quel thé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Novembre 27th 2010, 6:13 pm

« Je vais voir ma mère »

Voilà la réponse que la jeune femme donnerait si on lui avait posé la question aujourd'hui. Voir sa mère... Qui aurait crut qu'un jour celle-ci dirait ça ? Cela faisait le même effet pour Midoriko, ça faisait encore étrange de dire qu'elle partait voir sa mère. Disons que les rapports qu'elle entretenait avec sa mère adoptive n'étaient pas ce que l'on pouvait nommer d'idéal en fait ils étaient même inexistant, et aujourd'hui cela ne s'arrangerait pas puisqu'elle est morte et ce n'était certainement pas la jeune demoiselle qui allait courir au cimetière pleurer ou simplement se recueillir sur la tombe de cette femme... Et même si cette femme pouvait être encore en vie, cela faisait un moment que la jeune femme ne la considérait plus comme sa mère, en fait depuis le jour où elle avait appris qu'elle avait été adoptée. Quoiqu'il en soit, je ne pense pas que même si entre temps elles se seraient revue, cela aurait franchement déranger sa mère adoptive de savoir que cette fille ne la considérait plus comme une mère, car après tout peut-on vraiment dire que cette femme avait considéré cette jeune personne comme son propre enfant ? Je ne penses pas, surtout lorsque celle-ci vous dit qu'elle vous a toujours trouvé bizarre, surtout lorsque celle-ci étant tout le temps en train de vous crier dessus sans véritable raison... Enfin bref de toute façon ce n'était pas d'elle qu'elle parlait en ce moment. Non aujourd'hui il s'agissait de sa vraie mère, sa mère biologique. Cette femme qu'elle venait de retrouver depuis quelques semaines environs après 18 années de séparations... C'était bizarre la vie n'empêche, cette année Midoriko avait rencontré un tas de monde en l'espace de si peu de temps, alors qu'avant elle ne voyait personne ou presque et là, par je ne sais trop quel miracle, il n'y avait pas un jour où elle pouvait souffler, il n'y avait aucun moment où elle pouvait juste rester assise sans rien faire ou tout simplement s'ennuyer. Et tout ça à cause de ce démon qui l'avait fait passer dans ce puits étrange du domaine Higurashi... Dire qu'elle n'avait rien demandé, elle n'avait jamais demandé à être la réincarnation d'une grande prêtresse au destin tragique et se retrouver nez-à-nez avec des youkai plus ou moins puissants, ou tout simplement de simple humains ou hanyo. Il est vrai que cela avait certains bon côté si on y réfléchit bien. Sa vie était loin d'être ordinaire, et très peu de monde peut se venter de cela. Qui sait ce que l'avenir lui réserve ? Quelles personnes particulières allait-elle rencontrer plus tard ? Ça personne ne le sait... Donc aujourd'hui la jeune femme avait envie de voir une de ces fameuses personnes qu'elle venait de rencontrer, ainsi elle avait décidée qu'il s'agirait de sa mère. Après tout elle ignorait un tas de choses à son sujet, beaucoup de questions restaient en suspend dans sa tête et curieuse comme elle est, la jeune femme voulait en savoir d'avantage. Mais bon peut-on vraiment dire que c'est à cause de sa curiosité ? Pas vraiment car je pense qu'après tout c'est typique des enfants adoptés, un jour ou l'autre ils finissent tous ou presque tous à vouloir en savoir plus sur leurs passé, connaître leurs origines etc etc. Alors pourquoi n'en serait-il pas de même pour Midoriko ? En plus de cela, sa mère ne lui avait pas encore parlé de son père, comment est-ce que cela se faisait ? Il est vrai que même la jeune demoiselle n'avait même pas pensé à aborder le sujet, retrouver sa mère c'était déjà beaucoup pour elle, et avec tout ce que celle-ci lui avait déjà raconté ça lui est complètement sortie de la tête. Mais cela ne voulait pourtant pas dire qu'elle ne voulait pas savoir, bien au contraire, elle se demandait où celui-ci pouvait bien être... Est-ce qu'il était parti travailler lorsqu'elle a rencontré sa mère pour la première fois ? Ou bien ils ne vivaient tout simplement plus ensemble ? Disons que c'était des questions qu'elle était bien en droit de se poser, et qu'elle avait parfaitement le droit de savoir. Bien sûr après cela ne devait pas toujours être évident de revenir sur certains sujets, ça elle l'ignore, et puis à force qui dit que cela ne la saouleras pas que sa fille vienne uniquement la voir pour poser des questions sur son passé et rien de plus ? Vous me direz il faut bien commencer quelque part, mais bon parfois il est mieux d'apprendre soit même les choses ou de les apprendre un peu plus tard. Il faudrait même que je vous dise que c'était bien la première fois qu'elle ne savait pas quoi dire à quelqu'un. Vous y croyez-vous à ça ? Franchement qui aurait bien pût croire cela d'elle ? Elle qui avait toujours un mot, une remarque quelconque à faire, la voici qui reste la bouche cloué face à sa mère, quelle ironie. Mais que je vous rassure, celle-ci n'avait rien d'effrayant, elle n'intimidait pas du tout sa fille, elle ne savait juste pas quoi dire, après tout elle ne la connaissait pas. Enfin bref, la jeune femme était partie tôt le matin afin de quitter le monde féodale et aller dans le monde moderne avec le temps elle avait trouvé des raccourcit pour s'y rendre beaucoup plus rapidement qu'avant, pourquoi partir si tôt ? Et bien parce que de tout façon on s'ennuyait à mourir là bas, alors autant allez voir de bonne heure ce qui se passe de l'autre côté. Ho mais je vous assure, la vie ici commençait même a devenir routinière, entrainements, détruire tout ce qui bouge ou ce qui est sur votre chemin, et blablabla c'était toujours la même chose à force cela devenait fort lassant... Et puisque cela faisait un petit moment qu'elle n'était pas partie prendre des nouvelles de Tokyo et toutes les "merveilleuses choses" qui se passait dans cette ville, après tout pourquoi pas ?!

Donc rapidement arrivée dans la forêt d’Inuyasha, la jeune femme sauta dans le puits dévoreur d’os, et fut emportée par cette même lumière bleutée avant d’arriver dans la Chapelle de Shinto des Higurashi… En parlant de cette famille, c’était assez étrange de constater qu’elle n’avait jamais vue celle-ci jusqu’à présent, cela faisait des mois et des mois qu’elle passait dans le coin, alors vous n’allez pas me dire qu’elle avait toujours de la chance de ne jamais tomber sur eux ? Tout en sachant qu’elle n’était pas la seule à venir dans leur domaine, ils ne trouvaient donc pas cela suspect de voir passer tout ces gens ? C’est assez étrange non ? Laisseriez-vous de parfaits étranger s’introduire chez vous sans rien dire ? Bon certes, cette famille possédait un temple donc il est normal qu’il y est des visiteurs, mais la chapelle était assez éloignée de celui-ci alors, les aller et venues des personnes devaient être tout de même perceptible non ? Alors où sont donc ces propriétaires ? Il y avait une certaine rumeur comme quoi la jeune femme Kagome était morte, oui Midoriko en avait vaguement entendue parler, était-ce pour cela qu’on ne les voyait jamais ? Etaient-ils partis ? C’était fort probable après tout mais quoiqu’il en soit même avant la mort de celle-ci la maison et tout ce qu’il y avait dans les environs de celle-ci semblait toujours vide… C’était la première fois que la jeune demoiselle y prêtait une quelconque attention… Non pas que la mort de cette fille l’attristait car après tout elle n’en avait rien à faire de celle-ci surtout d’après certaines rumeurs qui circulaient dans le monde féodal, comme quoi elle était la réincarnation d’une Miko qu’elle avait d’ailleurs récemment rencontré… Hum Kikyô si je me souviens bien et qu’en plus de cela elle avait un peu trop pris la grosse tête si je peux dire, enfin Mido n’avait jamais réellement prêté une attention particulière à cette histoire tout simplement parce que cette fameuse Kagome n’en valait vraiment pas la peine d’en faire tout un plat… Quoique d’après certains « on dit » il parait que c’est à cause de cette petite idiote que la perle aurait éclatée en millier de morceaux… Bon sang elle aurait bien voulue lui régler son compte à cette c*nne, mais bon puisque c’était impossible elle avait plus l’intention de détruire la tombe de cette jeune femme, car celle-ci était devenue une statue… Ce qui était complètement étrange étant donné que la seule façon de finir ainsi est d’avoir le pouvoir de purifier les âmes des « mauvais esprits » et seule Midoriko avait ce pouvoir, en ayant appris cela ça ne l’avait guère enchantée et elle voulait voir ça de près, il devait y avoir autre chose derrière. En toute modestie, il fallait vraiment être une très puissante Miko pour faire cela, et jusqu’à preuve du contraire cette gamine n’en était pas une… Elle était peut-être très forte certes mais ça s’arrêtait là.

Enfin bref pourquoi parler des morts inutiles ? La jeune femme avait observé les environs du domaine quelques instants afin de s’assurer qu’il n’y avait personnes dans les parages, comme elle le faisait à chaque fois qu’elle venait ici, disons que c’était une habitude qu’elle avait pris. Et comme toujours il n’y avait personne, donc aucun problème. Enfin tranquillement elle se dirigea vers la station de métro la plus près pour se rendre dans les quartiers résidentiels puisque c’était dans l’un d’entre eux que sa mère vivait… Après une trentaine de minutes de trajets plutôt calme pour cette journée, celle-ci arriva donc dans cette petite banlieue un peu plus éloignée de Tokyo… Quel temps triste aujourd’hui, il n’y avait pas un seul rayon de soleil et le ciel était si couvert, s’il ne pleuvait pas de la journée cela serait très surprenant, mais pour une fois c’était du temps de saison… La jeune femme marcha d’un pas rapide mais calme celle-ci passa devant un parc qui était plutôt déjà bien fréquentés par toute sortes de personne pour une heure aussi tôt de la journée, disons que les personnes âgées aimait bien sortir nourrir les canards ou les oiseaux, ainsi que quelques enfants qui s’amusaient au ballon… Bref après avoir traversé presque la moitié de ces quartiers, Midoriko arriva enfin dans la rue de sa génitrice… Celle-ci était assez calme, en fait il n’y avait personne dehors mise à part les quelques voitures en stationnement, on ne pouvait pas dire si cette rue n’était pas déserte quelques fois… La jeune demoiselle entra dans la petite allée pour se rendre jusque la porte d’entrée avant de frapper à celle-ci. Attendant que sa mère daigne venir lui ouvrir, celle-ci remarqua qu’il semblait y avoir de l’animation dans la maison, on aurait dit qu’il y avait une voix d’une enfant, une petite fille plus précisément, mais de l’extérieur on ne comprenait pas ce qu’elle disait… Sa mère aurait-elle de la visite ? Ou alors celle-ci était devenue nounou ou quelque chose de ce genre peut-être. Bref la dame mis au moins un bon 5 minutes avant de venir lui ouvrir la porte, et sa réaction fut tout à fait étrange, en effet celle-ci ne la laissa même pas entrer, elle disait qu’elle avait un contretemps qu’elle était vraiment débordée et qu’elle ne pouvait pas se voir aujourd’hui et même pendant un petit moment… Hein ? Quoi ? Ça n’allait pas recommencer quand même ? Elle n’allait pas faire comme son idiote de mère adoptive ? Sans donner plus d’explications, celle-ci lui ferma presque littéralement la porte au nez…

- Charmant….

Disait Midoriko en soupirant… Enfin tant pis pour elle, elle n’allait pas remettre les pieds ici de si tôt ! Rah je vous jure les parents des fois, elle aurait pût la prévenir plus tôt au moins non ? Oh et puis tant pis, Midoriko n’allait pas perdre plus de temps à rester là planter sur le pas de la porte, celle-ci haussa les épaules et fit demi-tour. Elle rebroussa chemin tout en se demandant qui pouvait bien être cette voix de gamine, mais elle ne se posa pas plus de questions, disons qu’elle n’en avait pas envie. La jeune demoiselle, se dirigea de nouveau vers le métro pour se rendre dans le centre-ville de Tokyo, tant qu’on est là autant rentrer chez soi… Mais chez-elle ? Où est-ce que c’était ? Ses parents adoptifs n’étaient plus de ce monde depuis un moment, Est-ce qu’elle aurait décidé d’aller vivre dans son ancienne maison ? Et bien pas tout à fait, il se trouve qu’il y avait pas mal de choses qui avaient changé depuis. Si vous n’êtes pas encore au courant de se qui s’est passé ces derniers mois, je vais vous expliquer. En fait les parents adoptifs de la jeune fille s’étaient enfin décider à prévenir de la disparition de leur enfant, et comme ils se faisaient toujours passer pour des honnêtes gens, toute la presse était au courant et presque tout le pays enfin au moins la ville s’était mise à sa recherche. Et puisqu’il y avait un assassin qui courait les rues, vous vous doutez bien que la panique était monté d’un cran depuis son apparition, les rumeurs allaient d’ailleurs de bon train… Certaines personnes disaient que c’était ce fameux « Messager de la Mort » qui l’avait enlevé, bien que celui-ci n’avait jamais agit de cette façon, alors plusieurs théories ont vue le jour comme quoi celui-ci avait décidé de changer de tactique pour effrayer encore plus la population… Complètement ridicule n’est-ce pas ? Si seulement tous savaient la vérité, ils tomberaient de bien haut. Mais voilà le plans de ses soit disant parents n’avaient pas fonctionné comme prévu, et n’arrivant pas à mettre la main sur la jeune demoiselle, avec l’aide d’un policier corrompue, les évènements ont grandement changés et celle-ci est passé de « personne disparue » à et bien plus rien du tout, la Police cessa les recherches, plus personnes n’avaient d’espoirs pour la retrouver, l’assassin fou avait certainement dût la tuer, et c’est ainsi que la jeune Midoriko Tsubasa fut déclaré officiellement décédé. Magnifique n’est-ce pas ? Dire que celle-ci était toujours en vie. Et je ne préfère même pas vous dire comment celle-ci a réagit lorsqu’elle a appris cela…. C’est ainsi que Hoshiko Mari, la mère biologique de Mido entre en scène, celle-ci en l’espace de quelques minutes venait d’apprendre qu’après 18 longues années de disparition sa fille était belle et bien vivante, et j’insiste sur le « était » puisque malheureusement comme tout le monde celle-ci a appris la « mort » de sa fille par la presse, c’est d’ailleurs elle qui tua les parents adoptifs de son enfant leur en voulant clairement de ne pas avoir été capable de prendre soin et de protéger sa fille. Bref après le décès de ceux-ci, peu de temps après elle découvrit que sa fille n’était pas morte… Et donc elle avait bien mis celle-ci dans la galère, quoique ce ne fût pas totalement de sa faute… Donc, celle-ci se doutait bien que Mimi n’avait pas du tout l’intention de partir vivre avec sa mère, ce qui est tout à fait compréhensible vue qu’elles ne se connaissent pas vraiment et en plus de cela, à cet âge tout les enfants aiment avoir leur indépendance… Alors celle-ci lui offrit un appartement dans le cœur du centre ville de Tokyo, mais je ne vous donnerais pas de détail sur la localisation de celui-ci car l’accès y est très restreint et mise à part les quelques proches de la jeune femme, personne ne sait où celui-ci se situe, et personne n’as le droit de pénétrer dans l’immeuble si elle est absente.

