Le chemin du temps


Découvrez un univers dévasté par la guerre où des monstres vous menacent. Incarnez votre personnage préféré ou créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de mal...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Partenaires  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aya Hirumoto
|MODO| |Collégienne| Réincarnation d'Inuyasha|MODO| |Collégienne| Réincarnation d'Inuyasha
avatar
Féminin
Nombre de messages : 1108
Age : 20
Localisation : J'en sais rien dans un cimetière?
Amour : Je l'aime, même si je sais qu'il est mort..
Arme : Tatsuki et Ryû et d'autres petites armes
Date d'inscription : 17/10/2009

Feuille de personnage
Pouvoir:
59/100  (59/100)
Alignement(Bien ou Mal):: Bien
Shikon no Tama :: 1 Fragment
MessageSujet: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 9th 2010, 6:19 pm

Matin de m*rde, matin de m*rde, vous savez ce que je haïs le plus au monde? Nan?! Les journées m*rdiques d'été! Ouais! ÉTÉ! Le soleil qui vous brûle la peau et les yeux, mais de plus que les rayons de soleil vous tapent dans les yeux! Keh! L'été, c'était la saison que je haïssais le plus au monde, de un parce que c'était une saison pourrie, mais de deux parce qu'il faisait souvent très très chaud! Grrr, matinée m*rdique!
Le soleil ne pouvait-il donc pas disparaître pour de bon?! Devait-il nuire les gens comme moi!? Était-ce vraiment obligé que cette boule de feu énorme près de la planète existe?! Ouais, je sais vous allez me dire, "Mais bordel! Le soleil c'est la source d'énergie de tout êtres vivants sur Terre, tu peux pas faire disparaître le soleil de là! " Mais vous savez ce que j'vous dis moi?! Vous et de votre soleil?! J'VOUS EMM*RDE TOUS! COMPRIS!?
Mais le pire reste à venir, ce sont ces filles là! Ouais! Vous là! Stupide lecteur! Regardez votre tenue un peu! Super-mini-short avec un débardeur blanc qui vous va jusqu'au nombril et qui fait voir votre sous-vêtement de couleur rose ou noire! Beurk! Sérieux, les jeunes de nos jours (ce qui ne veut pas dire que je suis vieille, j'ai seize ans (donc Aya, pas mwa), mais la mode et moi on est pas copain-copain) y a pas pire que ça! Franchement, en été, c'est justement cela qui est bête, les jeunes s'habillent très peu en été, surtout les filles, quoi que les mecs, s'étaient aussi dégueulasses et ça transpiraient surtout en été! Cette odeur atroce qui submerge la pièce où vous vous trouvez, ce qui coule souvent sur votre front et qu'on appelle "transpiration".. Arg! Rien que d'y penser j'ai envie de vomir! ><
S'asseoir à côté d'un mec qui transpire, c'est le pire de tout! Ou encore les mecs qui arrêtent pas de draguer en été les filles qui se promènes avec des mini-jupes qui font voir leur cuisses.. Brrrhhh... Affreux! BEURK!
Enfin le pire de tous, c'était les cours de rattrapage quand t'as failed une matière ou un test, c'était abominablement nul! Pourri! Stupide! Débile! Ennuyeux! C*n! Bête! Affreux!
Quoi? Vous me demandez si j'avais des cours de rattrapage?! Mais vous m'en posez des questions! Bandes d'incultes! Vous ne savez pas lire!? Hein? Quoi?! J'vous ai pas dit que j'avais des cours de rattrapage?! Pfff! Bah.. Maintenant vous le savez! En quelle matière me demandez-vous?!...
En histoire! Cette ô matière que je haïs le plus au monde! Je n'ai jamais écouté pendant ces cours surtout que le professeur était naze, carrément nul et ne savait même pas donner des cours intéressants. À chaque fois qu'on avait des cours d'histoire, je m'installais au fond de la classe, le livre sur la table, grand ouvert devant moi et je m'endors derrière le livre, comme ci de rien n'était, après tout, c'est pas comme si j'allais écouter les cours ennuyeux d'un prof ennuyeux..
Bordel, qui pouvait donc supporter des cours pareilles?! HEIN!? L'histoire commence depuis que l'être humain à commencé à écrire, avant cela il y avait la préhistoire, quand l'homme ne savait pas encore écrire.. Bon, après fallait retenir des dates insupportables pour des événements importants, genre tel et tel était né pendant cette année là, donc en ce siècle là, lui, il a fait ça en XX (ce qui est juste un exemple rassurez-vous) siècle, fin bref des trucs incompréhensibles que seul les crétins peuvent comprendre. u_u
Même moi j'y comprenais que dalle, donc ne cherchez pas à comprendre..

Couchée sur mon lit bien douillet, j'observais mon réveil qui indiquait cinq heures du matin.. Je n'avais pas réussie à fermer l'oeil de la nuit et je crois deviner que je n'ai dormis que une ou deux heures, à cause du choque que j'avais eue de savoir que j'avais en cours de rattrapage en histoire, en plein vacances d'été.. C'était écrit noir su blanc, sur un papier d'école avec une enveloppe pourrie, avec la signature du directeur de l'établissement..
Le tic-tac de mon réveil se faisait entendre dans toutes la chambre, le silence avait prit place parmi moi et mes objets, mais bon cela ne changeait rien au fait que j'entendais les voitures passer dans notre quartier ou encore les oiseaux qui se mettaient à chanter de leur voix aiguës à vous casser les oreilles.
Tsss.. Les gens trop heureux me dégoutaient, les imbéciles heureux me foutaient la chaire de poule, tellement c'était c*n.. D'un mouvement lent, je me hissais hors du lit, n'aillant plus aucune envie de dormir ou de rester tranquille sur mon lit. J'allais farfouiller dans mon placard de quoi me mettre dessus, je pris ce qui me venais sous la main, tant pis, j'en subirais moi-même les conséquences en étant trop flemmarde de ne même pas regarder ce que je prenais. J'ouvris donc silencieusement la porte pour ne réveiller personne et me dirigeais vers la salle de bain, et ferma la porte de cette même salle de bain pour être en paix..
Me déshabillant rapidement, j'allais prendre une douche bien froide, je me lava les cheveux et resta sous la douche l'air songeuse..
Le bruit de l'eau.. Fuuuh.. Que cela me calmait, on aurait dit que je me trouvais sous la pluie, j'aimais la pluie, l'eau, la neige, c'était beau et rafraîchissant, cela calmait mes idées, mon esprit et mes pensées.
Je sortis de la douche et m'entoura dans un linge propre de couleur blanche, mes cheveux sentaient la fraise, j'aimais cette odeur, car j'adorais les fraises. °°
J'ouvris un petit armoir qu'on avait dans la salle de bain et pris le lotion pour le corps qui sentait le citron avant de le mettre un peu partout sur mon corps svelte et pâle, j'étais affreusement pâle, de quoi faire peur à un gamin, ce n'était pas normal, mais je n'y pouvais rien..

Tout en m'habillant, je cherchais ma brosse à cheveux qui devait se trouver quelque part, mais je ne savais pas trop où en fait, ce qui était justement là le problème. Après avoir trouvée ma chère brosse à cheveux, je me brossais les cheveux et adjustais mes vêtements correctement, j'étais vêtue d'un simple jean noir et d'un simple T-shirt rouge carmin, mes cheveux étaient lisses comme chez tous les japonais, sauf que mes cheveux étaient argentés et non noirs. Je farfouillait alors dans une étagère pour chercher mes lentilles de couleur noire, parce que pour de vrai, mes yeux étaient de couleur noire, hélas pas indéfiniment, selon mon humeur ou autres, mes pauvres yeux changeait de couleur, donc ça pouvait virer du jaune au gris, comme ça d'un coup, donc je mettais des lentilles juste pour cacher cela, sauf quand j'étais dans l'époque Sengoku, là c'était normal..
Finalement, je sortis de la salle de bain et alla dans ma chambre. Refermant la porte derrière moi, j'allais vers un tiroir et l'ouvrit avec une clef et observa mon Inro que j'avais rangée dans ce même tiroir..
Le fragment de perle y était encore, je referma le tiroir et prit mes mitaines de couleur noire et les mis, je jeta un coup d'oeil à mon réveil qui indiquait maintenant six heures et quart, wouhou, j'ai vraiment prit mon temps là, d'habitude, je suis plus rapide que ça..
Je me mis à chercher (de nouveau) sur une étagère, un livre intéressant pour faire passer le temps, après tous j'avais encore deux heures devant moi avant que les cours de rattrapage commençaient, donc mieux valait en profiter. Prenant au hasard un livre, j'alla m'installer sur le tapis et me mis à lire..