Bref après avoir passé un certain temps dans les transports en commun, la jeune demoiselle se retrouva devant ce fameux immeuble, celle-ci pénétra à l’intérieur de celui-ci calmement et emprunta l’ascenseur jusqu’au 20ème étage, et oui c’est assez haut puisqu’elle vit au dernier étage… Enfin quoiqu’il en soit arrivé devant la porte de chez-elle, celle-ci trouva par terre une enveloppe avec son nom et son prénom inscrits dessus… Pff d’ailleurs il faudrait qu’elle pense aussi à changer de nom de famille, disons que de porter le nom de ces deux imbéciles ne la tentait plus du tout, elle allait devoir y songer sérieusement… Entrant chez-elle, la jeune femme ouvrit la lettre et la lit rapidement. Sur celle-ci l’on pouvait voir que quelqu’un la priait poliment de se rendre dans un certain petit café du centre ville afin d’avoir une discussion avec elle…

* Non mais qu’est-ce que c’est encore que cette blague ? *

Midoriko avait beau observer la lettre, celle-ci ne reconnaissait pas du tout l’écriture, de qui est-ce qu’elle pouvait bien provenir ? Avait-elle vraiment envie de le savoir ? En tout cas une personne étrangère à ses connaissances savait où celle-ci vivait, et c’était bien ça le plus étrange qu’un inconnue sache qui elle est et surtout où elle vit alors que tout le monde ici la croit morte, qu’est-ce que c’était encore que cette histoire ? Alala Ne serait-elle donc jamais laissé en paix ?! La jeune femme posa la lettre sur la petite table de son salon et partie se changer, et oui l’époque des robes et des jupes était terminé, il fallait s’habiller plus chaudement à présent. Donc elle enfila un chemisier blanc ainsi qu’un pantalon noir ajouter à cela une longue paire de botte de la même couleur que celui-ci. Tout en remettant bien en place sa longue chevelure brune, la jeune femme retourna dans le salon et s’habilla d’une veste en cuire légère mais pas assez fine pour attraper froid. Elle reprit cette fameuse lettre et quitta son appartement. Curieuse comme pas deux celle-ci n’hésita pas un instant pour se rendre dans l’endroit demandé, voulant voir de quoi il s’agissait. Quand on y repense, heureusement qu’elle était revenue dans le monde moderne, sinon elle n’aurait jamais vue cette lettre. Celle-ci pris donc le chemin inverse, repris l’ascenseur et quitta son immeuble. En lisant la lettre, Mimi avait constaté qu’elle n’était pas trop loin de ce fameux petit café, donc cela ne lui prendrait pas trop de temps pour s’y rendre. La jeune femme déambula rapidement dans les rues, bien sûr avec toutes les bêtises de ses parents adoptifs, celle-ci devait porter des lunettes de soleil pour ne pas trop se faire remarquer, il faudrait aussi qu’elle pense à régler ce second contretemps car porter des lunettes en périodes d’automnes surtout lorsqu’il fait mauvais temps, ce n’est pas tellement discret. Arrivée à l’adresse inscrite sur la lettre, l’on pouvait s’apercevoir qu’il s’agissait d’un Maid Café plutôt original comme endroit. Midoriko endroit calmement dans ses lieux et chercha après cette fameuse personne, comment la reconnaitre vous me direz, ne l’ayant jamais vu avant aujourd’hui ? Et bien, avez-vous donc oublié qu’elle est loin d’être ordinaire ? Bref il serait assez facile pour celle-ci de reconnaitre une aura différente des autres… Après avoir jeté rapidement un œil dans tous les recoins du café, celle-ci se dirigea au fond de celui-ci lorsqu’elle eut repéré la personne en question… En avançant vers cette personne elle regarda sur un mur une horloge qui indiquait qu’elle était pile à l’heure enfin si cette horloge était à la bonne heure bien évidement. Arrivée presque devant l’individu qui était en fait un jeune garçon qui devait avoir une dizaine d’année, celle-ci fut stoppé nette par une Maid vêtue en domestique…


- Bonjour, puis-je prendre votre commande ?
dit-elle…

- Bonjour, j’aimerais m’asseoir avant cela, si vous permettez...

Répliqua Midoriko tout en retirant ses lunettes, c’est alors que la petite serveuse l’observa d’un œil bizarre, mais qu’est-ce qu’elle avait celle-ci ? Mimi ne supportait pas qu’on pose un œil insistant à son égard elle trouvait ça très frustrant, donc elle lui demanda avec le plus de calme possible s’il y avait un problème...

- Ha heu non pardon, c’est juste que votre visage me semble familier…


- Oui et donc ? Est-ce que ça vous donne le droit de me dévisager ainsi ? Vous ne savez pas que c’est très impoli ? Puisque vous ne compter pas me laisser passer, apporter moi donc un café s’il vous plait.

La petite serveuse était confuse et ne répondit pas, et s’éloigna de la jeune femme pour préparer sa commande. Encore une qui pouvait dire adieu à son pourboire … Midoriko soupira intérieurement et se rendit donc devant la table du jeune garçon avant de juste dire :

- Bonjour, j’espère ne pas être trop en retard…

Revenir en haut Aller en bas
William Knightley
Personnage non validéPersonnage non validé
avatar
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 0
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Décembre 11th 2010, 10:25 pm

Quelle genre de personne allait se présenter à sa table, William avait sa réponse toute faite: un homme, des cheveux chatains, passé la vingtaine. En fait, il savait à qui il avait affaire. Disons que c'était assez pratique d'avoir à son "service" une démone qui avait traversé des siècles de vie. Bon, celle-ci n'était pas si vieille quand tout ça s'est passé, à l'époque Sengoku, à peine quelque 200 ans. En fait, il ne se demandait plus quel âge elle avait depuis longtemps. Elle avait toujours refusé de lui répondre, alors il ne faisait que supposer qu'elle était vraiment vieille. Il était impossible de deviner avec l'apparence qu'elle avait, surtout qu'elle semblait pouvoir la modifier à son envie. Il n'avait jamais pu le dire exactement, mais il doutait bien qu'elle avait ce talent particulier. Que de mystère autour de Nezumi-san. Il n'en connaîtrait jamais le quart et pourtant... Il aurait donné tout son argent rien que pour ça. Toutefois, il est des choses qui ne s'achètent pas avec de l'argent. C'était une notion que notre gosse de riche avait du mal à assimiler, mais ça viendrait un jour, tôt ou tard. Ou peut-être pas aussi. Avec ce caractère qu'il avait. Il risquait de finir ses jours en croyant toujours qu'il pouvait agir comme il le voulait, à sa guise, sans contraintes ni rien. D'ailleurs, il le disait souvent, le monde était un échiquier sur lequel il évoluait comme un roi. Peu importait le nombre de victimes qui s'écrouleraient, le nombre de pions abattus, ça ne changeait rien tant et aussi longtempsque la tête du roi restait sur son coup. Bah, la sienne, pas celle du roi adverse. À vrai dire, William était bien peu conscient qu'avec toutes ses manigances, un concurrent viendrait à le détester réellement. Au point de vouloir le tuer et il ne pourrait pas toujours compter sur la présence de Nezumi. Si elle le servait, c'était uniquement parce qu'elle y trouvait intérêt. Rien de plus. Du moment où William ne pourrait plus lui offrir ce qu'elle désirait, il ne compterait plus dans la balance et elle cesserait de s'occuper de lui... Bref, ce jour-là, il comptait bien, à travers l'argent, obtenir un petit service. C'est pourquoi il avait demandé à Miss Adrianna de faire parvenir à la tête d'une.. disons d'une organisation, pour laquelle il y trouvait intérêt. Leurs activités ne l'intéressaient pas en tant que telles, mais ils avaient bel et bien quelque chose qui pourrait lui servir. Comme il avait déjà été piégé, il ne pensait pas que sa "servante" lui ait joué un autre mauvais tour. en même temps, entre lui et elle, elle était la plus informée. CE qui l'enrageait assez je dois dire. Enfin bon, passons.

En attendant la personne à qui il avait donné rendez-vous, il s'occupait tranquillement à siroter son thé, trop infusé d'ailleurs. Quelle surprise... Les humains n'avaient pas un assez bon odorat pour savoir quand le thé avait assez infusé pour être bu. Quel endroit miteux, vraiment... En aucun cas il ne voulait y remettre les pieds. Une visite, c'Était déjà trop. En même temps, il ne pouvait pas se permettre un endroit plus chic. Il lui aurait fallu payer la consommation, probablement. Quoique les hommes sont régulièrement trop fiers pour accepter de se faire payer quelque chose par un autre qu'eux. Alors qu'il tentait de savourer ce moment de répit, dur dans un café à la vocation "vénération du mignon" en train de boire un thé mal apprêté, une jeune fille, pas vraiment sortie encore de l'adolescence. La façon dont elle malmena un peu la serveuse fit sourire légèrement William. Il aimait bien les gens qui ne craignaient pas de critiquer le service et de dire s'ils étaient insatisfaits. Il resta tout de même surpris en la voyant s'asseoir à la même table que lui, s'inquiétant de savoir si elle n'Était pas trop en retard. Il était où Yûri Nako? Ce n'était pas lui qui était à la tête de sa petite troupe? Il lui semblait bien avoir entendu Miss Adrianna parlé de lui come étant le chef. Décidément, celle-ci avait dû avoir un plaisir fou à transformer ses ordres jusqu'à ce qu'ils ne soient plus reconnaissables ou presque. Il grinça intérieurement des dents, se promettant une nouvelle fois de trouver le moyen de faire enrager sa domestique indisciplinée à son tour. Pas question de se laisser faire. En attendant, il devait s'assurer que cette fille était bien de ceux qu'il souhaitait contacter avant d'étaler ses cartes sur la table. Il sortit sa montr de gousset, parce que ça faisait tellement plus richissime d'avoir une montre de gousset, de sa poche et la consultat nonchalemment.


«À peine de quelques minutes mademoiselle. Ce n'est pas important, je viens tout juste d'arriver moi-même.»

Il se tut et prit une gorgée de son thé mal infusé. D'ailleurs, la serveuse qui avait appostrophé sa "compagne de table" arrivait avec sa propre consommation, un café à en juger l'odeur. Il n'avait pas tellement porter attention à ce détail de la conversation plus tôt. Ah, il y songeait, il devrait payer le breuvage de cette femme lorsqu'il partirait. Ce serait manquer de galanterie de ne pas le faire. Enfin, avec le goût de ce qu'on servait là, les prix devaient être modiques et ce n'était pas une tasse de café qui allait le ruiner. Il attendit silencieusement que la maid disparaisse avant de reprendre le fil de la conversation. Il ne désirait pas que des oreilles indiscrètes entendent ce qu'elles n'avaient nul besoin de savoir.

«Je suppose que vous n'avez aucune idée de qui je suis... Mon nom est William Knightley, je suis Anglais. Vous m'excuserez pour cet endroit, j'avais demandé à mon intendante de trouver un endroit tranquille, mais je crois que je n'ai pas été assez précis dans ma demande.»

Il était dans les formalités qu'il se présente. Après tout, elle ne pouvait pas savoir, rien qu'à le voir, qui il était et ç'aurait fort peu poli de proposer anonymement une telle idée. Cela faisait également partie des bonnes bases du début d'une relation, si on pouvait appeler ce qu'il avait en tête ainsi, que de se présenter. Il aurait peut-être dû demander à Miss Adrianna d'intégrer son nom dans la missive. Enfin, elle aurait pu trouver un autre moyen de la ridiculiser. C'en était déjà assez qu'il ait dû s'excuser de se trouver dans une tel endroit. Lui qui détestait courber l'échine devant les autres. C'était tout à fait dégradant et il en perdait de sa crédibilité. Essayer de rester crédible à la tête d'une compagnie, c'est déjà difficile. À seulement douze ans, ça relève presque de l'impossible. Enfin, s'il n'avait pas été si petit et si... absent de masculinité sans être féminin, ç'aurait peut-être mieux passé qu'il soit PDG de sa propre compagnie qui s'étendait déjà dans plus d'une branche. Il y avait bien quelque chose que notre gamin craignait, c'était qu'on ne le prenne pas au sérieux. Surtout ce jour-là. Il devait absolument convaincre la jeune femme d'accepter ce qu'il allait lui proposer. Autrement, ce serait fichu et il y aurait quelqu'un pour connaître une part de ses projets inutilement, ce qui ne l'avantagerait pas du tout et il ne savait pas trop s'il pourraitse débarasser de ces gens au cas où le vent prenait une direction qui ne lui plairait pas. D'après ce qu'il avait entendu, ils possédaient d'occultes pouvoirs et il ne se risquerait pas à en devenir une cible d'essai. Il avait beau faire quelque peu de nécromancie de son côté, c'était plutôt basique et très peu utile en cas de grand danger. En fait, c'était une autre chose pour l'énerver. Il était impuissant. Il ne pouvait rien faire pous s'aider dans les situations difficiles, en combat, il ne pourrait rien contre une autre créature du genre de Nezumi. Contre humain, il avait des chances de survie et de réussite. Contre un monstre, pas beaucoup. C'est pourquoi il avait trouvé d'autres moyens de se défendre que par la force. Jamais il ne tolèrerait de se retrouver face à une situation sans pouvoir réagir.