Une heure passa, je n'avais même pas remarquée le temps passer, d'un mouvement lasse je referma le livre et le posa sur mon lit avant que quelqu'un ne frappe à la porte, je lui dis d'entrer et mon frère fit son apparition.

" Hoo! Kei! Dis-je avant de m'approcher de lui :" Qu'est-ce que tu fais là frangin? "

Kei esquissa un de ses plus beaux sourires, aujourd'hui il était vêtu d'un simple jean noir et d'un simple T-shirt bleu marin. Hein? Comment il a eu du temps pour se préparer aussi vite?

" Aya Commença-t-il :" Tu te souviens pas que je suis aussi en cours de rattrapage? "

HEIN?! Ce type intelligent, en cours de rattrapage?! Bouche bée et yeux écarquillées, j'observa mon frère l'ai choquée.. J'avais complètement oubliée!

" .. Que.. Ah.. Oui, c'est vrai. " Bredouillais-je

Mon frère se mit à rire et nous décidâmes d'aller prendre notre petit déjeuner ensemble. Je referma la porte de ma chambre derrière moi et descendis les escaliers tout en discutant avec Kei. Arrivés dans la cuisine, nous cherchions ce qu'il nous fallait pour nous faire un petit déjeuner, après avoir trouvé ce que nous cherchions, nous nous installâmes sur la table de la salle à manger et commençâmes à manger.
Comme tous les matins, nous discutions de ce que nous allions faire ou de ce que nous pensions faire dans la journée, m'enfin que des trucs normals qu'on partage entre frère et soeur quoi.
Notre petit déjeuner se constituait tout simplement de céréales avec du lait, on avait pas vraiment faim, pis bon, fallait aussi manger quelque chose avant d'aller en cours, non?

Quand nous avions vidés nos bols, nous amenions nos vaisselles dans la machine à vaisselles, puis montâmes à l'étage supèrieure pour préparer nos affaires. J'entra dans ma chambre et prit mon sac en bandoulière de couleur bleu, je pris ma trousse, mon cahier d'histoire et mon livre d'histoire, avec mon cahier de notes où je pouvais écrire les choses importantes à savoir.
Rangeant mes affaires dans mon sac, j'alla de nouveau dans la salle de bain, mon sac en bandoulière sur l'épaule droite, je me brossa rapidement les dents, Kei vint me rejoindre pour aussi se brosser les dents.
Après cela nous descendîmes en bas, j'alla mettre mes chaussures, quand mon abruti de frère chéri cherchait les siennes, il les trouva et les enfila rapidement, je vérifia une dernière fois si j'avais tous mes affaires.
Portable, ok. Clef, ok. Sac, ok. Montre, ok. Livres, ok. Donc c'était bon, je ne crois pas avoir oubliée quelque chose, pis dans le cas contraire ce serait pas si grave que cela, quoi que...

" Kei! Pars en premier! " Dis-je avant de monter en tout hâte en haut.

Le jeune garçon haussa les épaules, puis fit comme sa soeur lui demanda et partit en avant. Pendant ce temps, je pris mes cartes de jeu et mes deux sabres, Ryû et Tatsuki, je ne pouvais pas les oublier, aujourd'hui j'avait encore un entraînement de Kendo, ça tombait bien, je les pris avec moi sans me soucier de ce que pouvais bien dire mon prof d'histoire stupide et ennuyeux.
Je pris donc soin de attacher les étuis qui contenaient Ryû et Tatsuki à mon sac, de façon à ce que cela ne me gêne pas, je descendis donc à nouveau et quitta pour de bon ma maison en courant, essayant de rejoindre mon frère qui avait déjà prit un peu d'avance sur moi.
C'est en courant que je finis par rattraper Kei qui avançait tranquillement, toute rouge et essoufflée, je me calma quand j'arriva à ses côtés, mon frangin me regarda tout en avançant, petit à petit, je repris mon souffle.
Nous allâmes donc ensemble à l'école pour faire ce fichu cour de rattrapage qui avait lieu plusieurs fois par semaine à la même heure, au même lieu.

Il était huit heure et quart quand nous franchissions la cour d'école qui était vide, comme une ville fantôme, nous entrâmes dans l'établissement et plusieurs salles défilèrent devant nous, mais nous ne cherchions qu'une seule classe, la classe numéro 66, un chiffre dite "maudite", m'enfin je croyais pas à ces superstitions, c'était pas mon truc, du moins, c'est ce que je me disais.
On trouva donc la classe qu'on cherchait et nous nous arrêtions devant la porte, nous entrâmes dans la salle de classe, on était en avance, donc mieux valait attendre "sagement" ici.
Kei s'appuya donc contre le mur et je fis de même en m'appuyant contre le mur prêt de lui, mon frangin sortit ses écouteurs de sa poche et me tendit un de ses écouteurs, je le mis à mon oreille gauche et lui à son oreille droite et il mit une musique que nous écoutions donc ensemble pour attendre les autres élèves et le prof arriver.


Aya's themeAya's memoriesAya's little secrets


Je suis la réincarnation d'un clébard et alors? Cela te déranges à ce point-là, Invité?
Spoiler:
 


Dernière édition par Aya Hirumoto le Septembre 13th 2010, 3:48 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 10th 2010, 8:02 am

[Aya"Regardez votre tenue un peu! Super-mini-short avec un débardeur blanc qui vous va jusqu'au nombril et qui fait voir votre sous-vêtement de couleur rose ou noire! Beurk! Sérieux, les jeunes de nos jours (ce qui ne veut pas dire que je suis vieille, j'ai seize ans, mais la mode et moi on est pas copain-copain)" Ouais! Enfin u qui me comprend ! A bas la mode-euh xD]

TUUUUUUUUUU..clik!Ce merveilleux son,vous reconnaisez?C'est celle de l'alarme de votre matin-réveil!Et oui,c'est enfin l'école,l'ennemi n°1 des enfants!Et pourquoi?Parce que il s'ennuit a chaque cours ou cela ne leur interresse pas mais nos parents doivent toujours dire que si on travaille pas,on ira a la rue comme ce pauvre messieur.Mais purée! QUI dit que c'est a coup sur?Bref,Kiraya se lève de son petit lit rouge et lache son petit panda en peluche (OUI!C'est gamin mais oh hein?) pour aller se reveiller en se lavant le visage.Ensuite elle met son Baby Bilko rose avec un chat blanc en tenant un coeur et un jean noir et met ses cheveux en queue de cheval et met un bandana blac avec point noirs pour cacher ses oreilles de chat.(après le rpg "a chacun son combat") Elle hais cet uniforme bleu avec du gris dessus! YERK!Et heureusement que de nos jours on peut choisir l'habit qu'on porte sinon elle aurais fais un scandale!Bref après cela Kiraya va n bas pour manger son petit bol de cereal et elle fut acceullie par sa mère:
"Bonjour Kiraya!Tu est prêt pour le cours?"
Kiraya sait pas de quoi elle parle mais hocha un oui de la tête.
"Sis'!"Cria son frêre
"Salut Hiji-o-nii-chan"
"Hey!Il parait que tu vas en cours de ratrapage?"
"HEiiiiéééé???"Kiraya regardit son frêre comme un alien qui vient de descendre de son vaisseau spatial.
"Oui,Maman a demandé un cours de ratrapage au prof..."
Kiraya n'écoutait pas le rest du bal-bal mais une chose est sur,Kiraya vas trucider sa mère un jour pour aller dans un stupide cours de ratrapage.Mais le moment est tard pour demander de ne pas y aller.Donc elle prit rapidement son dej' et vérifie son cartable.Un choc lui fit.OU ÉTAIT LA TROUSSE?!Elle montit dns la chambre et vit le chat Toora jouer avec.
"REND-MOI ma trousse!" ordonna Kiraya et comme ça marche a tout les coup.Elle sortis un vieux rat (Quel trouve souvent sous son lit) et le jette dehors par la fenêtre pour que le chat s'en aille.Elle prit la trousse et la mit dans son sac.Et elle sauta par le fenêtre pour partir au collège.Arrivé devant la maison,elle vit Nakumo.
"Salut!Toi aussi t'y vas a ce cours de ratrapage hein?"
Son amie aquièça de la tête et elles vont au collège pour aller "Ratrapper" le cours ou elle sais pas quoi.Arrivé là-bas,elles vont a la salle 66 et elles vit deux personnes écoutant de la musique en attendant.Elle se mirent pas loin et commence a papoter.
Revenir en haut Aller en bas
Matsuo Takashi
|Star du cinéma|Hero's leader| |Réincarnation de Miroku|||Star du cinéma|Hero's leader| |Réincarnation de Miroku||
avatar
Masculin
Nombre de messages : 697
Localisation : Dans les territoires défendus
Amour : Secret d'état! xD
Arme : Huryu
Date d'inscription : 28/02/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
5999/9999  (5999/9999)
Alignement(Bien ou Mal):: Bien
Shikon no Tama :: 1 fragment
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 10th 2010, 11:19 pm

Les dernière semaine avait été plus tôt dur pour Matsuo. Il n'avait cesser de travailler. D'un sens, oui, a cause de sa carrière charger, mais quand il n'était pas dans ses tournage ou séance photo celui-ci était soit dans son dôjo personnelle ou dans le monde féodale a s'entrainer. Je sais très bien la question qui vous brules les lèvres... Putain est-ce que ce mec était une machine o.0!?? Peut-être... Ou tous simplement qu'il était quelqu'un qui avait une source d'énergie inépuisable? Mais bref tous pour en venir qu'il n'allait pas arrêter ses entrainement jusqu'au moment ou son état physique et psychologique allait être en parfaite état. Plus ses entrainement se passait plus le jeune homme devenait plus confiant avec ses pouvoir et savais mieux contrôler Huryu et surtout ses technique au combat. Il se basait sur les entrainement que son père lui fessait lorsqu'il était jeune mais avait les avait double de difficulté. Tout moyen était bon pour celui-ci afin d'atteindre ses objectif. Il avait tellement la tête a ses entrainement et a son horaire qu'il avait négliger l'école lors des dernier jours d'examen et résultat! Il se retrouvait obliger de suivre un cours de rattrapage, comme si il avait vraiment le temps à perdre dans un foutu classe a revoir tous se qu'il on déjà vue en cours au courant de l'année! Le pire s'était qu'il en avait même pas besoin... Il s'était simplement endormit de fatigue durant l'examen si sa n'aurait pas été le cas jamais il en aurait eu! S'était tellement stupide. Le jeune homme s'en voulait s'était bien sur! Mais avait-il vraiment le choix?! En plus en histoire! Il y a t-il une matière plus facile que sa ? Même en art plastique s'était plus dur que sa ! Tout pour dire qu'avec le père qu'il avait c'était presque qu'un don innée chez lui l'histoire. Depuis qu'il était jeune il la connaissait. Et tout de même il allait vraiment être obliger de se pointé a se foutu cours d'été. Voila qui lui brisait tous ses projet. Il avait même dut appeler son agent pour l'avertir qu'il n'allait pas pouvoir être présent au « Talk Show » qui allait servir de promotion pour son tout nouveau film. Y avait-il quelque chose de plus barbant que sa aussi... En fait avoir annuler cela a la dernière minute, le jeune homme a la chevelure sombre au reflet bleuté s'en fichait éperdument... Il n'aimait pas vraiment faire sa propre promotion, sachant que cela servait a rien. Depuis le début de sa carrière ses film ou n'importe quoi qu'il avait fait en tant que star avait toujours exèder les cote d'écoute, alors pourquoi continuer la promotion. Ses sur que tout les siège allait être remplit pendant des mois au cinéma... Alors a quoi bon?! Pour lui s'était encore une perte de temps... Lui et son agent ne s'attendait pas vraiment sur se point là... Mais bref on n'est pas obliger de toujours être d accord sur nos propre opinion? Après tout l'on était tous unique en notre genre, hein?! Si vous auriez vue la réaction du père de Matsuo lorsqu'il a reçu l'appelle de l'école pour le prévenir que ce dernier était attendu en cours de rattrapage cette été. Cela fessait deux semaine qu'il s'était pas parler puisqu'il ne se croisait jamais et celui-ci avait trouver le moyen de lui foutre et char de merd*** Disons que le jeune homme l'avait vraiment mal prit... Il fallait dire qu'il fallait le comprendre tout de même... Pourquoi lorsqu'il n'est pratiquement jamais a la maison celui-ci tombe pile sur l'appelle de l'école et après tout qu'avait-il a lui dire qu'il ne savait pas deja... ? De plus comment pouvait-il lui faire un savon sur la moral et bla bla bla... Lui et sa vie de playboy! Trop pour le jeune Matsuo! Il ne respectait plus vraiment son père depuis qu'il ne semblait plus se respecter lui même. Depuis qu'il avait tromper sa mère et que les deux s'était divorcer celle-ci n'arrêtait pas d'amener et de changer tous le de de femme¸s... Disons qu'elle ne restait pas longtemps... Dès qu'il avait réussit a l'avoir dans son lit, s'était presque si il ne le foutait pas directement dehors... En d'autre mot son père le dégoutait maintenant... Leurs relation avait chavirer depuis l'instant ou sa mère avait quitter le décor... Ou plutôt au moment ou il vie pour la première fois de sa vie sa mère pleurer... Quel sans cœur! Tous pour dire que durant le savon que son père lui avait fait en parlant des apparence que les note n'était important et blabla bla... Bien Matsuo ignorait complètement son père,. Cela s'était tous simplement terminer car son père s'était mit en colère puisqu'il voyait bien que son fils ne voulait pas l'écouter tous simplement. Car il venait de comprendre que celui-ci n'avait plus rien a faire de son autorité. De plus même si son père voulait le mettre a la porte celui-ci ne manquait guère de moyen pour se payer n'importe qu'elle maison a lui seule. Dire que le grand Himura n'avait plus de contrôle sur son fils. C'était assez drôle et ironique...

« Bip, bip, BIP, BIP, BIPPPPP!!!! BANGGGG!!!!! »


Le dernier bruit fut le réveille qui s'était violemment écraser contre le mur droite de la chambre de Matsuo...

« ARGGGGG ! Pas déjà...! »

Râla t-il en tournant dans son grand lit, tout en enfonçant sa tête dans son oreiller...

Tout en soupirant le jeune homme se redressa fébrilement toujours sur son matelas douillet. Le jeune homme n'avait dormit que deux heure, puisque envahit par la rage suite a sa confrontation avec son père celui-ci avait passer une partit de la nuit a s'entrainer. Ses muscles le fessait même encore souffrir. Disons qu'il ne leurs laissait pas le temps de se remmetre de chacun de ses entrainement... Il ne se laissait presque qu'a peine le temps de respirer entre chaque truc qu'il avait a son horaire s'était pas mêlant celui-ci si il continuait allait courir a sa propre perte... C'était toujours le même recommencement... Il n'arrivait pas a dormir et ne réussissait qu'a des heure anarchique et ne voulait jamais sortir de son lit. Malheureusement pour son corps qui avait besoin de se reposer celui-ci était quelqu'un de très discipliné. Alors cela ne prenait pas vraiment de temps lorsque son cadrant avait sonner qu'il se levait même si il n'en avait aucune envie... S'était comme un réflexe totalement machinale. Mais la question que l'on devait se poser était combien de temps celui-ci allait tenir? Bien entendu celui-ci ne penssait pas a sa... Après tout pour lui tout se qu'uil fait peut être parfait seulement si il y met tous son énergie... Alors c'est sur cette pensser qu'il réussit a tenir chaque jours ou il trouve sa vie dure... Ety encore une fois celui-ci sortit de son lit la même idée en tête... Aussitôt sortit celui-ci se dirigea vers la cuisine ou devant le frigidaire il y prit deux gros canne de boisson energisante. Voila son petit déjeuner rapido presto! Très bon pour la santé vous en convier xD... Mais Matsuo s'en fichait éperdument il voulait simplement se réveiller et n'apréciait pas le café. Alors quel choix lui restait-il? Tout engloutisant une ce dernier se dirigea vers sa chambre toujours habier qu'un boxer noir. Oui Mat comme tous les garçon banal aimait bien se promener en boxer le matin lorsqu'il n'est pas totalement réveiller jusqu'au momment ou il aille a sa douche. Justement se qu'il fit aussitôt qu'il fit sa première grosse canne de boisson chimique. Lorsqu'il en sortit celui-ci un peignoire a la taille empoignat une autre paire de sous vêtement, un chandaille, patalon et les enfila. Aujourd'hui celui-ci était habier non pas en habit d'école puisque celui-ci c'était dit que l'école était fermer apres tout... C'était l'été M****... Il allait bien s'habier comme il en avait envie... Justement cette fois celui-ci se contanta d'un simple jean et d'une camisole blanche... Quoi la simplicité a toujours meilleur gout, non? Tous en prenant sa canne et la mettant dans son sac celui-ci se dirigea vers le garage. Il en avait rien a foutre que son père ne voulait pas qu'il prenne la moto. S'était la sien il l'avait acheter de sa poche, avait même prit ses cours qu'est-ce qu'il allait faire! Hein!? Tout en passant par le hall et prit de sa main droit son cote de cuir qui était dans le placard le mit sur son dos et partit enfin en direction du garrage. Lorsqu'il y pénétra il appuya sur le bouton pour ouvrir la grande porte et partit en direction de sa moto noir. Il la chevaucha aussitôt démarra le moteur et partit en flèche. Il fallait dire qu'aujourd'hui ce dernier n'était pas de très bonne humeur, Oh sa non! Juste avant de franchir la fin de la propriété celui-ci appuya sur une commande a distance pour que la porte se referme qu'il avait sur son trousseau de clef.