Il prit une autre gorgé de son thé. Ça l'énervait réellement de boire ce truc rendu trop amer... Le pourboire ne serait pas aussi généreux qu'il aurait pu l'être, pour sûr. Il était si difficile de contenter ce jeune propriétaire... Probablement que la petite serveuse, qui n'avait pourtant pas commis d'impairs à son égard, était tombée sur un très mauvais jour pour aller travailler. Devoir se charger d'un client aussi exigeant... Enfin, comme il avait préalablement déjeuné avant de se rendre au point de rendez-vous, il ne commenderait rien à manger et si elle ne pointait pas le bout de son nez avant d'avoir été appelé, Sire Knightley serait disposé à lui pardonner le goût de son thé trop infusé. Surtout que cela paraissait tellement futile. N'importe qui d'autre ne l'aurait même pas remarqué...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Décembre 13th 2010, 3:01 pm

Quelles genre de choses étaient-elle donc bien venue faire ici ? C'est vrai, qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire dans le monde moderne ? Alors que cet endroit est beaucoup plus ennuyeux que le monde féodal... Au moins de l'autre côté elle pouvait tuer sans se cacher, mais ici, c'était disons un peu plus compliqué. Certes elle pourrait mais à quoi bon si c'est pour le faire de manière discrète et rapide ? A rien du tout... Ce n'était pas du tout le genre de Midoriko de tuer rapidement quelqu'un sauf lorsqu'elle n'avait bien sûr pas le choix alors là évidement elle le faisait... Mais en ce moment elle n'était pas en danger ou je ne sais quoi d'autre, et puis de toute façon peut importe la raison Midoriko aime faire souffrir ses victimes dans une longue agonie et une longue mort, c'est tout, elle avait ses propres raisons et il n'y avait rien de plus à comprendre à cela. Donc que faire ici ? Allez en cours ? Impossible elle est morte, enfin c'est ce que tout le monde pense, dire que ce n'est même pas son idée... Non cette raison minable était celle de ses parents adoptifs qui pour lui pourrir encore plus la vie qu'ils l'avaient déjà fait, ceux-ci se sont mis en tête de la faire croire morte, après avoir peut-être été Kidnappée par un soit disant Messager de la Mort, celui-ci n'avait bien sûr pût que la tuer, puisque personne n'était capable de retrouver la jeune fille en vie, ni même son corps, c'était d'une logique pour tout le monde n'est-ce pas ?! Mais c'est normal que vous ne trouvez pas de corps puisqu'elle n'est pas morte bande de crétins !!!! Midoriko avait certes un fichu caractère, beaucoup de gens auraient bien voulu l'étrangler ces derniers temps, c'est un fait... Mais voilà, ce que tout le monde ignore c'est l'identité de ce fameux Messager de la Mort... Sauf que la jeune femme, elle savait de qui il s'agissait, puisqu'en réalité il s'agissait de Yûri, donc en sachant cela, pensez-vous vraiment que celui-ci allait perdre son temps à la kidnapper, la torturer et la tuer juste pour le plaisir de tuer ? Et bien malgré que ces deux là avaient plutôt eut beaucoup de problèmes à s'entendre, ce n'était pas du tout le genre du bonhomme, même s'il faut l'avouer, il était peut-être parmi l'un des premiers a avoir eut l'envie de la tuer à un moment ou un autre. Enfin quoiqu'il en soit, si vous connaissez Yûu vous savez tout comme moi, qu'il n'était pas du genre à remuer le petit doigt juste pour ça, non s'il avait voulu agir ainsi il n'aurait pas pris la peine de se déplacer et aurait envoyé quelqu'un d'autre à sa place...Ce que j'aurais probablement moi-même fait aussi. Donc venir ici dans ce monde moderne, cela ne servait plus vraiment à rien... Grâce à ses imbéciles de parents elle avait perdue sa vie d'avant, depuis leurs révélations elle n'avait plus trop vraiment l'envie d'y remettre les pieds lorsqu'elle tomba dans le puits pour la première fois... Mais comme on dit il faut bien rentrer un jour ou l'autre chez soi non ? Quoiqu'il en soit après plusieurs tentative, l'on aurait dit que la vie ou le destin peu importe, faisait toujours en sorte qu'elle ne puisse jamais rentrer chez elle. Lors de sa première tentative, celle-ci avait eut un sérieux accident à cause d'une voiture, et mis-à-part se retrouver dans un sordide hôpital où aucun employé de celui-ci n'avait essayer de connaitre son identité, cela ne donnait pas vraiment l'envie de remettre les pieds dans un monde pareil, ce qu'elle fit d'ailleurs assez rapidement puisque après avoir suivit celui qui lui avait sauvé la vie, la jeune femme n'y était pas revenue... Néanmoins, il y un détail assez important pour Midoriko, cela peut vous paraitre impensable et surtout curieux de la part d'une "enfant" mais la jeune demoiselle avait envie de repartir dans ce monde pour étudier, et oui, c'est plutôt rare de nos jours d'entendre ça pour un enfant, mais c'était pourtant bel et bien le cas pour celle-ci... Il faut dire que Midoriko n'avait jamais vraiment détesté l'école mis à part quelques uns de ses professeurs incompétents, mais cela ne l'avait en rien empêcher d'aimer étudier . Il faut dire en effet que Mido était comme ça, elle avait toujours cette soif d'apprendre. Peut importe ce qu'il s'agissait elle voulait juste tout savoir sur le plus de choses possible. Non pas pour être la personne la plus intelligente, mais tout simplement parce qu'elle aimait ça... Après tout il n'y avait rien de mal à cela. Disons que lorsque vous êtes enfant et que vous êtes souvent voir tout le temps seule, il faut bien passer le temps à faire quelque chose, donc c'est ce que celle-ci fit, en se plongeant dans ses livres et apprenant le plus de choses possibles... Et tout cela n'était pas en vain puisqu'elle en plus de cela tout ce qu'elle lisait, elle apprenait et retenait vite, de ce fait, même si elle n'as pas un Q.I aussi élevé qu'Einstein la jeune femme est rapidement devenue très intelligente, ce qui malgré tout n'est pas rien. Mais bref ce n'est pas ça le plus important ici. Comme je le disais donc, il y avait toujours des choses qui l'empêchait de rentrer chez elle, quoique ce n'était vraiment cela qui allait la déranger, bien au contraire. Mais parfois l'on pourrait se demander si ce n'est pas elle, qui inconsciemment ou non provoque cela... Car en effet à chacune de ses tentatives, la jeune femme ne prenait jamais le même chemin pour rentrer chez elle, comment est-ce possible ? Et bien disons qu'habiter dans le centre ville de Tokyo ça aide beaucoup, il y a pleine de routes, chemin ect pour vous menez à un endroit précis, qu'il soit court ou long donc disons juste que Midoriko s'arrangeait toujours pour emprunter le chemin le plus long afin de prendre le plus de temps possible pour ne pas rentrer... Sauf la fois ou elle a appris qu'elle était morte, alors là oui évidement celle-ci s'est bien dépêché de partir là bas le plus vite qu'elle le pouvait... Bien sûr je suppose que tout le monde se demande comment est-ce qu'elle sait que c'est ses parents adoptifs qui sont responsable de cela ? Et bien en fait c'est assez logique et même évident à en arriver à déduire cela lorsque vous voyez les comportement et les réactions de ces deux là face à certains évènements.

En fait pour tout dire, les « parents » de Midoriko réagissaient toujours de manière des plus froide lorsqu'ils apprenaient par exemple le décès d'une personne, pour eux ce n'était pas comme si c'était une chose anormale, ça ne leur faisait aucun effet, un peu comme si vous leur disiez bonjour ou quelque chose de ce genre... Ce qui était vraiment très étrange c'était lorsqu'ils apprenaient la mort d'un ami ou même d'un collègue, ils ne semblaient même pas atteints touché par cela, au contraire certaines fois ils semblaient même satisfait de cette nouvelle... D'ailleurs en y réfléchissant bien, ceux-ci avaient perdus pas mal de collègues et "amis" durant toutes ces années, c'était plutôt bizarre...Ces personnes étaient-elles réellement morte ou n'était-ce qu'une excuses parmi tant d'autre pour quittez la maison quelques jours ? Non ils n'étaient pas aussi idiots pour faire parvenir de faux faire-parts quand même ? Ah moins que si ? Enfin était-ce vraiment ça l'important dans cette situation ? Non pas vraiment, juste le fait est que ces gens n'avaient tout simplement pas de cœur surtout la mère, elle a toujours été si froide et distante avec tout le monde sauf avec son mari bien entendu, lui par contre c'était un peu plus complexe a savoir est-ce qu'il jouait extrêmement bien la comédie ou appréciait-il vraiment cette enfant ? Disons qu'il semblait faire plus d'effort pour se rapprocher d'elle, mais en vain. Ce n'était pas en offrant des cadeaux inutiles qu'il pouvait acheter sa fille ou ne serait-ce qu'un soupçon d'affection de la part de la gamine. Ce n'était pas tout ces objets matérialiste et superficiel qu'elle voulait, mais apparemment il ne le comprenait pas ou il était très maladroit pour agir autrement. Enfin quoiqu'il en soit même s'il avait essayer ou s'il jouait la comédie, Midoriko ne saurait jamais le fin mot de cette histoire puisqu'ils ne sont plus de ce monde à présent. Et vous savez quoi ? Même si pendant longtemps elle les avaient aimés et que petite elle avait fait pas mal d'effort pour tenter d'avoir ne serait-ce qu'un signe d'affection, il va de soit que d'apprendre leur mort ne lui faisait rien, finalement elle était peut-être devenue comme eux à force d'avoir un mauvais exemple... Mais en fait, pas vraiment, parce que même si ce n'est pas vraiment super bien de ressentir ce genre de choses pour les parents qu'ils étaient, Mido était en fait soulagée, soulagée que quelqu'un ait enfin mit un terme à cette longue et pénible torture pour tout vous dire, elle avait même envie de remercier cette personne. C'est d'ailleurs après plusieurs longues recherches sur cette personne inconnue, que celle-ci tomba nez-à-nez sur sa mère. Je veux bien sûr parler de sa mère biologique, celle qui avait disparue de la surface de la terre depuis 18 ans... Bon évidement elle n'avait pas disparue, mais Midoriko n'avait disons pas eut le temps de partir à sa recherche depuis qu'elle avait découvert la vérité sur sa naissance, le voulait-elle vraiment d'ailleurs ? Ça ce n'était pas si sûr que cela... C'est ainsi donc la raison ultime de sa présence aujourd'hui même : voir sa mère... Mais comme par hasard, celle-ci était beaucoup trop occupée à faire je ne sais trop quoi et n'avait pas le temps pour lui parler en ce moment pff les relations mère-fille ne commençaient donc pas très bien... Donc bon tant pis celle-ci n'avait pas insisté et étant attendue dans je ne sais trop quel café étrange celle-ci n'avait pas le temps de se préoccuper de cela. D'autant plus qu'elle avait déjà d'autre préoccupations en tête en ce moment et cela était déjà bien suffisant... Ses frères prenaient déjà beaucoup de place dans son petit crane, alors si l'on devait ajouter un détail sur la mère ce n'était pas finit!

Ses frères... Pff par où commencer ? Et surtout par qui ? Onii~san ou Matsuo ? C'était un peu beaucoup trop de galère à les retrouvez ces deux-là !!! Megumi n'avais pas trop l'air d'aider Midoriko a retrouver Matsuo ou alors elle s'était juste faites de mauvaises idées...Et en ce qui concerne Onii~san les choses étaient bien plus compliquées qu'ils n'y paraissaient, dix année de séparation ce n'était pas rien non plus quand on y pense, elle avait tellement changé, lui aussi probablement mais, comment dire, disons que ses changements de comportement la reboutait un peu, elle avait peut-être pas envie inconsciemment de le retrouver vraiment peur de le décevoir car on ne pouvait pas vraiment dire que Midoriko était dans les valeurs que son grand-frère prônait à l'époque enfin d'après le peu de souvenirs qu'elle avait de lui, c'était la sensation que celle-ci avait en ce moment. Quoiqu'il en soit avec les futurs projets que "l'équipe" avait en tête, la jeune femme ne pouvait pas se permettre de se laisser distraire par quoique ce soit, et pour je ne sait trop quelles raisons, Yûri voulait recruter le plus de membres possible, il préparez certainement un gros coup, mais ce dont il s'agit, cela reste encore un mystère, de toute façon l'on ne peux pas vraiment dire que celui-ci était le genre de personne à dévoiler ses plans à l'avance, sauf dans de très rare cas... Et franchement vous le voyez discuter de ses manigances avec Midoriko ? HAHAHA elle est bien bonne celle-là ! Bien sûr leurs relations étaient moins houleuses que dans le passé, mais ce n'était pas non plus comme si ces deux là étaient devenus les meilleurs amis du monde... C'était tout simplement impossible, ce jour n'arriverais jamais, eux s'entendre à merveille ? Oui ça arrivera quand les poules auront des dents... Et bien quoi ? Il ne faut pas se leurrer non plus, ce n'est pas parce qu'elle s'était plus ou moins assagit avec celui-ci que son mauvais caractère s'était évaporé! Midoriko était toujours aussi cinglé qu'avant, et même pire parfois, c'était toujours une jeune femme colérique qui hurlait pour un oui ou pour un non, toujours aussi méchante, sadique, moqueuse, aimant bien humilier les autres et blablabla j'en passe ! Donc pour faire cours, il fallait donc recruter des gens. Était-ce son travail ? Non pas vraiment, en fait celle-ci s'en moquait un peu ce n'était pas vraiment son problème alors bon, elle n'avait donc aucune raison de prendre la peine de chercher quelqu'un pour le "clan". Mais il fallait bien admettre aussi que si elle tomberait sur quelqu'un qui peut s'avérer intéresser alors peut que oui, elle allait voir ce qu'elle pouvait faire. Mais il va de soit que même si ce n'était pas à elle de faire cela, elle n'allait pas non plus accepter n'importe qui, on avait assez de fous comme ça !!! Midoriko était loin de faire confiance au premier venue, elle était soupçonneuse et avait un bon avantage par rapport aux autres, c'était qu'elle était capable de voir qui jouait la comédie et qui était honnête, donc si quelqu'un essayer de la prendre pour une idiote cela finirait très mal : pour résumer en bain de sang, pour cette fameuse personne, peu importe qui elle était. Après tout c'était tout à fait compréhensible, qui aime bien se faire manipuler ? Personne, à moins d'être masochiste mais bon, ce n'était pas le cas de Midoriko.