Les paysage changeant passait rapidement. Le jeune homme allait plutôt vite même que cela en viendrai dangereux si il ne saurait pas contrôler son appareille... Cela n'avait prit qu'une dizaine de minutes pour atteindre sa destination. Tous en freinant très sec celui-ci stoppa son appareille dans le parking de l'école. Toujours assis sur son engin celui-ci enleva son casque qu'il avait prit soin de mettre juste avant de partir et enleva ses clef du moteur. Sur cette lancer celui-ci partit en direction de l'académie et y entra. Dans les couloir celui-ci déembulait son sac a dos a l'épaule, son casque accoter entre son bras droit et son abdomen et de sa main libre celui-ci pouvait versifier sur une feuille qu'il avait en main quel local devait-il se diriger.


« Hmm.. local 66... Ah c'est par là! »


Dit-il tout en continuant sa marche rapidement...

Le jeune homme étant arriver en milieux d'année n'avait pas eu vraiment le loisir d'apprendre les passage les plus rapide de l'école pour se rendre a un endroit « X » Alors bien entendu celui-ci ne passa pas par le plus pratique... Il du faire a peu près le tour de l'école avant de tomber sur le fameux local ou il allait perdre ses trois prochaine heure... Aussitôt devant celui-ci poussa la porte et pénétra dans la classe. A l'intérieur celui-ci put remarquer qu'il y avait deja des élève d'arriver, mais étrangement a l'intérieur il y avait trois de ceux-ci qu'il avait déjà vue dans le monde féodale... Il les fixa un moment tout en s'installant sur un des bureau au fond de la classe. Aussitôt arriver a sa place celui-ci laissa tomber son sac sur la petite table et posa son casque sur un chaise non occuper a coter de lui... De sa main droite ce derniere ouvrit son sac et en sortit sa fameuse boisson énergisante et en prit une bonne gorger...

Revenir en haut Aller en bas
Nakumo Tutsomochi
|Collégienne| Réincarnation de Shippo||Collégienne| Réincarnation de Shippo|
avatar
Féminin
Nombre de messages : 354
Age : 20
Localisation : Sers-toi donc de tes yeux !
Amour : Euh ... Hum.
Arme : Mon épée, Flower of Fire, ainsi que mes pouvoirs.
Date d'inscription : 20/02/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
15/100  (15/100)
Alignement(Bien ou Mal):: Bien
Shikon no Tama :: 1 ... Normal, pour une réincarnation, non ?
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 11th 2010, 4:01 pm

BIP-BIP-BIP-BIP, BIP-BIP-BIP-BIP ...

«Mmmmmh ...»

Nakumo se retourna dans son lit, puis mit son oreiller sur sa tête, histoire de faire taire ce bruit extrêmement agaçant qu'est le réveil. Il faut dire qu'elle s'était couchée assez tard, la rouquine, et qu'elle détestait les réveils brutaux.

BIP-BIP-BIP-BIP, BIP-BIP-BIP-BIP ...

*Ta gue*e, saleté de réveil ...*

BIP-BIP-BIP ... FROOUSH

Ca, c'est le réveil de Nakumo qui vient de flamber. Oui, je sais ce que vous allez dire, que ce n'est pas bien d'utiliser ses pouvoirs pour sa petite utilité personnelle, et qu'il faut aider les autres qui sont plus faibles ... oui, mais ça, c'est digne d'une morale à la fin d'un film "Superman" ou "Spider-man". Là, on est dans la réalité, vous savez, cette chose encore difficile à définir, dans laquelle nous vivons et dont on aimerait bien parfois s'en passer. Et dans la réalité, si Nakumo utilisait ses pouvoirs en public, elle ne serait sûrement pas considérée comme une super-héroïne, loin de là. Non, au lieu de ça, elle serait vue tout de suite comme l'ennemi public n°1, on lancerait l'armée à sa poursuite et on l'enfermerait dans une cage à vie. Ou pire encore, on ferait sur elle des expériences et des dissections ... Bref, rien de bien réjouissant. Et puis, la rouquine, aussi gentille soit-elle, aime bien utiliser ses pouvoirs dans la vie quotidienne, pour faire des œufs au plat, par exemple, ou bien pour ne pas arriver en retard au collège ... mais bien sûr, elle essaie de se modérer.
Mais la hanyô chassa bien vite ces noires pensées, et se rendormit. Puis une odeur âcre, désagréable, vint à ses narines. Elle ouvrit son œil bleu, puis son œil vert. La première chose qu'elle vit, c'est son réveil en feu. La deuxième, ce sont les flammes qui commençaient à s'attaquer à sa table de nuit. Il lui fallut un quart de seconde pour se rendre enfin compte de sa grosse bêtise, et un autre quart de seconde pour se mettre à paniquer complètement.

«HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! Y'a le feeeeeeeeeeuuuuuuu !!!»

Cinq minutes plus tard, Nakumo s'affalait sur une chaise. Elle avait réussi à éteindre le feu, grâce à un seau près du robinet. Sa table de nuit était à présent marquée d'une grosse tache noirâtre, et son réveil était réduit à un machin métallique carbonisé.

«Pffiuuuuuu ... Promis, je n'utilise plus jamais mes pouvoirs pour éteindre le réveil ...»

Il lui fallut deux bonnes minutes pour enfin avoir le cran de se relever, après ce réveil quelque peu ... agité. Elle se dirigea vers la salle de bains. Nakumo se regarda dans la glace : ce qu'elle vit, c'est un visage pâle, aux joues rosies par la chaleur du feu de tout à l'heure. Ses oreilles de renard étaient à moitié baissées -signe évident de fatigue-, et de très légères cernes ornaient ses yeux vairons. La chemise qui lui servait de haut de pyjama était toute froissée, et les poils de sa queue de renard était aussi emmêlés que ses cheveux roux. La rouquine soupira devant ce désastreux portrait. Puis elle se déshabilla entièrement et fila prendre une douche tiède. Cela lui suffisait amplement pour se réveiller totalement. Elle prit un gel douche parfum vanille -l'un de ses parfums préférés-, puis un shampooing au subtil parfum de rose, juste assez pour ses cheveux, qui ne lui arrivent qu'à la nuque. Elle ferma les yeux pour apprécier la douce chaleur de l'eau, et c'est à contre-cœur qu'elle tourna le robinet du jet d'eau pour aller se sécher.
Une serviette autour du corps, elle enfila ses pantoufles et se dirigea vers sa penderie, dans sa chambre. Là, elle sortit l'uniforme de son collège, cette chemise et cette jupe grisâtres. Juste à côté, elle posa les vêtements qu'elle aurait tant aimé mettre aujourd'hui, c'est à dire une tunique blanche impeccable et un jean, légèrement déchiré au genou gauche. Elle regarda un instant les deux tenue. *Rooh, allez, c'est l'été ! Habille-toi comme tu le veux !* Parfois, les consciences ont du bon ... Elle sortit également des sous-vêtements, prit le tout et se re-dirigea vers la salle de bains. Une dizaine de minutes plus tard, elle en ressortit avec la tunique et le jean sur elle, chaussettes grises au pied et cheveux emprisonnés dans une serviette blanche. Cette fois-ci, elle alla vers la cuisine. D'un placard, elle sortit un bol, de l'autre une cuillère, d'un troisième, du chocolat en poudre et un paquet de croissants, et enfin, du frigo, elle sortit une bouteille de lait. Elle posa le tout sur la table et commença à préparer son petit déjeuner. Au bout d'un moment, elle mit le chocolat au lait dans le micro-ondes, alluma la radio pour mettre de l'ambiance et alla chercher un sèche-cheveux. Et, tandis que le chocolat chauffait, la rouquine se séchait les cheveux. Au bout de cinq minutes, ses cheveux roux flamme étaient luisants de santé, bien lisses, et sentaient légèrement la rose. Ses oreilles de hanyô étaient tout aussi propres, mais ça, pas grand-monde ne le verra ...