Donc la jeune femme arriva calmement devant ce fameux café ou elle avait rendez-vous, avec une personne qui lui était totalement inconnue. En effet, elle avait beau avoir retourné la lettre dans tout les sens, celle-ci ne reconnaissait pas du tout l'écriture. Ce qui était encore plus étrange, c'est que cette personne savait où vivait Midoriko, alors que personne n'est censé le savoir mis à part ses proches, donc vraiment très peu de monde. Et où était-elle arrivée ? Devant un Maid café, et comme par hasard à peine était elle rentré dans celui-ci, à peine avait elle retirer ses lunettes, pour ne pas être reconnue, qu'une de ces petites idiotes de serveuse venait de la regarder de travers !!! Qu'est-ce qu'elle avait celle-ci ? Probablement que c'était la première fois de sa vie qu'elle voyait une personne déclarée morte se tenir face à elle dans son café, félicitation tu viens de rencontrer un fantôme ma fille !!! Bref après cette légère altercation avec cette jeune fille, celle-ci alla s'occuper de sa commande pendant que Midoriko alla s'installer face à un jeune garçon dans une des tables du fond. Après s'être excusé d'un éventuel retard, celui-ci se présenta et s'excusa à son tour pour le lieux où ils avaient rendez-vous... La situation était assez particulière, en effet de nos jours il était bien rare de trouver un enfant aussi polis que l'était ce jeune garçon. Bien évidement comme elle s'en doutait son nom ne lui disait rien, ni même quoique ce soit d'autre. Ce qui fut étonnant également c'est que ce garçon semblait avoir quelqu'un à son service, il avait parlé d'une intendante, celle-ci devait probablement être sa nurse, mais si c'était le cas, pourquoi n'était-elle pas auprès de lui ? Curieux... Donc, enfin c'était à son tour de se présenter après avoir vérifié que la Maid ne reviendrait pas avant un petit moment lui ayant déjà amener sa commande.

- Enchantée de faire ta connaissance, ou votre...


Commença-t-elle, c'était assez complexe à deviner, fallait-il le tutoyer ou le vouvoyer ? Certains jeunes enfants malgré leur plus jeune âge n'appréciait pas vraiment d'être tutoyé qu'en était-il de celui-ci ?

- Mon nom est Midoriko Tsubasa, Il n'y a pas de problème pour le lieux.

Continua-elle...

- Et bien je dois avouer que pour quelqu'un qui vient d'un autre pays, c'est plutôt rare d'avoir une prononciation de notre langue aussi correcte.

Finit-elle en souriant légèrement. La jeune demoiselle fit une pause pour boire quelques gorgées d'un café au gout des plus amers avant de reprendre de nouveau une ultime fois :

- J'avoue être curieuse de cette rencontre, pourquoi m'avoir fait venir ?

Il fallait bien commencer à rentrer dans le vif du sujet, et rien ne servait de continuer dans d'avantages de politesses qui finiraient par devenir inutiles et inappropriées, autant aller droit au but et ne pas tourner autour du pot...


Revenir en haut Aller en bas
William Knightley
Personnage non validéPersonnage non validé
avatar
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 0
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Décembre 22nd 2010, 3:59 pm

La relation entre William et sa domestique était plutôt particulière, comparée à bien d'autres du même type maître à servant. À quelque part, on pouvait avoir cette impression que le dominé dans l'histoire, c'était bel et bien lui, le maître. Alors qu'en temps normal, il devait être supérieur à Nezumi. Le fait était que la jeune dame, plus en apparence qu'en âge en réalité, menait pas le bout du nez ce pauvre gamin, qui sans trop comprendre ce que ça impliquait vraiment, s'était engagé dans un chemin difficile et dangereux. En connaissez vous des masses qui frayent avec des démons à cet âge-là? J'en doute. D'ailleurs, d'après le cours normal des choses, les youkais et autres créatures de cette engeance n'étaient plus supposer être là. Il y avait longtemps qu'on les avait cru éliminés. Entièrement, dans toute la race. Pourtant, on en retrouvait encore dans les ruelles sombres, s'en prenant à de pauvres citoyens, innocents. Enfin bref, notre pauvre gosse de riche s'Était retrouvé dans une situation sûrement un peu trop complexe pour quelqu'un de son âge, mais qu'y pouvait-on en fait? À dire vrai, pas grand chose, à part peut-être le surveiller de loin et prier les dieux pour qu'ils n'emprunte pas un chemin trop dur, si dur qu'il abandonnerait. En réalité, ce pacte qu'il avait passé avec Miss Adrianna l'avait fait basculer dans l'obscurité, sans possibilité de retour. Parce qu'il avait été abandonné dans une situation misérablement, raillé même par sa famille, ou ce qu'il en restait, pas difficile de comprendre qu'il était tombé dans le piège et qu'il ait mordu à l'appat. Se débarasser de la hantise de sa soeur en même temps de gagner une habile servante afin d'atteindre ses objectifs de grandeur. Tout ça en échange d'une petite chose à laquelle il ne tenait pas, une chose qui serait remise à un autre que lui et qui ne devrait pas le quitter, en réalité. Enfin, ce n'était pas comme si, de son côté, il y voyait une perte. Au contraire. Il ne voyait que les avantages de cette alliance, encore plus maintenant qu'elle était conclue. C'était celle-ci qui avait rendu son amour de la bonne cuisine plus grand, plus sévère face à celle qui pouvait être servie dans un restaurant. Les repas dans sa résidence étaient régulièrement beaucoup plus fins et savoureux que tout ce qu'on aurait pu servir à la table d'un roi. D'où le fait que ce thé lui apparaissait comme très mauvais. Trop amer, trop infusé pour ses pauvres papilles gustatives. Enfin, il fallait s'y faire. Il ne payerait certainement pas pour une consommation qu'il n'aurait pas bu et dans ce genre d'endroit... Bu ou pas, tu paies. Au risque de passer pour grateux, William n'aimait pas dépenser son argent inutilement; il pouvait s'en servir pour arriver à ses fins et il n'y aurait pas d'autres moyens à ses yeux d'obtenir ce qu'il voulait.

La jeune femme se présenta sous le nom de Midoriko Tsubasa. N'avait-il pas lu aux nouvelles qu'elle était décédée? William aimait bien lire la chronique des nécrologies, mais il lui semblait que ç'avait fait aussi beaucoup de bruit à cause d'une histoire de Messager de la Mort ou il ne savait pas quoi d'autre. Enfin, pratiquant lui même l'art obscur de la nécromantie, il n'avait pas de mal à pouvoir penser d'une personne morte qu'elle puisse être vivante. D'ailleurs, une légère vérification lui dirait si elle était réellement morte ou pas. Qu'est-ce qui lui disait que ce n'était pas une fille qui se faisait passer pour Midoriko Tsubasa? Personne ne serait assez stupide pour emprunter l'identité d'un défunt en une telle situation. Ce serait bête et illogique. Enfin, s'il pouvait réussir à attraper une mini goutte de son sang, il n'y aurait pas de mal à tout découvrir. Enfin, ce n'était pas coutume au Japon de se serrer la main, alors ça devenait plus compliquer. Enfin, il y a aussi l'instinct pour entrer en ligne de compte. Celui-ci lui disait que cette femme n'était pas morte, mais bel et bien vivante. Enfin, ça restait encore à prouver. Le sixième sens, il n'a pas encore été découvert par les scientifiques, alors il va falloir encore un moment pour savoir s'il est valable. Enfin, William avait rarement tort à ce niveau-là, alors disons que ce sens supplémentaire était assez performant. Je pourrais notamment parler de l'expérience vécue avec sa soeur. Tout le monde avait refusé de la croire vivante. Pourtant, lui qui l'avait vue savait très bien qu'il ne s'agissait pas d'un fantôme et qu'elle était bien là. C'était sa première rencontre avec une personne supposément morte. Maintenant qu'il y repensait, il ne se souvenait pas d'un enterrement ou rien du genre. Bizarre... En fin de compte, peut-être l'avaient-ils toujours su, mais qu'ils avaient préféré jouer la carte de l'ignorance et du silence. William haïssait cette forme d'hypocrisie. C'était lui mentir en pleine face et ça... Je ne vous conseillerais pas de mentir à Will, il vous haïrait et se vengerait cruellement. C'est quelque chose qu'il ne peut pas supporter. Le mensonge.

Enfin, cette dame était.... un peu bizarre. Elle était supposément morte et elle n'avait rien contre cet endroit pourri. C'était ce qui l'intriguait encore plus. Comment pouvait-elle ne pas être répugnée par cet endroit? C'était quelque chose d'assez inconvable à ses yeux. Enfin, ils ne pouvaient pas voir les choses du même oeil après tout... Ça restait tout de même étrange... Il y a bien des limites à apprécier des choses qui n'en valent pas la peine. Enfin, peut-être n'était-elle pas matérialiste.... Dans ce cas-là, il serait peut-être plus difficile de la rallier à sa cause et se l'acheter. William comptait bien faire un investissment dans cette petite organisation, mais il ne voulait pas perdre son temps non plus à essayer de vendre son idée. Il devait à tout prix réussir, mais si cette fille ne voyait rien de déplaisant à se retrouver dans un lieu aussi... cheap, à quel point serait-elle rête à accepter son argent? William avait déjà remarquer que des gens qui attachaient peu d'importance au confort étaient moins enclin à recevoir de l'argent, ou des pots de vin si vous préférez. Dans ce cas particulier, ce n'était pas ce à quoi il songeait, mais ça y ressemblait presque.

Avant qu'il ne puisse continuer, elle évoqua son parler de la langue. En effet, William n'avait pas de dfficultés à parler japonais. Ça n'avait pas été sans efforts. Pour une fois qu'il devait les mettre. Nezumi avait dû faire usage de beaucoup de patience pour lui apprendre cette langue qui lui paraissait être du chinois quand il avait décidé de se rendre au Japon. Enfin, il y avait passé le temps qu'il fallait. D'ailleurs, il supportait plus que très mal l'échec alors... Si ça n'avait pas été courronné de succès, il ne se serait pas permis de sortir rencontrer des gens. Il était bien trop fier pour montrer une quelconque faiblesse. Sir Knightley? Faible dites-vous? Jamais! Le premier qui oserait dire une pareille ineptie se ferait botter le derrière. Ou plutôt, provoquer en duel, mais ce n'était plus vraiment d'époque, les duels pour sauver un honneur déchu. Enfin, il restait plutôt vieux jeu ce gamin...


«Je vais aller directement au but: je souhaite m'associer avec vous. Je ne suis peut-être qu'un gamin, mais j'ai mes ressources. Et surtout, beaucoup trop d'argent. En échange de celui-ci, je ne souhaite qu'être inclut dans vos plans qui vont dans mon intérêt. Je ne cherche pas une place à la tête, juste apporter ma contribution et atteindre mes propres objectifs. En quelque sorte, c'est un peu comme un partenariat. Je suis prêt à fournir tout l'argent nécessaire à vos activités.»

Il la regarda, d'un air appuyé. Il ne s'était embourbé d'explications inutiles et longues. Il avait foncé, n'avait pas patiné sur place. S'il y avait une autre chose que William exécrait, c'était bien qu'on tourne autour du pot alors qu'il y avait une façon plus directe de dire les choses. C'était tout ce qu'il voulait d'ailleurs. Avoir une petite place en échange de son compte de banque. Pourquoi? Parce qu'il y avait des intérêts. Cette "organisation" avait des points communs avec ses désirs et il ne se lasserait pas avant de les avoir comblés. C'était un sale gosse, un vrai gamin quand il le voulait, mais c'était un fin stratège, voir même manipulateur. Il n'avait rien d'autre à apporter que son argent, à part peut-être quelques pouvoirs et une domestique aux talents incroyables, mais cette place, il l'aurait, coûte que coûte. Il irait même jusqu'à la voler s'il le fallait. Il doutait que ça soit le cas, mais on ne savait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Décembre 29th 2010, 2:30 pm

C'était pour quand l'enterrement déjà ?
Enfin peut-on vraiment parler d'un enterrement quand il n'y as pas de corps retrouvé ? Disons que c'était plus une cérémonie en souvenir de... Mais à quoi est-ce qu'elle pouvait bien servir cette fichue cérémonie d'abord ? Quel était l'intérêt de celle-ci ? Aucun. Après tout qui seraient donc tout ces gens qui viennent assister à cela ? Des pauvres âmes charitable qui tentent d'avoir bonne conscience, en faisant tout un cirque dans le genre "je m'inquiète pour mon prochain, il ne faut plus que tout cela arrive" ?! C'était ça le truc en fait, à chaque fois que tu as une personne qui disparait comme ça tout d'un coup c'est toujours le même scénario : la police qui enquête sur la famille voir si ceux-ci n'avaient pas de problèmes, ou l'entourage qui leur en voudrait, ou quelqu'un qui as déjà menacé l'enfant. Mais il faut croire que soit la police était dans le coup, soit les parents mentaient bien, ou encore qu'ils n'étaient pas capable de travailler correctement sinon ils auraient vus ce qui se passait chez Midoriko. Ensuite lorsque vous ne trouvez rien à reprocher à cette fameuse famille qui d'un seul coup deviendrait bientôt la "gentille petite famille idéale ou rien de mal ne s'est produit jusqu'au jour horrible de cette disparition". Vous trouvez d'un seul coup le suspect idéal ! Bon la plupart du temps il s'agit d'enfant en bas âge ou d'une dizaine d'années, et là tout le monde devient suspicieux, vous dites que vous vous rendez compte qu'il y avait un véhicule qui passait souvent devant chez vous, qui se garait que personne ne descendait de la voiture et blablabla. Et évidement pour être bien vus, vous avez depuis le tout début, des tracts dans les rues, des affiches posés un peu partout, et tu as même la famille qui passe par la presse en prétendant une histoire idiote : rendez nous notre enfant !!! Et ils te sortent des larmes de crocodiles, et nous avons bien sûr le droit à la fameuse récompense " si vous avez quelconque informations, nous vous offrions autant d'argent". Donc comme par hasard, tu reçois des centaines de coup de fils de personnes qui disent avoir aperçut le suspect ou l'enfant à tel endroit. Parce que oui évidement quelqu'un à fait un portrait robot de l'éventuel suspect. Mais ici, un problème se pose, Midoriko n'avait pas une dizaine d'années mais un peu plus, bien sûr pour que le mensonge passe mieux, l'on raconte toujours qu'elle a 16 ans et non 18, que suite à une petite dispute qui semblait anodine, la gamine est partie de chez elle et n'est jamais revenue à ce jour. Vous vous doutez bien que la police a essayé de savoir qu'elle était la raison de cette dispute et donc la seule excuse que les parents de la jeune femme avaient trouvé c'était juste de dire que c'était en rapport avec le couvre-feu. Scénario des plus classiques, histoire bien montée. C'est alors que le problème augmente, les rumeurs vont de bon train et les histoires farfelues prennent de l'importance. Maintenant il ne s'agit plus de l'éventuel suspect avec son véhicule, à présent on pense à une toute autre personne... Celle que tout le monde avait oubliée : Le Messager de La Mort. Les discutions dans les rues à son sujets prennent de l'ampleur, on commence à imaginer un quelconque lien qui pourrait tout faire pour le mettre en cause à cette disparition. Il n'est plus le type qui a assassiné toute la mafia Japonaise mais devient maintenant un kidnappeur d'adolescente... Hahaha c'était trop drôle à entendre, la paranoïa des gens était tellement incroyable que plus personne ne réfléchissait, aucun d'entre eux ne s'était dit : "Pourquoi est-ce qu'il Kidnapperait une ado, sans réclamer aucune rançon ?" Non, cela n'avait effleuré l'esprit de personne que c'était tout à fait impossible, que ce n'était pas du tout son genre, mais les gens sont tellement bête lorsqu'ils ont peur, qu’ils préfèrent la facilité, la raison la plus proche, la plus logique, ils ne cherchent pas plus loin que ce qu'ils ont au bout de leur nez... C'était tellement pathétique... Il va de soit que les parents de celle-ci en avaient profité pour que cette rumeur prenne le plus d'importance et faire passer ce type pour un fou dangereux, même si ça tout le monde le savait déjà, bref ils ne démentaient rien et allaient dans le sens de tout le monde. Ils pensaient que peut-être ça serait une bonne chose, qu'ils passeraient vraiment pour ce qu'ils n'avaient jamais étés des parents aimant leur fille et capable de tout faire pour celle-ci. Néanmoins, lorsqu'une histoire est fausse, mais que plusieurs protagonistes sont réels on essaye toujours de trouver une excuse valable pour laquelle ils ne se manifestent pas. Surtout lorsque les gens commencent à avoir des doutes. Alors que faire ? Le présumé coupable ne réclame aucune rançon et on ne retrouve aucun corps de la jeune femme... La seule chose qu'il reste à faire c'est de pointer un ou deux détail du caractère de ce fameux Messager, et tout le monde avale sans rien dire cette explication qui dans la terreur semble tout à fait logique, personne ne se pose de question.... L'enquête au sein de la police piétine et ça fait très mauvais genre pour celle-ci. C'est là que soudain avec accord des parents, et des policier corrompus que l'on annonce que suite à de nombreuse recherches sans succès, et vue la lenteur de n'avoir aucun résultat il est fort probable que la jeune femme soit morte assassiné par Le Messager de La Mort.

Hilarant n'est-ce pas ? Toutes ces personnes qui seraient venus à cette cérémonie, pour rendre un dernier hommage à une enfant qu'ils ne connaissaient pas. Combien parmi tout ces gens s'étaient préoccupés d'elle lorsqu'elle était plus jeune, lorsqu'elle en avait le plus besoin ? Personne. Personne de son "vivant" puisqu'ils la pensent tous morte, était venue voir si elle avait besoin de quelque chose... Combien d'entre eux savent que la plupart du temps celle-ci vivait seule et qu'elle a dût se débrouiller par elle même sans aucune aide extérieur ? Combien se sont demandé pourquoi ses prétendus parents n'avaient jamais engagé une nourrice pour s'occuper d'elle lors de leurs voyages d'affaire ? Aucun d'entre eux, personne ne connaissait Midoriko Tsubasa, même ses camarades de classes ne s'en étaient jamais vraiment préoccupés avant tout cela. Alors qu'est-ce que cette cérémonie aurait été si celle-ci avait eue lieue ? Une grande réunion d'hypocrites !!! Tous ces centaines de milliers d'inconnus qui avaient tous commencé à se soucier d'elle alors que pendant 18 ans il n'y avait personne. Où-est-ce qu'ils étaient tous donc durant toute sa vie ? Quelles personnes censées seraient à ce point aveugle pour ne pas remarquer qu'elle avait dût s'éduquer toute seule ? Il faut croire qu'il y en avait un paquet !!!! Tous ces crétins à faire semblant de dire qu'elle était quelqu'un de bien alors qu'en fait ils ne l'avaient jamais vue avant. Finalement ce n'était pas plus mal que cette soit disant cérémonie de souvenir ne se produise pas. Même si à cette époque, celle-ci ignorait que sa fille n'était pas morte, la mère naturelle de Midoriko n'avait jamais aussi bien fait de tuer ces deux monstres avant que cette cérémonie eue lieue... Même si l'enquête n'était pas finit suite à l'incendie qu'il y avait eut chez eux, deux possibilités étaient offerte avec tout ce ramdam : soit les parents de Midoriko se sont tués dans la douleur d'avoir perdus leur enfant, soit le Messager de la mort s'acharnait encore sur eux. Mais peu importe ceux-ci étaient mort, quoique de là où ils sont ils doivent encore être content que l'on parle toujours d'eux...

Pauvre Midoriko, si elle avait sût plus tôt ce qui se passait dans son dos, elle aurait vraiment fait un sacré carnage. Dire qu'elle durant cette époque, elle ne voulait justement pas rentrer chez elle pour voir ces deux idiots. Pendant tout ce temps, elle avait frôlé la mort un nombre incalculable de fois en si peu de temps. Elle avait rencontré des idiots, des gens plus ou moins appréciable, des gens détestables avec qui elle se disputait la plupart du temps. Tué des dizaines de démons qui croisait sa route, appris qu'elle était la réincarnation d'une des plus puissante Miko et bien sûr le plus important, qu'elle était juste retournée dans le passé, dans le monde féodale. Comment les gens peuvent-ils avoir autant de culot ? Qu'est-ce que cela leur apportaient donc tant de mentir ? Pourquoi ne pouvaient-ils donc pas être honnête pour une fois et simplement dire qu'ils ignoraient où était passé a jeune demoiselle au lieu d'inventer de telles inepties ? Avaient-ils donc si honte de montrer au monde à quel point ils étaient de mauvais parents ? Il était un peu tard pour s'en rendre compte non, après tout personne ne les as forcés à l'adopter, qui sait, elle aurait peut-être trouvé une meilleure famille d’accueille qui était vraiment prête à prendre soin d'elle comme c'était marqué sur le papier que la mère biologique avait mit dans le berceau de Mido... Mais en tout cas, il est vrai que quelque part elle pouvait tout de même les remercier de ne s'être jamais conduit en parents. Car s'ils avaient agit différemment, elle ne serait pas partie, et elle n'aurait peut-être jamais croisée la route de sa vraie mère... Je pense que c'est de cela qu'on parle lorsque quelqu'un nous dit : " il y a toujours un côté positif dans une mauvaise chose" il suffit juste de le trouver, même si ce n'est pas toujours évidant à première vue. Plusieurs fois depuis ces derniers mois, la jeune demoiselle s'était souvent posé la question de savoir si elle avait vraiment suivit la bonne voix, si elle ne faisait pas une erreur en se tournant vers le mal. Mais c'est avec ce genre de personne qu'elle se rend compte qu'en fait elle avait vraiment pris la bonne route, et je suis sûre que si d'autres personnes l'avaient connue avant tout cela, ils seraient plutôt surpris qu'elle n’ait pas empruntée cette voix beaucoup plus tôt. Après tout être gentille pendant 18 années, qu'est-ce que cela lui avait vraiment apporté, mis à part des ennuis ? Pas grand chose. Tout le monde s'en moquait d'elle à l'époque, personne ne se préoccupait d'elle, personne ne se demandait si elle allait bien ou si elle était toujours vivante. Certes vivre en compagnie de Tao, Sawako et Yûu ce n'était pas toujours évident, il y avait des tensions même si elles sont moindre qu'au tout début, mais peu importe. Depuis ce jour, elle ne cherche plus à savoir si elle a des comptes à rendre à quiconque. Tout ça lui est complètement égal. Elle fait ce qu'elle a envie de faire, elle tue ou laisse vivre les gens qu'elle veut, personne ne lui donne d'ordres !! Enfin si mais qui dit qu'elle obéit ? Le monde qu'elle avait connu avait bien changé, quoique non, en fait ce fût Midoriko qui avait ouvert les yeux, et l'on pouvait constater qu'en vérité toute cette rage qu'elle avait en elle, celle-ci l'avait accumulé et cela depuis des années maintenant. Et rien que l'idée que les souvenirs de son Original n'étaient pas mieux que les siens ne l’aident en rien. Sa vie, son ancienne vie, en fait tout ça était lié, c'était un cercle vicieux. Qu'avait-elle fait de si mal dans le passé pour le payer aujourd'hui ? J'ai beau chercher je ne trouve pas de réponse, je ne vois rien de mal...A moins que ce soit dans une vie encore plus ancienne ? Mais là désolée, les souvenirs sont inexistants, alors il faudra que quelqu'un éclaire ma lanterne et ait bien la gentillesse de me dire ce qui a bien pût se passer pour que la vie s'acharne à ce point pour la faire souffrir autant. Bref il était donc plus évident que lorsque la jeune femme en retournant dans le monde moderne au moment des faits, je ne vous explique pas dans quel état de rage celle-ci était, je ne pense pas que vous soyez trop idiots pour être incapable de vous décrire la scène. Ce qu'il y avait encore de plus choquant que d'apprendre sa soit disant mort, c'était d'apprendre également ce même jour que celle-ci avait une demi-sœur adoptive. En effet Yamiko avait eue la bonne idée de tromper son mari 19 ans plus tôt. Et Oh surprise et un peu contente dans un certain sens de constater qu'il n'y avait pas que Midoriko qu'elle détestait mais aussi sa propre fille, sa fille de sang, cette garce l'avait abandonné !!! Pourquoi ? Personne ne le saura malheureusement, soit elle n'avait pas la fibre maternelle et détestait tout les enfants ou alors elle avait honte d'avoir un enfant illégitime avec un autre homme. Bah oui ça ne devait pas être évident pour elle de dire à son mari qu'elle ne voulait pas d'enfant car cela la déformerait et d'en faire un avec un autre homme sans que celui-ci le sache !! Alala quelle famille je vous jure ! Il était clair que maintenant Midoriko ne faisait plus d'erreur en prenant la voie qu'elle avait choisit. Se venger c'était bien tout ce qu'elle voulait en ce moment : détruire tout ces menteurs et hypocrites et enfin avoir la paix pour toujours et ne plus jamais parler d'eux !

Donc il fallait agir vite, disons qu'elle avait été déjà bien patiente ces derniers temps... Revenir dans le monde moderne n'était jamais bien agréable mais bon, c'était beaucoup mieux depuis que certaines personnes avaient disparues de la surface de la Terre... Quoiqu'il en soit parler d'eux était inutiles, ils ne sont plus là alors ne leur accordons plus l'importance qu'ils ne méritent pas, il y avait tellement plus important à faire que de parler des morts inutiles non ?! Aujourd'hui, la jeune demoiselle avait un rendez-vous des plus inattendus puisqu'il s'agissait d'une personne qui lui était tout à fait inconnu. On lui avait poser une lettre dans son appartement en lui demandant de bien vouloir se rendre dans un certain petit café du centre ville de Tokyo, une chance qu'elle soit revenue par hasard sinon elle aurait manqué celui-ci. C'est un peu ça l'inconvénient de vivre entre deux époques le courrier n'est pas suivit lorsque tu es dans le monde moderne ou le passé (xD) donc il faut savoir revenir de temps en temps rien que pour ça. On ne pense pas toujours à ce genre de détail après tout. Ainsi c'est ce qu'elle fit en se rendant dans ce petit Maid Café, plutôt spécial comme lieu de rendez-vous certes, mais était-ce vraiment si important que cela ? Ce n'était pas comme si elle allait emménager ici après tout. Les gens prêtent trop d'importance aux lieux quand il ne faut pas. Bon un cimetière là bien sûr ça aurait été dérangeant mais bon là ce n'était qu'un café, disons qu'il y a pire comme point de rendez-vous n'est-ce pas ? Donc après avoir eue une légère altercation avec l'une des serveuses qui la dévisageait d'un peu trop, comme si c'était une bête de foire, la jeune femme arriva devant un jeune garçon qui s'avéra donc être son rendez-vous. Celui-ci après avoir fait ses présentations expliqua la raison de cette "convocation". Sans trop entrer dans les détails, il faisait bien comprendre à la jeune femme qu'il voulait rejoindre "l'équipe" de Yûri et qu'il était même prêt à fournir de l'argent également.... Il va de soit que la jeune femme ne pouvait en aucun cas accorder sa requête aussi facilement après tout elle ne le connaissait de nul part et qui dit qu'il ne faisait pas une erreur ou qu'il se trompait pas juste d'organisation ? Bon bien sûr cet enfant n'avait pas l'air de quelqu'un d'idiot mais méfiante comme elle est, Midoriko ne pouvait pas se permettre de commettre une quelconque imprudence. Qui dit que ce n'était pas un piège de ces idiots de pseudo héros qu'ils avaient rencontrés à la Tokyo Académie ? Rien donc il fallait être prudent et surtout ne pas accorder sa confiance à n'importe qui, ce qui évidement n'était pas du tout dans la nature de Midoriko. La jeune femme regarda attentivement le jeune garçon et resta silencieuse quelques instants. Lorsque celle-ci commença à ouvrir la bouche la serveuse de tout à l'heure refit son apparition, quel emmerdeuse celle-là !

- Est-ce que vous avez besoin d'autre chose ?

Demanda-t-elle calmement tout souriante, essayait-elle de rattraper sa bêtise de tout à l'heure ? Peut importe Midoriko n'avait pas envie d'être encombrée par cette petite idiote et donc d'un ton assez sec elle lui répondit :

- Non!