Elle sortit son bol fumant du micro-ondes et entama un croissant avec appétit. Tout en déjeunant, Nakumo pensait à son cours de rattrapage. Il est vrai qu'elle n'avait pas toujours de bonnes notes dans cette matière. Mais le problème, c'est que Nakumo DETESTE l'histoire. Elle préfère de très loin les matières telles que l'anglais, les maths et le japonais, où ses notes sont très bonnes ... Mais l'histoire, elle "bugue". Pour elle, c'était un supplice, une vraie torture pour ses oreilles. Dès le premiers cours, elle avait senti qu'entre cette matière et elle, ça ne marcherait jamais. En plus, elle n'arrive presque jamais à se souvenir des dates historiques. Demandez-lui la date de la Révolution Française, elle serai capable de vous répondre : «Euuh ... 1402 ? ...» Pour ne rien arranger, son professeur d'histoire est vraiment très, TRES ennuyeux, et là, je reste polie ...

La rouquine essuya ses moustaches de lait avec sa serviette, puis mit son bol et sa cuillère dans le lave-vaisselles. Elle rangea le reste à sa place, attrapa son sac -préparé consciencieusement la veille-, éteignit la radio et la lumière. Juste avant de fermer à clé la porte de la maison de sa défunte tante, elle vérifia qu'elle avait tout ce qui lui était nécessaire sur elle : clés de la maison, MP3, montre, paquet de chewing-gum à la menthe (à prendre après les cours) ... Oui, c'est bon, elle a tout ! A un détail près ... Nakumo ferma les yeux, se concentra. Un courant d'air souffla tout autour du corps de la rouquine, et puis ... POUF ! Plus d'oreilles, ni de queue de renard. A présent, elle ressemblait à une collégienne comme les autres. Sous le soleil matinal, elle se dirigea d'un bon pas vers son collège.

Arrivée là-bas, elle vit Kiraya, sa meilleure amie, ou "Kira-san" pour les intimes. Nakumo lui fit de grands signes, avant de courir rejoindre son amie. C'est vrai, elle aussi a cours de rattrapage. Et comme d'habitude, Kira-san avait un bandeau pour cacher ses oreilles de chat. Elle n'avait pas le pouvoir de cacher ses oreilles ... Nakumo aurait bien voulu l'aider, mais elle ne peut pas se concentrer sur deux personnes en même temps ET sur les cours. C'est mission impossible, là !

Elles arrivèrent toutes les deux à la salle de cours où devait avoir lieu. Deux personnes étaient déjà là, vu leur ressemblance, je dirai qu'elle sont frère et sœur. Vu qu'elles écoutaient de la musique, la rouquine préféra ne pas les déranger et se contenta de les saluer d'un signe de la tête. Kira-san et elle-même se dirigèrent vers le fond, s'assirent, posèrent leur sac et commencèrent à bavarder. Mais plus la hanyô renarde observait la jeune fille qui écoutait de la musique, plus elle se disait qu'elle l'avait déjà vu quelque part ... où ?

«Dit ... on ne l'aurait pas déjà vu, la fille aux cheveux blancs ?» demanda-t-elle à Kiraya.

Elle se tut un moment. Puis, tout d'un coup, ça lui revient ! Soudainement très agitée, la rouquine murmurait à l'oreille de Kira :

«Je m'en souviens, maintenant !! C'était quand on était ... euh ... tu sais, dans le puits ! Je suis pratiquement sûre de l'avoir vue, dans la bataille contre les zombies !»


Dis donc, heureusement que personne ne l'entend parler, celle-là ! On l'aurait tout de suite prise pour une folle ... et zou, direction l'asile ! Soudain, elle leva le regard vers la porte : quelqu'un venait de rentrer ... Elle étouffa un cri de surprise : c'était le type aux cheveux bleus !! Elle l'observa d'un air stupéfait pendant un moment, puis, craignant qu'on ne la prenne définitivement pour une cinglée, elle détourna ses yeux et essaya de parler calmement avec Kiraya. Entre-temps, elle jeta un coup d'œil à sa montre : plus que quelques minutes avant l'entrée en scène du prof d'histoire ...

*Dis donc, avec tous les gens "anormaux" qu'il y a dans cette salle de classe, ça promet ...*
Revenir en haut Aller en bas
Seika Nako
|Little school Girl|Réincarnation de Kanna||Little school Girl|Réincarnation de Kanna|
avatar
Féminin
Nombre de messages : 70
Localisation : derrière vous avec un couteau
Amour : FLUFFY!!!<3 *lui fait un gros calin*
Arme : Tsuki et Taiyou
Date d'inscription : 28/04/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 1 Fragment
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 13th 2010, 8:50 pm

Comparer a tout les autres, Seika pouvait dormir aussi longtemps qu'elle le désirait, mais non elle ne le fessait pas. Seika n'aimait pas dormir, même si c'était au prêt de ''Fluffy'' son toutou en forme de lapin. Le sommeille c'était quoi ça? Celle-ci n'aimait pas faire la grasse mâtiner. Après tout la petite fille pouvais passer au moins quatre jours sans dormir, alors pour elle c'était Inutile. Elle c'était lever tôt, à 8 heur et 31 secondes précisément. En se levant, ses parents devaient partir pour le travail, sauf sa mère qui partait deux heurs plus tard, pour être certaine que la gardienne d'enfant ou la nounou, appeler ca comme vous voulez, arrive. Encore ce traitement à subir. Seika savait très bien se débrouiller seule et elle préférait la compagnie de Midoriko à la place. Oui vous avez bien lut Midoriko. Depuis que Sei la rencontrée, celle-ci adorait sa compagnie, malgré que la gamine essayait subtilement de faire changer Mido de voix. Elle voulait pas avoir un ennemi de plus, mais bon cette femme était aussi têtu qu'elle. C'était presque une compétions de savoir qui l'était plus que l'autre. La journée était longue et ennuyeuse. Il n'avait pas de bons livres à lire, il fessait chaud et ses plans pour éliminer son père n'avançait pas. La pauvre nounou avait toutes essayée pour amuser la petite fille qui habituellement était plus joyeuse que ça et n'avait pas la meilleur des mines. Il y a des journées ou c'est d'une ennuie extrême ou rien nous plaie même si on en aurait envie. C'était le cas de Seika aujourd'hui. Elle était juste assisse sur une chaise à fixer l'échiquier. Si on regardait correctement on pouvait dire que la position des pions était place comme si une partie venais de commencer, mais Seika fixa un pion en particulier, celui-ci du roi noir. Comment se faufiler entre ses serviteurs sans trop en perdre de son propre coté. C'est alors qu'elle prit le pion du roi, le regarda un long moment ne sachant pas quoi en faire. Elle se creusait les neurones, pour avoir au moins une idée, mais rien entre temps sa gardienne venait de l'appeler pour venir diner. La petite fleur ce leva pour partir et jeta la pièce d'échec au sol avec dégout et partie ver la cuisine, avant qu'on appelle son prénom de nouveau. Peut de temps après la femme qui s'occupa d'elle devait partir. C'est alors que la petite c'était souvenu que Midoriko avait promit de passer la voir, mais elle ne c'était pas pointe. Habituellement c'était pas comme elle d'arrivé en retard ou oublier qu'elles devaient se voir. Sei pensa un instant aux possibilités que son amie était retourner à l'école. Des cours de rattrapage peut-être...pour ce reprendre en mains. Elle aurait du beaucoup manquer si c'était le cas. L'enfant regarda l'heur et c'était dit qu'elle aurait du temps pour y aller sans avoir de problèmes par la suite, mais avant de partir celle-ci brossa ses cheveux et les attacha. Pas question de mettre les pieds dehors sans avoir brosser les cheveux depuis le matin. Seika était un peut paresseuse dans ses moments, c'est a dire quand elle s'ennuie trop. En mettent les pieds dehors, elle voulait aussitôt retourner a l'intérieur avec l'aire à climatiser. Celle-ci supportait mal l'été. C'était la saison qu'elle détestait le plus au monde. Elle préférait le froid de loin. La petite secoua la tête négativement pas question de rentré, sans savoir ou Mido est partie.

Sei rentra dans le bâtiment quelque minute plus tard. Peut-être il aurait été mieux d'attendre à la maison? NAHHH!!! Seika ne voulait pas se dire qu'elle a marche ici et dans la chaleur pour rien. Bordel non! Il en n'était pas question qu'elle retourne dehors sans avoir trouver Mido-chan! En espérant qu'elle était ici. Sur cette pensée celle-ci soupira décourager. Elle voulait pas se tromper. La gamine se demandait par quel local commencer. En fait ceux qui avait des cours. Il n'avait encore personne en vue ou presque personne. Les gens était si grand et elle si petite. C'était intimident. Sei se gratta la tête par ou commencer et se décida de faire confiance a ses instincts qui ne l'ont jamais encore laisser tomber. Elle se déplaça rapidement avant de se faire prendre et se faire getter dehors...sinon il avait toujours la technique qui marchait a tout les coups. C'était celle ou une gamine pleure a chaude larmes et qui cherche sa sœur. Midoriko... sa sœur... POUWAHAHAHAHA n'importe quoi! Un fou rire apparu sur ses lèvres. C'était vraiment n'importe quoi ce plan, mais sa marchait a tout les coups, car oui celle-ci la déjà fait au moins une fois. Elle arriva devant une porte. La quel qu'elle avait noté dans sa tête. Bien, la porte n'était pas verrouille et personne était a l'intérieur. Elle regarda autour d'elle d'un aire a cherche quelque chose. Bon une cachette vite, vite une cachette! Avant que quelqu'un arrive et qu'elle se fasse prendre la main dans le sac. Sei trouva finalement sa cachette à temps, dans le fond de la classe il avait une de ses bureau similaire à celui d'un prof vous savez ceux qu'on ne voit même pas les pieds quand on n'est en avant. Il avait assez d'espace pour qu'elle puisse rentre et s'y caché. Juste À temps avant que la gamine n'entend des voix approcher le local. C'est alors qu'elle reconnu une des voix, plutôt les pensées d'une personne en particulier. C'était celle de l'homme qu'elle avait croiser après s'avoir enfuit de une de ses retenus? Elle le savait qu'un jours ses instincts ne marcherais pas comme elle le voulait. Quel journée de malheur et d'ennuie. Sei se gonfla les joues mécontente d'avoir fait une erreur. C'est a cette instant qu'elle réalisa quelque chose qu'il ne lui avait pas traversée l'esprit. Elle aurait plu tout simplement attendre à l'extérieur du couloir et utiliser son plan B pour voir si Mido-chan était là. Qu'es qui lui faisait dire qu'elle était ici et que Seika ne venait pas tout juste de s'obliger à reste dans cette classe pendant qui sait combien de temps d'ennuis. Celle-ci voulait se mettre a pleure ou ce cogner la tête contre mure si elle avait fait une gaffe. Elle allait pas quand même sortir de sa cachette et faire '' Oups bah désoler, je me suis tromper de place ou je me suis perdu, j'ai paniquer et je me suis cache ici! HAHA!'' Sa saurait encore plus pathétique! La seul chose qui lui restait a faire était de resté là a attendre tranquillement et ne penser a rien du tout écouter seulement les paroles des gens. À ce moment elle se cogna la tête contre le meuble en bois, sans dire un mot, malgré ça lui avait mal, elle se frottait surtout la tête en maudissant le bureau...espérèrent que personne n'avait prêtés attention au bruit. Si c'était ça bordel la elle se ferait prendre, mais rien pas le moindre pas de pied. Seika garda le silence et attendait tranquillement pour voir si elle avait eux raison.


( Dsl si c'est petit ^^'')
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 14th 2010, 8:19 am

L'ennui quelle est donc cette chose stupide qu'ai encore inventé l'Homme ? Certaines personnes parle de l'ennui ainsi "Généralement, nous sommes confrontés à l'ennui lorsque c'est l'activité elle-même qui est ennuyeuse. Dans ce cas, c’est l’activité en propre qui ne retient pas notre attention, ce n’est donc pas une cause extérieure qui en vient interrompre le processus mais l’activité elle-même qui devient vide d’une fin digne de s’y intéresser : on cherche alors à s’en distraire au moyen d’un passe-temps, puisqu’il s’agit bien de faire passer le temps malgré tout " Si nous nous référons donc à cette explication, ce qu'il y a de plus ennuyeux encore c'est de ne pas trouver d'activité plus distrayante pour combattre cet ennui. Et Midoriko ne dérogeait pas à cette règle, il y avait des jours comme ça où elle aussi s'ennuyait, et lorsque c'était le cas, elle devenait vraiment mais alors vraiment très très agaçante, elle en faisait profiter tout le monde, au moins ça faisait de l'ambiance et l'ennui finit par passer, quoique ce n'était pas toujours le cas. En cours, c'était horrible, surtout en cours d'Histoire, elle et sa stupide prof c'était tout un spectacle; vous vous demandez encore pourquoi depuis le temps que je vous en parles, et bien maintenant vous allez comprendre. En fait, cette femme était vraiment une idiote, on se demandait bien comment elle avait fait pour avoir son diplôme lui permettant de devenir professeur... Madame Chisei, cette fameuse Madame Chisei, vous savez que Chisei veux dire intelligence, n'est-ce pas ? Et bien franchement pour avoir fréquenté sa classe, je peux vous dire qu'elle porte très mal son nom celle-ci... Elle est loin d'être intelligente, tout ce qu'elle dit est complètement ridicule, stupide et totalement dénué de sens.... Je vais vous donner un exemple plus précis vous allez comprendre. Puisque nous sommes en relation permanente avec l'époque féodale, vous savez bien celle qu'on nomme l'ère Sengoku, vous savez tous comment ça à commencé n'est-ce pas ? Sinon je vais vous en faire un petit résumé :


Tout d'abord les causes : Bien que le shogunat d'Ashikaga ait maintenu la structure du bakufu de Kamakura et ait institué un gouvernement guerrier basé sur les mêmes droits économiques et sociaux et les engagements établis par le Hōjō avec le code de Jōei en 1232, il n'a pas réussi à gagner la confiance de nombreux daimyos, particulièrement ceux dont les domaines étaient loin de Kyōto.Alors que le commerce avec la Chine augmente, l'utilisation de l'argent se développe quand apparaissent des marchés et des villes commerciales. Ceci, combiné avec le développement de l'agriculture et de l'artisanat, génère l'envie d'une plus grande autonomie locale à tous les niveaux de la hiérarchie sociale. Dès le début du XVe siècle, la douleur et la misère provoquées par les catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre et la famine servent souvent à déclencher des soulèvements armés de fermiers las d'être trop endettés et de payer trop d'impôts.

L'époque des provinces en guerre commence avec la fin de la guerre d'Ōnin pour finir avec la destitution du dernier shogun Ashikaga en 1573. C'est une période de chaos, dans un climat de guerre permanent, émaillée de trahisons, de rivalités entre frères, de retournements d'alliances. Les clans eux-mêmes se scindent et s'affrontent pour le pouvoir local. Les vassaux renversent leurs daimyo. L'institution impériale, privée de revenu, connait une période difficile : un empereur aurait été réduit à vendre ses calligraphies pour vivre. La cour est redevable des dons des daimyos, leur attribuant des titres honorifiques. Les membres de l'ancienne noblesse, qui ont perdu leurs domaines, survivent grâce à leurs talents artistiques et littéraires. Le shogun lui aussi a perdu ses pouvoirs, manipulé par les gouverneurs militaires des provinces (shugo), qui s'arrogent les domaines publics comme ceux de l'aristocratie ou des institutions religieuses (shōen). Ils se font seconder par des guerriers locaux, les kokujin (gens du pays), et se considèrent comme des seigneurs (shugo daimyō). Quelques familles de kanrei, comme les Hosokawa, qui détiennent la charge entre 1500 et 1530, les Hatakeyama, les Shiba cumulent les fonctions de shugo, contrôlant jusqu'à dix provinces. Mais ces shugo daimyô ne sont pas assurés de la fidélité de leur vassaux et de nombreux intendants (shugodai) trahissent leur maitres absents pour prendre leur place. D'autre part, les successions se règlent dans l'affrontement armé, les fils se disputant l'héritage.Le Japon ne doit qu'à son insularité de ne pas être envahi par un voisin plus puissant, profitant de l'absence totale d'autorité centrale. Les guerres civiles favorisent la mobilité sociale : Hideyoshi Toyotomi, par exemple, est un fils de paysan qui, remarqué par Nobunaga Oda, finira par dominer le pays. C'était à l'époque ce que l'on appellait : Gekokujō (下克上, « le monde à l’envers »)


Bien évidement vous savez tous très bien que la partie Hanyo, Youkai et compagnie faisait plus partie du côté : Contes, et légendes de la chose, c'est vrai je vois mal les Historiens nous balancer ça dans nos livres d'Histoire, comme quoi vous voyez bien que cette phrase s'applique bien ici : " Les livres d'histoire qui ne contiennent aucun mensonge sont très ennuyeux." Oui les livres d'Histoire mentent encore une preuve que les Hommes savent faire que ça dans ce monde pourris : mentir... Bref tout ça pour dire, que ce que la moitié de ce que je viens de vous résumer, notre chère Chisei-senpai, n'en connaissait même pas la moitié sans se tromper de date ou de nom... "Nobunaga Oda ?" Hein non connais pas, c'est qui ?, voilà à peu près le genre de réaction typique de cette idiote... Sympa les cours d'Histoire non ? Une élève qui en sait plus que son professeur... Voici d'ailleurs une journée type de Midoriko lorsque celle-ci allait en cours d'Histoire....


Six heures du matin, le réveil sonne dans une chambre de taille moyenne, les murs sont jaune pale, le soleil commence déjà à bien éclairer la pièce ce qui fait que plusieurs des rayons foncent légèrement le mur de celle-ci, il fait un peu frais en ces lieux, la fenêtre est déjà ouverte, les rideaux d'une couleur blanc cassé sont également grand ouverts eux aussi... Près de cette fenêtre qui se trouve face à face avec la porte si vous tourner le dos de celle-ci, ce trouve, collé contre le mur un bureau comme il y a chez tout les étudiant, bureau en bois marron rien de plus normal, sur celui-ci se trouvent un tas de feuilles bien rangé, quelques livres, des crayons, ainsi qu'un ordinateur portable noir en haut à droite du bureau, qui n'as pas été allumé depuis longtemps maintenant... A coté une petite boite noir et dorée fermée à double tour par une clef qui a d'ailleurs disparue depuis pas mal de temps qu'on ne sait plus du tout ce qui a dans cette belle petite boite, sur celle-ci il y a quelques gravures enfin plutôt un dessin de gravé, un cerisier en fleur et un oiseau se dirigeant vers celui-ci... Quelques photos de familles juste à côté. Le reste de la pièce et toujours aussi banal, une étagère avec des tonnes de livres posé à l'intérieur, un dressing etc etc, tous illuminés par les rayons du soleil... Le réveil continue encore de sonner, personne ne l'as donc éteint ? Non. tout simplement parce que la chambre est vide, le lit n'as d'ailleurs même pas été défait. Fugue ? Pas du tout, le lit est déjà fait en fait, Midoriko était juste levée depuis quelque minutes et était en fait presque prête pour partir à l'école. Comme vous pouvez le constater, Mido est loin d'être une personne à se lever tard ou non, cela lui est complètement égal. Quand on est réveillé pourquoi trainer alors qu'on peut se lever ? Et puis c'est tellement beau de pouvoir regarder le lever du soleil, alors pourquoi manquer un tel spectacle ? Enfin bref, tout ça pour dire que Mido n'est pas le genre de personne à rester là sans rien faire. Alors prête depuis un moment, elle n'avais plus qu'à faire son bento : un peu de riz, un umeboshi par dessus, un peu de poisson, des légumes et quelques fruits... Bref il faut pas des heures pour faire ça, mais bon après il faut faire la vaisselle, tout ranger à sa place, aller enfin éteindre ce stupide réveil qui commence a devenir agaçant, ensuite quoi d'autre ? Et bien c'est simple, rien!!! Non je plaisante, en fait ayant finit de se préparé il était maintenant 7 heures du matin, il lui restait encore quelques minutes avant de partir en cours. Alors elle tente tant bien que mal de lire un livre, mais rien n'y fait elle les as déjà tous lut alors elle connait le contenu par cœur, ce qui fait qu'elle ne trouve aucun intérêt à le lire de nouveau, donc, la jeune fille se leva pris son sac d'école vérifiât qu'elle n'avait rien oublié, quand elle constata que ce n'était pas le cas, elle ferma la fenêtre de sa chambre légèrement et redescendit.. Ah oui je vous ait pas dit qu'elle vivait dans une grande maison près du grand parc a Shibuya, enfin grande c'est tout dire, cela dépends ce que vous entendez par grand, il y a 3 chambres à l'étage, celle de ses parents, la sienne et une chambre d'amis, tout à fait inutile car la plupart du temps le peu de personne qui viennent ici ne passent pas la nuit dans cette habitation, et d'ailleurs la jeune collégienne y vit le plus souvent seule qu'avec sa famille, ceux-ci étant régulièrement en voyage d'affaire... Cette semaine ils étaient à New York pour un gros contrat apparemment et cela risquait de prendre pas mal de temps puisque les co-contractants étaient difficile en affaire à ce qu'ils avaient bien voulut lui dire. Bref pour continuer le tour de la maison, en plus des 3 chambres, il y avait une autre pièce qui était en fait une bibliothèque, il y avait 5 étagères en tout, mais seules 3 d'entre-elles étaient remplis entièrement, les deux autres ne l'étaient même pas à moitié. Pourquoi avec deux ne pas en faire une vous me demanderez, et bien c'est tout simple, les 3 bibliothèques remplis sont à Midoriko oui oui tout ces livres sont à elle... Il y en avait de toute sorte et venaient d'un peu partout lorsqu'elle voyageait encore avec ses parents, là où elle allait c'était la seule chose intéressante à faire : lire alors, elle acheter de tout et n'importe quoi... Que se soient des livres d'histoire, des livres écrit en Français, en Anglais, des mythes et légendes, des romans de toute sorte, et encore des livres qu'elle avait quand elle était petite, disons qu'elle n'avais jamais réussis à s'en séparer même si elle ne les lisaient plus. Donc elle avait une sacré collection avec celle qu'il y avait aussi dans sa chambre... Les deux autres bibliothèque appartenaient à son père et sa mère et ces deux là n'aimaient pas mélanger les livres de l'un et de l'autre. Ce qui est assez ridicule mais bon.... Pour finir il y avait deux salles de bain, disons que ses parents penseraient que ça serait plus pratique et qu'aucun des trois ne partiraient en retard à cause d'une éventuelle monopolisation de celle-ci... Ensuite au rez-de-chaussé, il y a comme dans chaque maison : un salon, une salle à manger et une cuisine, ainsi que le bureau de ses parents. Le salon était assez grand, et de couleur blanc, comme presque tout le reste de la maison, les parents de la jeune demoiselle n'étant presque jamais chez eux ne voyaient aucun intérêt de peindre les pièces, non seulement parce que ça leur prendrait trop de temps, mais surtout parce qu'ils étaient feignants... Cela n'avait jamais vraiment dérangée Midoriko puisque le blanc était sa couleur favorite, alors ils avaient mis deux trois tableaux par-ci par là, pour décorer un peu, ce qu'il y avait de plus étrange dans ce salon, c'est qu'il y avait des objets totalement inutiles... Une télévision que Mimi n'allumait jamais parce que ça ne l'intéresse pas, et un piano... Pourquoi ce piano était si ridicule ? Parce que personne n'en avait jamais joué, il ne servait à rien, il était juste là pour faire beau, comme un bibelot, bref un décors de plus. Sa famille achetait vraiment n'importe quoi... Ou alors était-ce juste pour montrer qu'ils avaient de l'argent ? Peut-être, mais c'était complètement idiot puisque personne ne venait alors, ça ne servait pas à grand chose de montrer qu'on à de l'argent, qui est-ce que ça envie ? Les meubles peut-être ? Bref elle s'assied sur le grand canapé noir de cette même pièce et vérifiât, de nouveau qu'il ne manquait rien, et encore une fois, elle avait faillit l'oublier! Alors elle remonta dans sa chambre en vitesse et vient prendre sa petite boite et redescendit immédiatement... Pourquoi est-ce qu'elle va s'entêter à prendre une boite qu'elle n'as plus la clef depuis des années me direz vous ? Et bien c'est difficile à expliquer, mais elle tiens beaucoup à cette boite, elle n'as plus du tout aucune idée de ce qu'il y avait à l'intérieur de celle-ci mais c'était comme ça, il fallait qu'elle la garde sur elle. Qui sait ce que cette fichue boite pouvait bien contenir, c'était la question qui valait un million, savoir ce qu'il y avait dedans, elle avait beau chercher la clef de celle-ci, elle ne l'avais jamais retrouvé et ça l'ennuyait beaucoup de la casser, mais bon elle préserverait toujours en se disant qu'un jour elle finirait bien par trouver cette clef... Mais quelque fois elle se disait que si ça se trouve ce n'était que des choses stupides à l'intérieur et qu'au final elle dirait en l'ouvrant : "Ah ouais okay, tout ça pour ça ? Pffff ben vla !" Bref c'était juste important qu'elle la garde sur elle, donc de nouveau au rez-de-chaussé, elle rangea sa boite dans une pochette de son sac, puis se dirigea dans la cuisine pour prendre son bento. A présent il était l'heure de partir, elle prit les clés de sa maison, ouvra la porte, ramassa le journal qui était par terre juste avant de refermer la porte à clé et de parti en cours. Il est 7 heures 30 à présent. Il y a un bon cinq minutes pour arriver à la station de métro, ça va c'était pas non plus comme si c'était loin, elle pouvait marcher, mais ce qu'elle n'avait pas prévue c'était le temps, il ne pleuvait pas mais c'était limite, donc elle avança rapidement jusqu'au centre. Arrivé à la station, elle n'avait plus qu'à attendre le prochain train... Pff Shibuya à cette heure là, c'était toujours pareil 07h30 passé et il y a un monde fou, disons que c'est une des stations principales et que c'est la plus pratique pour se diriger vers les différentes école. Midoriko elle, allait à la Tokyo Académie, l'une des plus prestigieuse académie... En tout cas, c'est ce qu'on voulait nous faire croire, peut-être l'était-elle par son architecture ? Oh non rien de bien particulier, mais que voulez vous que ce soit d'autre, l'éducation des professeurs ? Hahaha la bonne blague, c'était pas le top niveaux ceux-là... Bien sûr il n'était pas tous pareil mais bon. Dans le train, c'était pire que dans la station, un monde fou, certains réussissaient même a dormir debout, personnellement j'ai jamais compris comment il faisait, et d'un autre côté ça m 'est égale. Bref voyager debout c'est jamais agréable, surtout qu'il y a tout type de personne à côté de vous, il y a les fumeurs, même si c'est prohibé ça n'empêche pas les gens de le faire, les gens qui sentent la sueur, et ceux qui ne se lavent pas, alors je vous explique pas les odeurs dès le matin... Et oui, il y en as très peu mais ça arrive de tomber sur eux... Ensuite il y a les sans domicile fixe qui se mette à jouer de la musique, ou qui passe avec un chapeau en main vous réclamer de l'argent ou de la nourriture... Midoriko n'était pas du genre à chigner pour donner une pièce ou à manger, mais là pas de chance pour cette personne, elle n'avait rien sur elle, à part son bento, oui c'est dégueulasse de dire ça je sais, mais fallait bien qu'elle mange aussi ce midi non ? Tout ça pour dire que c'était pas le bon endroit pour lire le journal, alors en attendant que le train ne s'arrête, elle le tenait dans la même main qu'elle tenait son cartable. Pff qu'est-ce que ça pouvait être long ce trajet, il n'y avait que 15 minutes de métro, c'était tout juste pour qu'elle puisse arriver 10 minutes avant le début des premiers cours. Alors ça allait encore non ? Mais bon, elle en voyait enfin le bout, quand le métro s'arrêta enfin elle descendit et n'avait que 2 petites minutes de routes pour arriver à la Tokyo Académie...