La jeune serveuse voyant la réaction de la réincarnation s'éloigna rapidement tout en marmonnant je ne sais trop quoi. Mido l'observa du coin de l'œil attendant que celle-ci soit assez loin pour répondre à son interlocuteur. Quand ce fut le cas elle rétorqua d'un air interrogateur.

- Hum ? Mes activités ? Il me faudrait un peu plus de précisions, car là c'est un peu vague... J'avoue que je ne comprends pas trop....

Bien sûr Midoriko devait rester également très vague et l'observer dans ses réponses, elle ne pouvait pas se permettre de déduire des mauvaises choses. Qui sait après tout si ce n'était pas elle qui se trompait de chose ? De quoi aurait-elle l'air si celui-ci ne parlait pas du tout de rejoindre le groupe d'assassins dans lequel elle était hein ?
Revenir en haut Aller en bas
William Knightley
Personnage non validéPersonnage non validé
avatar
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 0
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Janvier 9th 2011, 1:46 pm

William, il ne savait trop comment, sentit la méfiance de son interlocutrice et cela lui fit plaisir. Après tout, elle ne le connaissait pas, en aucun cas il n'aurait pu savoir qui ils étaient, elle et ses compagnons de route. Après tout, ils cachaient très bien leur jeu au reste du monde, alors comment un gamin de 12 ans aurait pu découvrir le pot aux roses quand la police elle-même ne trouvait rien? Il y avait un moment déjà que Midoriko Tsubasa était... morte aux yeux du monde. Pourtant, elle était là, devant lui dans un café ridicule. Était-ce l'incompétence ou les pots de vin qui l'avait permis? Il en doutait. Monde d'aveugles, s'ils souhaitaient l'être, qu'ils le restent, mais pour lui, c'était hors de question. De toute façon, ce n'était pas un peu cela qu'il faisait? Profiter du manque de discernation de la populace moyenne pour atteindre ses objectifs. Ils se laissaient manger la laine sur le dos si facilement alors pourquoi ne pas en profiter pour la tondre raz et la récupérer pour faire profits? Eymh bon.... Ça déborde un peu du fait que William était content de voir que cette Midoriko était sur ses gardes. Probablement que si elle avait semblé plus avenante, il serait parti sans rien, en appuyant sur la touche de son portable qui appellerait Nezumi. Dès lors, il n'aurait plus rien eu à faire avec cette femme. Il n'allait pas mettre son argent à la disposition du premier imbécile venu qui acceptait n'importe qui dans ses projets. Après tout, il restait quand même plutôt avare, près de sa bourse dont il ne déliait les cordons que pour obtenir ce qu'il voulait. Il ne dépenserait pas pour rien, c'était tout à fait hors de question et contre sa nature.

La jeune femme sembla vouloir répondre quelque chose, mais la serveuse, trop envahissante dans son service revint, s'assurer qu'ils ne désiraient pas quelque chose de plus. Elle ne faisait que son travail, tâchant d'être complaisante et prête à leur servir tout ce qu'il leur fallait pour que leur temps passé là soit agréable. Toutefois, elle agaça profondément William qui n'avait même pas encore fini sa tasse de thé au goût infecte selon son avis et il ne comptait pas en commander une autre. Il aurait pu se laisser tenter par une sucrerie, mais à ce qu'il avait vu du thé, jamais leurs viennoiseries ne seraient à la hauteur de ses attentes et de ses goûts sophistiqués au niveau culinaire. C'est que son majordome, en l'occurence une femme yoôkai, était plutôt imbattable dans ce sens. Elle n'avait jamais voulu toutefois lui dire où et comment elle avait appris à faire aussi bien la cuisine. Il semblait que c'était un secret qui ne devait pas être divulgué à qui que ce soit, même pas à son maître. Bien sûr, il aurait tout simplement pu le lui ordonner, puisque le contrat qui les liait empêchait toute désobéissance, mais ce n'était pas un détail qui comptait vraiment et il n'était pas bien sûr de vouloir un ordre interprété complètement à l'opposé de ce qu'il désirait par vengeance. Enfin, elle ne le ferait sûrement pas au final, parce que cela pourrait rallonger le temps du contrat, mais on ne savait jamais avec ces créatures. Il aurait lui-même renvoyer plus loin la serveuse si son invitée ne l'avait pas fait brutalement avant lui. Elle n'avait pas froid aux yeux celle-là et il ne doutait pas que quiconque lui bloqua le chemin finissait six pieds sous-terre. Autant ne pas la contrarier. Bien sûr, Nezumi finirait par venir à son aide, mais il souhaitait s'allier avec elle, enfin, les gens qu'elle représentait et ce n'était pas en se les alliénant que tout irait selon son bon désir. Enfin bon, la petite serveuse s'en alla assez rapidement, marmonnant quelqe chose qui ressemblait à de la rage contenue vis-à-vis du clien auquel elle ne pouvait répondre au risque de perdre son emploi. Le client est roi dit-on.

Pas mauvaise comédienne. Elle jouait un peu avec lui pour savoir s'il était digne de les rejoindre? Il savait bien qu'il l'était, bien sûr, mais dans ce genre de choses, il faut bien s'en assurer. À quelque part, il aurait préféré entrer en contact avec Yûri Nako. D'après ce qu'il avait compris, c'était lui qui dirigeait les opérations ou quelque chose comme ça. De Midoriko, il n'avait entendu que quelques mots. Ah, c'es qu'il en savait un peu plus qu'il ne voulait le laisser croire. Nezumi était une excellente espionne. Pour ce qui était de collecter des informations, elle était géniale. Après, pour les transmettre... Elle pourrait découvrir quelque chose et ne pas en parler à son maître à moins qu'il ne le lui demande très clairement et précisément. Ces domestiques issus de cette race puissante et fière de yôkai ne pouvaient se plier complètement aux ordres, il fallait toujours qu'ils ajoutent de leur crû en déformant le tout et en s'amusant avec leurs maîtres, si faibles sans eux pour les soutenir et leur "obéir". William poussa un soupir; ça ne serait pas facile d'être explicite de manière à ce qu'elle comprenne bien qu'il parlait de leurs aventures dans le monde féodal et non pas d'une réunion du cercle des fermières. Entre hommes, peut-être aurait-ce été plus facile. À dire vrai, William n'aimait pas vraiment les femmes... Enfin, il ne fallait pas douter, il s'en tirerait très bien, comme dans tout ce qu'il entreprenait, c'était un petit génie.

« Si je vous parle du puits dans le temple Higurashi, vous pigez? Je sais où il mène et que vous y passez. Je sais que vous ne revenez que rarement ici, la date de ce rendez-vous n'a pas été choisie au hasard. J'aurais bien entendu nettement préféré rencontrer Nako-san, mais il semblerait que les mains qui traficotent mon destin vous ait choisie vous. Ai-je besoin de m'expliquer plus clairement? Je préférerais éviter d'avoir à le dire clairement. Les murs ont des oreilles partout et nous aurions beau être dans mon propre salon qu'il en serait ainsi, » déclara-t-il sur un ton extrêmement sérieux, un air d'homme d'affaires.

Après tout, n'en était-il pas un malgré son jeune âge? Il y avait longtemps qu'il avait troqué l'habit à queue de pie du jeune pianiste pour le complet du monde de l'entreprise. Bien sûr, il serait faux de dire qu'il était vêtu d'un complet, lui qui préférait les tenues du style de l'époque victorienne. À dire vrai, sa façon d'être, de parler et de s'habiller criait qu'il était un Anglais. Quant aux mains du destin, ce n'était qu'une façon d'appeler Nezumi. Après tout, elle façonnait sa destinée et le parcours qu'il empruntait, en le tâtant devant lui. Chacun de ses pas étaient calculés et mesurés dans leur impact et dans ce qu'il donnerait. Jamais il ne jouait dans ses actions. S'il n'était pas sûr du résultat, il ne s'avançait pas, il restait sur place et attendait le moment propice pour jouer cartes sur table. Il ne faisait pas de cachotteries. Il y aller franc jeu et pourtant, il y en avait toujours pour ne pas deviner ses intentions. Vraiment, le monde était rempli d'imbéciles...


Désolée, moyen d'inspiration =S
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Janvier 21st 2011, 1:42 pm

C'est dingue comme les gens peuvent être déçu lorsqu'ils voient Midoriko arriver plutôt qu'un autre... Cet autre qu'on appellera ici Yûri Nako, mais désolé je ne vois pas du tout qu'est-ce que ça peut faire que ce soit elle et non lui, et bien quoi ça dérange de traiter avec une femme plutôt qu'un homme ?! Étrange... La plupart des gens seraient ravis non ? C'est vrai après tout, il y a toujours des imbéciles qui pensent que les femmes sont de parfaites idiotes et qu'elles disent oui à tout. Donc était-ce justement parce cette jeune femme était loin d'être une idiote et qu'elle ne se laissait jamais faire qui les dérangeaient et déstabilisaient à ce point ? Probablement. Lorsque l'on est un chef, enfin si on peut appeler Yûri un chef, parce que ça reste à voir là bref... , pensez vous vraiment que celui-ci allait perdre son temps avec n'importe qui ? Qu'il allait se rendre ici et là à chaque fois qu'il avait des propositions pour une alliance ou juste rejoindre son "groupe" ? Il faudrait vraiment être idiot pour le croire. Si vous ne connaissez pas encore l'individu, c'est un vrai feignant ! Il faut toujours faire ces petites corvées pour lui !!! "Allez vas-y ! Vole pigeon !!" Sauf que voilà problème : Midoriko n'en as strictement rien à foutre de ces petits truc de ce genre. Non mais comme si elle allait tout se taper la M**** comme ça sans rien dire, non mais vous l'avez bien regardé là ?! Pff ! Tout le monde sait comment est Midoriko, si vous ne le savez pas encore, sortez de votre grotte mes amis !!T'as des mains, des jambes un tête et un cerveau à l'intérieur ? T'es pas impotent à ce que je sache ?! Alors vas-y toi même !!!!! Midoriko Tsubasa était loin d'être une femme sans caractère et si vous la saouler c'est à vos risques et périls vous êtes prévenus. Ce n'est pas une marionnette !!! Vous avez vus des ficelles attachées à ses poignées, ses jambes, sa bouche sa tête ? Non et bien moi non plus, désolé je ne fait pas 50 centimètres de haut et je ne suis ni en bois ni en tissus, si t'as besoin d'un pantin vas voir en Italie et demande à Geppetto Idiot ! Et puis quoi encore! Pourquoi est-ce qu'elle obéirait d'ailleurs ? C'est son père ? Non. Bon okay, à la limite extrême mais très extrême on peut dire qu'il peut être vu comme un mentor mais ce n'est pas une raison, Midoriko n'est pas née esclave... Si vous voulez quelqu'un qui lui obéit au doigt et à l'œil sans chercher à comprendre le pourquoi du comment, allez voir Sawako cette petite chanteuse schizophrène d'opérette et complètement dingue de lui alors vous vous imaginez bien qu'elle fera n'importe quoi pour lui... Oh bien sûr elle tentera peut-être de vous dire le contraire mais c'est la vérité, même un aveugle serait capable de s'en rendre compte et de toute façon Midoriko ne ment jamais donc... Bref vous verrez par vous même. Une autre personne qui serait susceptible de lui obéir ? Hum je dirais Tao, mais lui c'est normale en même temps c'est son fils, mais je ne suis pas sûr qu'il aimera perdre son temps avec vous...

Bref. Est-ce que c'est une chance de traiter avec Midoriko ? Pas si sûre, je dirais aussi bien oui que non, si celle-ci est mal lunée ça peut très mal se passer et bien vous montrer que tout ce que vous raconter ça ne l'intéresse pas, et vous regretterais franchement d'avoir essayer de lui adresser la parole. Manque de chance pour vous, vous ne pouvez pas trop savoir dans quel état d'esprit la jeune femme se trouve lorsqu'elle se trouve face à vous. Et effet même si elle est de mauvaise humeur, rien ne dis que ce que vous aller lui énoncer ne l'intéressera pas... Comment faire dans ces cas là ? Rien du tout, c'est juste à vous de bien vous y prendre et si c'est votre jour de chance ou pas, surtout si elle a plus ou moins été obliger de le faire. Pourquoi ? C'est simple Midoriko s'en moque de tout cela. Cependant, il est vrai qu'il y a un certain avantage à traiter avec la jeune demoiselle, enfin surtout pour celle-ci. Pourquoi ? Et bien si c'est elle qui rencontre les personne qui veulent rejoindre les activités de Yûu, elle peut avoir son mot à dire puisqu'il n'y a personne d'autre à part elle et vous. Donc, si elle ne vous aime pas, qu'elle trouve que vous êtes fous ou quoique ce soit dans ce même genre, elle vous dira simplement de dégager ou au pire tentera de se débarrasser de vous ... N'allez pas croire que même si elle n'en as rien à faire, Midoriko est quelqu'un de très exigeant et est très loin de s'entourer de n'importe qui! Déjà le fait de supporter Sawako c'est quelque chose d'insupportable alors s'il devait y en avoir des autres comme elle, je ne vous explique pas le carnage!!! Homme ou femme peu importe, ça ce n'est pas important, pour elle, le minimum c'est d'avoir un cerveau, être capable de s'en servir et d'avoir un peu de jugeote. Bref vous aurez compris que pour "plaire" à Midoriko il faut avoir de l'esprit et avoir une certaine intelligence. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'un esprit intelligent et mille fois plus intéressant qu'un simple d'esprit si j'ose dire. Bien sûr, je ne parles pas de la vie de tout les jours, mais aussi pour tout ce qui est question de combat, plus nous sommes nombreux à avoir des tactiques, mieux c'est. A quoi est-ce que cela servirait de s'entourer d'incapables mis à part risquer de perdre sa vie de façon complètement absurde ?! Et pensez vous que Mido voulait encore perdre sa vie de façon stupide comme la dernière fois parce que son originale avait fait une connerie ? Non merci si je dois mourir ou me suicider autant que ça en vaille la peine cette fois, alors il vaux mieux ne pas mourir à cause d'un crétin. De toute façon avec les recherches à côté qu'elle devait faire, cette jeune femme ne pouvait pas se permettre de crever maintenant... Quoiqu'il en soit, il ne faut pas croire que ce que vous voyez lorsqu'il s'agit de la jeune femme, si vous pensez vraiment qu'à part gueuler celle-ci ne fait rien d'autre, détrompez vous, vous seriez même surpris à quel point son sadisme est élevé. Vous verrez bien qu'un jour ou l'autre elle montrera son véritable côté cruel et il y en as plus d'un qui serait surpris. Comme ça, elle n'as pas l'air, vous avez plus l'impression qu'elle ne parles plus qu'elle n'agit, mais ce n' est pas le cas du tout, Midoriko est vraiment capable d'aller très loin dans ses actes, enfin je vous dit ça mais vous saurez bientôt de quoi je parle...