Ça y est, le désastre allait commencer d'ici dix minutes. Oui aujourd'hui elle avait un cours d'Histoire et pour deux heures en plus comme tout les lundi... Deux longues et interminables heures à se prendre la tête avec sa prof, à la reprendre toutes les 30 secondes. Alors bien évidement, elle prenait son temps pour rentrer en classe. La jeune demoiselle se promenait lentement dans les couloirs de l'établissement en direction de son casier. C'était un vrai chemin de croix pour arriver jusqu'à celui-ci ça en devenait même pénible... Il y avait au moins une trentaine de fille tout autour de son casier, pourquoi ? Allez savoir elles criaient comme des hystériques et parlaient toujours en même temps, de vrai furies, elles avaient le dont de toujours parler en même temps alors vous vous imaginer comprendre ce qu'elles disaient à 30 ? Mais qu'est-ce qu'elles avaient ces folles ? Il parait qu'il y avait quelqu'un de très connu dans son établissement, mais après ce ne sont que des rumeurs non ? Et franchement Midoriko était loin d'écouter les ragots, et puis même si c'était vrai qu'est-ce qu'elle avait de mieux que les autres élèves d'abord ? Rien, c'était une personne comme les autres non ? C'est ce genre de chose que Mimi n'avait jamais compris, qu'il y ait des gens qui arrivent à élever certaines personne au rang de "personne importante" de star, appeler ça comme vous voulez, mais elle ne voyait pas pourquoi certaines personnes les vénéraient comme des dieux, c'était stupide non ? Parce qu'une personne sait bien chanter alors ça y est, ils deviennent "le roi de la pop" "Le king" Comme on nomme certaines personnalité dans d'autres pays.. Même décédés certains trouvent encore le culot de faire de l'argent sur leur dos... C'était carrément crétin... Alors vous imaginez là, dans un collège, 30 minettes à gueuler après un mec, c'était surement un mec puisqu'il n'y avait que des filles... Bref chaque matin c'était le même cirque : 30 nanas à brailler dans les couloirs autour de son casier !!! Bien sûr les réactions de Mimi n'étaient pas les même selon son humeurs : soit elle soupirait et disait "pardon j'peux passer ?" poliment, soit elle poussez toutes celle qui l'empêchait de passer, parfois certaines d'entre-elles râlaient alors Midoriko les reclaquer des choses du genre :

- Ben t'as qu'a te pousser quand on te le demande gentillement, ou alors tu fait régime tu prendra moins de place BAAAAKA !


Bien sûr ça vexait pas mal d'entre-elle surtout quand tu sait qu'elle font justement un régime, mais apparemment ça marche pas encore, puisqu'elle prenait très mal la chose, mais elles ne faisaient jamais longtemps attention à elle puisque à chaque fois que "la star" partait elle le suivait comme des petits chiens... C'est dingue ça, depuis qu'il était là, elle n'avait jamais put voir la tête de son voisin. Bien évidement ça lui était égale la tête qu'il avait mais bon un voisin reste un voisin et un jour ou l'autre on peu avoir besoin de son voisin, même si ce n'est qu'un voisin de casier non ?! Bref l'alarme pour sonner le début des cours retenti et là c'était partie pour deux heures de cours infernales avec Chisei-senpai l'idiote de service... Midoriko ne s'était même pas prise la tête à prendre un cahier et son livre pour prendre d'éventuelles notes, elle avait juste pris un crayon de bois et une feuille pour gribouiller dessus. En gros elle était venue en touriste, et avait laissé son cartable dans son casier... Pourquoi se prendre la peine à prendre des notes alors qu'elle a 3 mois d'avances sur le programme en étudiant par elle même ? C'était ridicule et ça ne servait à rien, mais elle n'avait pas le choix elle devait venir en cours, elle attendait juste le bon moment pour donner une excuse valable pour pouvoir quitter la classe... Quinze minutes venaient de passés, Mimi ne se prenait même pas la peine d'écouter le cours de cette femme, elle préférait regarder par la fenêtre ce qui se passait : des élèves en cours de sport, étaient en train de courir dans la cours, bon sang mais pourquoi elle n'était pas en bas en train de courir avec eux ? C'était nul, mais au moins elle s'ennuierait moins que dans ce fichu cours... Elle n'écoutait pas mais entendait la voix désagréable et stridente de sa professeur encore en train de raconter n'importe quoi, c'est alors que la jeune collégienne stressé d'entendre les bêtises de celle-ci se mit à taper avec son crayon sur la table, vous savez bien le truc bien agaçant que votre voisin fait en classe, que vous avez beau lui dire "arrêtes ça stp" ne s'arrête jamais ? Et bien voilà ce qu'elle faisait elle aussi, sa voisine de table la regardait et soupirait, elle s'entendait bien avec elle, mais celle-ci savait parfaitement que lorsqu'elle commençait à faire ça c'est que Mido-chan allait bientôt s'énerver sur la prof, et que le cours allait être interrompu pendant au moins 15 à 30 minutes, et ça camarade n'avait pas tord du tout.... Et ça y est elle commençait vraiment à dire n'importe quoi :

"L'époque de Nara débute en 703 par la construction d'une capitale fixe à Nara, sur le modèle des capitales chinoises. Les grands monastères de la ville, tels Hōryûji et ..."

La prof n'eut pas le temps de terminer qu'on entendit un gros coup de crayon se poser sur la table, c'était Midoriko qui était en train de s'impatienter, elle soupira et regarda son senpai de travers avant de dire...

" 710 !!! C'est en 710 pas en 703 !!! En 703 on était encore dans la période Yamato, pas dans la période Nara !! C'est pas vrai vous le faîte exprès ma parole ! C'est grave quand même de ne pas savoir l'Histoire de son propre pays... "


C'est alors que son professeur tenta de montrer tant bien que mal son autorité et s'adressa calmement à son élève :

- Tsubasa-san, vous n'allez pas commencer ainsi dès le matin, ça arrive à tout le monde de se tromper...

Hahaha c'était grotesque et tellement ridicule d'entendre ça de la part de son professeur, son professeur qui était aussi bête que ses pieds, comment voulez-vous qu'après ça elle ne