Comment est-ce que vous percevez Midoriko la première fois que vous la rencontrer ? Posez vous cette question. Au premiers abord lorsqu'on dit que Midoriko s'est penché vers le côté obscur de la vie, l'on pense tout de suite à un visage avec un regard froid méchant et blablabla je ne vais pas vous en faire une description totale non plus ça me prendrais toute la nuit, ce qui est parfaitement inutile puisque ce n'est pas du tout ainsi que la jeune femme vous apparaîtra. Midoriko n'as certes pas un grand sourire aux lèvres lorsqu'on l'aperçoit pour la première fois, en fait la jeune femme n'as pas vraiment d'expression particulière mis à part un visage fermé de toutes émotions et un regard très sérieux. Cependant son regard et loin d'être celui d'un monstre et c'est bien pour cela que cela déstabilise la plupart de ses ennemis... Midoriko porte la "gentillesse" dans ses yeux, ou devrais-je plutôt dire un regard angélique. Pourquoi, ça je ne saurais pas vous le dire cela doit être génétique peut-être. Mimi a toujours été comme ça depuis toute petite, "un vrai petit ange" la gamine bien gentille qui sourit tout le temps et qui est toujours là pour vous aider, je dirais même peut-être également un peu naïve par moments... Tout ça pour dire que si vous ne la connaissez pas vous êtes loin de savoir qu'elle hait tout ce qu'il y a sur cette planète. Tout simplement parce qu'avec le temps tu grandis et tu te rends compte que tu ne peux faire confiance en personne. La confiance tu ne donnes pas ça à n'importe qui, il faudrait vraiment que tu soit un parfait idiot si tu fait ça. Tu ne vas pas aller te promener dans la rue croiser le premier inconnu et lui dire "Bonjour, je tenais juste à vous dire que j'ai une confiance aveugle en vous." Vous pensez que j'exagère ? Peut-être mais il y a parfois des gens qui le font sans s'en rendre compte, c'est ça qui est pire, il ne se rende pas compte à quel point ils sont inconscient de ce qu'ils sont en train de dire, et après il se plaignent d'avoir eue des ennuis, mais réfléchissez un peu b*rdel !!! Alors bien sûr que OUI Midoriko était sur ses gardes même devant un gamins, on ne vous as jamais dit qu'il fallait se méfier de l'eau qui dort ? Regardez donc un peu autour de vous : lorsqu'il se passe une chose horrible comme par exemple un meurtre dans un petit quartier bien tranquille, si des journalistes vont discuter avec le voisinages, quels seront les résultats la plupart du temps ?

" C'est incroyable, je ne m'attendais pas du tout à cela venant de cette personne. Il/Elle a toujours été si gentille si adorable avec tout le monde"

Et blablabla, c'est toujours comme ça!!! Les gens trop gentils, combien parmi eux se sont fait avoir parce que les gens ont trop profité d'eux ? Trop bon, trop con comme on dit. Qu'y a t-il de mal à être gentil ? Rien du tout au contraire c'est même quelque chose de très bien et peu de gens sont gentils avec vous sans rien demander en retour, et il faut croire que le monde est entouré de gens idiots puisqu'il faut croire que lorsque t'es gentil t'es bête et tout le monde veux en profiter pour te marcher dessus... Et donc là évidement lorsque quelqu'un de gentil se révèle sous une autre nature, c'est le choc total. Regardez ce que ces imbéciles ont fait avec Midoriko ? Quoique au pire rien ne dis que celle-ci n'avais pas eue ce mauvais fond depuis toujours. La méchanceté, ne sort pas comme ça de nul part du jour au lendemain, Oui bon je sais on a tous un bon et un mauvais fond ensuite à toi de choisir le chemin que tu veux emprunter, mais ne pensez vous pas que certaines personnes sont "prédestinés" à devenir mauvais ? C'est vrai quoi lorsque l'on sait qu'une partie de l'âme de la créatrice de la perle de Shikon est resté des centaines d'années entre de mauvaises mains, ce n'est peut-être qu'une théorie, mais ça laisse des traces... Enfin moi je vois ça ainsi. Si vous prenez le temps d'analyser la situation d'un peu plus près, le Shikon No Tama a plus souvent été entre les mains d'êtres abjectes que dans des mains "pures" et innocentes. La preuve en est son dernier propriétaire en date. Trois ans quand même ce n'est pas rien, si je ne prends bien sûr pas en compte cette espèce d'idiote de pseudo sorcière immortelle. Qu'est-ce que Mimi a avoir la dedans même si ma théorie est bonne ? Je vais vous expliquer plus en détail. Midoriko est la réincarnation de la grande prêtresse du même nom qui a vécut il y a fort fort longtemps et qui a par la même occasion donnée "naissance" à la perle sacré. Quand on est une réincarnation on as souvent par chance plusieurs avantages comme les souvenirs de son original par exemple. Ce qu'il y a encore de mieux c'est lorsque l'on récupère son âme complète. Bon Okay presque complète puisque le reste est dans la perle, c'est compliqué j'avoue... Tout ça pour dire, si vous ne vous souvenez pas du jour de la mort de Kikyô, moi je m'en souvient. Cette pimbêche avait crût bon "d'emprunter" l'âme de Midoriko dans la grotte pour être un peu plus forte et ne pas crever comme une idiote à cause du miasme qu'elle a reçue lorsque Naraku l'a poussé dans un fleuve (de miasme) au Mont Hakurei; même si bien sûr cette idiote vous dira juste que Midoriko comprendrait la situation puisqu'elles ont la même âme comme elle le dit si bien . Sauf que NON l'âme de Midoriko ne réagit pas du tout comme l'âme de Kikyô, mais on va la laisser rêver hein, après tout si ça l'amuse... Donc lors du dernièr combat de ce corps de terre et d'os, elle avait lancé sa dernière flèche (à moins que ce ne soit Kagome ?) et Naraku en avait profité de cet instant pour transférer la perle sacré dans le corps de Kikyô, même si ce n'était que pour une très courte durée. Ce qui se serait passé à ce moment là, c'est que l'âme de Midoriko qui était prisonnière dans le pseudo corps de Kikyô a dût probablement être "souillé" par la perle ou quelque chose dans ce genre qui a fait qu'elle a noircit... Bref Kikyô meurt et personne ne la regrettera sauf ce crétin de clébard qu'est Inuyasha. Toutes les âmes s'échappent du corps de Kikyô, dont celle de Midoriko. Une partie repart dans la grotte et le reste se réincarne en Mimi 500 plus tard... L'âme de Kikyô heu ? On s'en fout un peu non de ce qu'elle est devenue ? Bref, je dirais que c'est peut-être à cause d'avoir été en contact avec une partie de son âme souillé que la jeune demoiselle est devenue ce qu'elle est ici dans le monde moderne, bien sûr je le répète ce n'est qu'un théorie et ça n'as peut-être rien avoir avec tout cela... Quoique ça expliquerait pourquoi celle-ci détestait tant Yûri au début, après tout c'est la réincarnation de Naraku, ça devait pas être facile même dans une perle de supporter ce babouin xD...

Donc pour en revenir à nos moutons, qu'est-ce que Midoriko faisait ici dans ce petit café du centre ville ? Y était-elle allée parce qu'on lui avait ordonné de s'y rendre ? Non pas du tout, Si cela aurait été le cas, la jeune femme aurait tout simplement refusé d'y aller. Si Mimi avait pris la peine de se déplacer dans ce petit endroit, c'est juste parce que celle-ci n'avait rien d'autre à faire, puisqu' apparemment sa mère biologique avait d'autre chat à fouetter que de dialoguer avec celle-ci. Dans ce cas, tant pis pour elle. En plus de cela, Midoriko était très curieuse de rencontrer quelqu'un qui avait réussit à trouver où elle vivait le lieu étant inconnu par presque tout le monde. Surtout que la jeune femme ne mets que très rarement les pieds dans le monde moderne, donc oui c'était plutôt surprenant... Qui était donc cette fameuse personne qui s'était mis en tête de la suivre ou faire tout son possible pour la trouver ? Aucune idée probablement un petit malin qui se croyait tout permis! Si c'était le cas se débarrasser de cette personne serait vite réaliser... Déjà qu'être dans ce petit Maid café à peine arrivé que ça commençait très mal, alors il ne valait mieux pas l'énerver cette jeune fille aujourd'hui. Non mais c'est vrai qu'est-ce qu'ils avaient tous à la dévisager comme ça punaise !! Même dans la rue, lorsqu'elle avait à peine soulevé ses lunettes noires pour regarder quelques chose voilà pas que tout le monde se retournais sur elle pour la regarder de travers !! Ah je vous jure saleté de rumeur !!! Les lunettes noires ça allait durer combien de temps ? Surtout en période hivernale, vous en voyez beaucoup vous des gens avec des lunettes de soleil ? Bon peut-être à part les "stars" mais bon, Mimi n'en était pas une !!! Non elle, c'était juste la bête de foire du moment, un con à sortie la rumeur qu'elle était mort et cela a pris des proportions énormes... Mais qu'ils crèvent tous b*rdel ! A peine installée à la table devant son interlocuteur, la jeune femme eue un léger accrochage avec cette idiote de Maid, bon okay qu'elle fasse son travail c'est compréhensible, mais ce n'est pas nécessaire qu'elle fasse en plus de cela un regard d'ahurie non ?! A peines les présentations étaient faites entre les deux jeunes gens que Midoriko n'eut pas le temps de répondre à son compagnon de table que celle-ci revint à la charge se renseignant sur une éventuelle commande. On t'as sonné ? Non alors ne vient pas ennuyer les gens inutilement ma grande merci! Midoriko resta donc le plus calme qu'elle pouvait pour juste lui dire non et lui faire comprendre par la même occasion de ne pas revenir de si tôt. Le jeune homme en question l'avait fait demander de venir ici en fait, parce qu'il désirait rejoindre le groupe de Yûri. Manque de chance, ce n'est pas lui qui se déplace. Première déception ? Peu importe. Bien sûr étant très méfiante avec tout le monde comme d'habitude, la jeune femme demanda donc plusieurs précisions qui furent rapidement éclaircit par William. Avec les réponses de celle-ci la jeune femme eut un sourire au coin, apparemment le jeune garçon était du genre obstiné et savait ce qu'il voulait... Qui sait ce que ça donnerait dans plusieurs années...

- Et bien désolée de te décevoir et de ne pas être la personne que tu aurais bien voulu voir, mais tu peux toujours partir si ça ne te convient pas, et attendre de le rencontrer. Mais c'est dommage Yûri n'est pas du genre à se déplacer pour des choses aussi peu importante que cela. Donc bonne chance. Par contre si tu veux rester, il faudra trouver autre chose comme argument que ton argent, parce qu'il est loin d'en avoir besoin.

Dit-elle avec un sourire légèrement ironique. Après tout ce n'était pas son problème s'il ne resterait pas, c'était à lui de voir ce qu'il voulait.



Pas grave ^^
Revenir en haut Aller en bas
William Knightley
Personnage non validéPersonnage non validé
avatar
Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 12/09/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 0
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Février 13th 2011, 5:16 pm

Un léger sourire en coin se dessina sur les lèvres de William. C'était un sale gamin, obstiné et têtu, mais un garçon qui savait ce qu'il voulait et qui ne lâchait pas prise aussi facilement. Quelques paroles brusques ne suffiraient pas à le chasser et encore moins à le décourager. Peut-être croyait-elle pouvoir se débarrassé aussi facilement de lui, mais il lui montrerait bien que tant et aussi longtemps qu'elle ne serait pas convaincue, il ne lâcherait pas prise. Ce serait idiot et bête. Au besoin, il appellerait Nezumi pour annuler ses rendez-vous de la journée: la compagnie, ce n'était qu'un moyen de parvenir à ses fins, il n'y tenait pas réellement. Il avait seulement besoin de la rentrée d'argent que cela lui procurait. Il aurait sûrement pu reprendre ses concerts de piano, mais il n'avait plus l'envie d'en jouer. Son goût pour la musique s'était éteint depuis longtemps déjà et s'il avait choisi d'ouvrir une entreprise destinée aux enfants, c'était simplement parce qu'ils savait que c'était la clientèle qui lui apporterait le plus de profits. Rien n'était laissé au hasard dans son cas. Jamais. Ce qu'il ne pouvait découvrir par lui-même, il laissait sa domestique s'en occuper. Elle était une reine de l'information et c'était utile. D'ailleurs, c'était une des raisons pour lesquelles il n'aimait pas traiter avec les femmes. Elles finissaient toujours par monter quelques intrigues. C'était le genre de comportement qu'il ne pouvait pas supporter. Il était rare que notre jeune aventurier ne joue pas toutes les cartes sur table: souvent, c'était les autres joueurs qui étaient trop aveugles pour le remarquer. Enfin, il faut dire que les évènements passés de sa vie ne portaient pas tellement à ce qu'il fasse jamais à nouveau entièrement confiance à une femme. Comment? Nezumi? Il avait deux fois plus de raisons de ne pas croire en elle aveuglément que n'importe quelle autre dame. Bref, ce n'était pas contre cette Midoriko que ses réserves étaient, mais plutôt envers le sexe qu'elle représentait. C'était mal de juger quelqu'un simplement sur cela, mais bon. Il est certains traits de caractère que l'on ne modifient pas si facilement que cela. À dire vrai, peut-être que si sa tante n'avait pas agi aussi traîtreusement, la situation n'en serait pas aussi dramatique qu'elle l'était. Dans son cas, bien sûr. Quoique... Suivant cette hypothèse, il ferait plutôt actuellement carrière comme jeune pianiste, plutôt que comme futur vilains d'une histoire. Vraiment... Engager des gamins aussi jeunes, c'était presque lâche.

Pour ce qui était de l'argent, William aurait pu rire. Oh, bien sûr, pour le moment, leurs maigres pouvoirs leur suffisaient amplement. Seulement, ils n'avaient encore goûté aux bienfaits de l'argent. Naturellement, elle ne leur permettrait pas d'acheter grand chose dans le monde féodal à proprement parler: la monnaie de papier n'y existait pas encore et quelques billets anglais ne vaudraient pas grand chose pour les fermiers et samouraïs. Non, le gamin voyait plus loin que ça. Il y a d'autres moyens de corrompre les gens que de glisser des enveloppes brunes sous le bureau. Toutefois, c'était un savoir qu'il ne comptait pas divulguer aussi facilement. Il n'avait pas étudié autant ses manuels d'histoire pour en faire profiter aussi facilement des gens qui pouvaient finalement ne pas s'allier à lui. Surtout que c'était une matière qu'il trouvait fort ennuyante, à part pour ce qui était de l'étude des crises économiques. Dès qu'on parlait argent, vous teniez un bon filon. Ce type en avait presque une obsession. Enfin, il faut comprendre qu'il venait d'une famille de riche, qu'il avait toujours obtenu tout ce qu'il voulait grâce à l'argent. Alors de voir un refus face à cela, cela le faisait vraiment rire. Sotte demoiselle qui croyait pouvoir rêver de grandeur sans ressources pécuniaires. Ce n'était pas le salaire d'un enseignant qui leur offrirait la même opportunité que son compte de banque trop plein pour qu'il en profiter entièrement au cours d'une seule vie. Pour ce cas-ci, il était bien décidé à investir dans cette petite... pas organisation, mais bon, vous voyez un peu le genre. Néanmoins, s'ils ne venaient pas à comprendre la valeur de ce qu'il leur offrait, c'était qu'ils n'en valaient pas la peine finalement. Et dans son cas, il était clair, net et précis qu'il ne gaspillerait pas une fortune pour des incompétents. Ce qui allait à dire qu'il ne verrait pas la situation comme un échec, mais plutôt comme un retrait d'intérêt. Ce n'était toujours pas de sa faute si ces gens étaient trop imbéciles pour comprendre la valeur de ce qu'il leur offrait sans demander grand chose en retour: faire partie de leurs rangs. Bien sûr, par là, il comptait obtenir quelque chose, mais ça ne leur retirait quasiment rien fait. Du pouvoir? Il n'en voulait pas et ce n'était certainement pas pour l'argent qu'il voulait s'investir, ce serait trop ridicule.

Venait maintenant le temps de vendre ses autres atouts. Il ne pouvait pas dire qu'il serait de grande aide en situation de combat. Malgré son cerveau et sa grande mémoire, il ne valait pas grand chose. Il savait se montrer stratégique, mais il doutait qu'ils aient besoin d'un général, ni d'un Julius César pour guider leurs opérations militaires. D'un autre côté, il était plutôt piètre au niveau combat. Il ne savait que se battre au fleuret et encore, il manquait cruellement d'endurance physique. Certes, ça se travaillait, mais il avait bien d'autres choses à gérer que son talent en escrime. Il n'avait pas vraiment d'intérêt pour ce sport. Ni personne pour s'entraîner avec lui. C'était un gamin de toute façon trop orgueilleux pour accepter les corrections de quelqu'un d'autre. Encore moins une correction parce qu'il était trop nul pour vaincre son adversaire. En ce qui concernait les pouvoirs spirituels et autres, il n'en avait pas beaucoup. Il s'était découvert quelque talent de nécromancien, mais c'était très peu et il avait cru comprendre que Yûri l'était déjà également. Bref, tout ce qu'il pouvait apporter, c'était sa domestique et... sa soeur. Il aurait aimé pouvoir avoir plus de talents qu'un gros cerveau, mais il ne pouvait pas faire mieux. Pour l'instant. On ne pourrait pas dire que c'était un trouillard quelque chose de la sorte, seulement, dans un champ de bataille, il n'avait pas sa place.

-Écoutez, je n'ai pas grand chose à vous proposer outre mon argent et quelques services. Je hais l'escrime, les armes à feu sont pour la plupart trop lourdes pour que je les soulève. D'autre part, ma force, c'est réfléchir, mais vous avez déjà un chef pour le faire. Je n'ai pas de talents spéciaux, mon seul don, c'est une mémoire photographique. Tout ce que je vois, le retiens. Ça ne m'en prend pas beaucoup. Pour ce qui est du reste, ma domestique – d'ailleurs, c'est elle qui vous a trouvée pour moi – s'en occupe. Bien sûr, il y a Lizzie qui est plutôt utile, mais je préfère ne pas la faire intervenir dans cette histoire. De toute façon, je ne compte pas m'effacer pour la laisser faire quelques bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   Février 22nd 2011, 2:04 pm

L'argent, l'argent l'argent, c'est fou le nombre incalculable de personne qui étaient prête à tout pour une question d'argent. L'argent après tout ce n'est qu'un bout de papier de forme rectangulaire dont l'homme a cru bon de mettre de la valeur sur celui-ci. Qu'elle était donc cette satisfaction ridicule que toutes ces personnes blindés de thune pouvait bien leur apporter ? Rien du tout. L'argent rends juste l'Homme égoïste, il ne pense qu'a lui et à son petit profit personnel... L'argent et le pouvoir c'était les deux chose qui régentaient le monde de pourris dans lequel nous vivons. Que deviendrait l'Homme si du jour au lendemain tout l'argent du monde disparaissait ? Un simple petit enfant bien perdu mais qui devrait tout faire pour relever la tête et s'en sortir sans argent. C'était bien ça le problème de cette planète depuis qu'un idiot a osé mettre de la valeur à un stupide papier ou un quelconque métal rare les gens sont devenus pourris. Comment font les habitants dans les pays les plus isolés du monde, je veux parler des petits peuple qui vivent je sais par exemple en pleine foret amazonienne ? La plupart de ces civilisations ne connaissent pas la technologie, et la notion de l'argent leur est complètement indifférente. A votre avis qui d'entre les deux sont les plus heureux ? L'argent ne fait pas le bonheur comme certains le crois... Oui je sais déjà ce que vous allez me dire le fameux "t'as déjà vue un clochard heureux toi ?" Mais je parle évidemment de l'argent en grande quantité... Combien de nouveau riche, ceux qui gagent à leur loteries s'éloigne de vous et vous regarde de haut lorsqu'ils ont plus d'argent que vous ? Combien de personnes uniquement intéressés par l'argent refont surface dans votre entourage lorsqu'ils apprennent que vous avez en votre possession une grosse somme d'argent ? Les gens deviennent si faux et hypocrites lorsqu'on parle de monnaie. L'argent n'achète pas tout ! Voilà la façon dont Midoriko pensait. Bien sûr en écoutant ce jeune garçon parler autant d'argent, elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir ou même le critiquer sur ses choix, après tout à la façon dont celui-ci était vêtu, s'il n'avait pas "baigné" dans l'argent depuis sa naissance, celle-ci serait surprise. Évidement ce n'était pas à elle de lui faire une quelconque leçon de morale sur l'argent, premièrement parce que ce n'était pas son problème ni ses affaires et qu'elle n'en avait complètement rien à faire mais surtout parce que cette dernière savait parfaitement ce qu'était de grandir avec beaucoup d'argent. Certes la demoiselle n'était pas née ni élevé avec une cuillère en argent dans la bouche et n'était certainement pas aussi riche que ce jeune garçon, mais celle-ci savait ce que c'était que de vivre de manière aisée disons que la vie était certes un peu plus facile avec de l'argent. Cependant la jeune demoiselle n'en avait complètement rien à faire de l'argent et ce depuis toute petite à l'instar de son père adoptif qui dépensait son argent en le jetant par les fenêtres, combien de fois ce dernier avait perdue son temps à acheter je ne sais quelles babioles inutiles pour tenter d'acheter le cœur de sa fille ? Ou au moins faire semblant, celle-ci n'avait jamais vraiment sût ce qu'il en était réellement sur ce type. La seule chose qu'elle lui demandait tout le temps, c'était que s'il tenait réellement à lui faire plaisir et qu'il tient tellement à lui acheter quelque chose c'était qu'il lui offre des livres et pas un stupide piano qui n'avait jamais servit.... Au point même que la mère adoptive de Midoriko lui reprochait tout le temps cette attitude, donc en y réfléchissant, peut-être que ce dernier ne jouait peut-être pas la comédie finalement. Enfin bref il était trop tard pour savoir la vérité, même si elle aurait voulue le savoir, puisque celui-ci mangeait les pissenlit par la racine.

Ce que Midoriko appréciait chez William, c'est qu'il était loin de se laisser démonter par un quelconque rejet de la jeune femme. En effet celui-ci trouver toujours un moyen pour parer ses éventuels rejets. Il était borné et savait ce qu'il voulait c'était tant mieux pour celui-ci. Cependant, ce n'était pas vraiment le moment idéal pour dire à quelqu'un okay j'accepte ta proposition. En temps normale celle-ci aurait bien évidemment pût le faire, mais là... Disons que la situation n'était pas évidente. En effet cela n'avait bien sûr rien à voir avec le jeune garçon qui était en face d'elle, mais il y avait ce je ne sais quoi dans l'air qui faisait comme si quelque chose allait certainement bientôt changer, ce dont il s'agissait ? La jeune femme n'en avait pas la moindre idée, beaucoup de choses était étranges et pas très logique... En effet son "collègue" appelons-le ainsi avait curieusement disparu de la population et ceci de manière très soudaine... La jeune demoiselle n'avait tout simplement rien compris. Yûri lui avait juste refilé un téléphone portable en lui disant juste qu'il la contacterait au moment venu. Qu'est-ce que celui-ci était encore en train de préparer c'était la grande question. Celui-ci avait effectivement changé radicalement d'attitude comme si que tout ce qui l'entourait lui était complètement égale et qu'il avait mieux à faire ailleurs. C'était probablement le cas. Le soucis dans ce genre de situation c'est qu'est-ce qu'on fait pour les "recrutements" ? On laisse tout tomber et on les envoie tous balader ? La jeune femme aurait bien sûr souhaité en savoir d'avantage, mais avec le temps, celle-ci s'était habitué à ce genre de comportement de la part de Yûu, donc elle ne cherchait plus à comprendre quoique ce soit. Disons que si cette dernière doit savoir quelque chose elle finirait par le savoir soit en le découvrant toute seule, soit Yûu la tiendrait dans la confidence, si on peut dire ça ainsi. Ce qu'il y a de bien, c'est qu'à présent grâce à ce petit cadeau, je parle du téléphone, la jeune demoiselle est obligée de rester dans le monde moderne maintenant pour ne pas rater l'appelle, c'est magnifique n'est-ce pas ? Quoique n'aimant pas du tout restant dans cette ville sordide pour rester polie, Mido ne pouvait s'empêcher de partir de l'autre côté. Cependant celle-ci n'avait plus trop le choix de revenir régulièrement et bien évidement pour arranger le tout ce très cher Yûu prenait bien tout son temps pour la contacter, Alala mais qu'est-ce qu'il foutait encore celui-la !!!! Vous me direz, il existe des répondeur sur ces fichus téléphones de nos jours, mais avec Yûri, au cas où vous ne le savez pas encore, il faut s'attendre à tout et ça, Midoriko était largement habitué à ces petites manigances de ce genre. Donc la jeune femme devait revenir régulièrement dans le monde moderne, pas vraiment enthousiasmée mais elle n'avais pas trop le choix.

La jeune demoiselle écouta attentivement la réponse du garçon face à sa réplique lui disant à la limite que s'il n'était pas content il pouvait s'en aller celui-ci s'était mis à donner des explications sur ce qu'il pouvait vraiment apporter à l'équipe, avec toute franchise il expliqua qu'il n'était pas très doué au combat mais qu'il possédait une excellente mémoire photographique et donc au final qu'il n'avait pas grand chose d'autre à apporter mis à part son argent et sa domestique et une certaine Lizzie... Qui était donc cette personne ? Une amie à ce dernier ? Hum peut-être pas puisque celui-ci lui reproche de faire des bêtises, cela devait être donc quelqu'un de plus proche pour qu'il parle de cette jeune femme et qu'il veut la faire intégrer à ses plans. La jeune femme prit une grande inspiration avant de répondre.

- Je vois, je vois... Et bien tu semble obstiné et savoir ce que tu veux, ce qui est appréciable. Mais je vais être franche avec toi, je ne pourrais pas te donner ma réponse immédiatement. Je dois revoir certains détails avec Yûri avant et ça ne serait pas correct de ma part de t'accepter et de devoir revenir sur mes paroles. Ah oui en fait qui est...

L
a jeune femme n'eut pas le temps de dire un mot de plus que son fameux téléphone s'était mis à sonner, celle-ci le sorti donc de la poche de sa veste et avant de décrocher rétorqua

- Désolée, je vais devoir être impolie mais c'est important...

Par la même occasion celle-ci sortit le compte exact pour payer son café et déposa l'argent sur la table avant de se lever rapidement; elle regarda le jeune garçon et finit par dire

- On te contactera plus tard. A bientôt.

Enfin celle-ci se retourna et pris rapidement la direction de la sortie et décrocha enfin son téléphone, après avoir assez fait attendre le monsieur, mais celle-ci préféra s'assurer que personne ne puisse écouter sa conversation.

- Je commençais à croire que t'étais mort...

Dit-elle tout en mettant ses lunettes sur son nez et se fondant rapidement dans la foule en direction inconnue. Midoriko était une jeune femme de parole, et lorsque celle-ci promettait quelque chose à quelqu'un on pouvait être sûr que celle-ci tiendrais sa promesse, même si ce n'était pas forcément elle qui lui donnerait des nouvelles, elle en avertirais le jeune homme de leur décisions.



désolée de finir comme ça le RP mais je voyais pas trop ce qu'elle pouvait ajouter de plus ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: «J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

«J'ai une proposition à vous faire...» (Réservé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» wellen et son stron en foto pour vous faire plaisir
» Blblbl. Oui ceci est du remplissage de titre. Et grâce à ça je vais vous faire perdre trentes secondes de lecture et vous faire sourire légèrement même si certains diront "c'est pas vrai j'ai pas sourit". Ceux là je les zute. C'est clair ? Bref.
» De retour pour vous faire ... [Ft. Blake]
» Swan Carter pour vous ... faire souffrire.
» Besoin de vous faire mener à la baguette, Alwenn est là pour ça !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chemin du temps :: Hors jeux :: ARCHIVE(S) :: [†]Poubelle land![†] :: Archives RP-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit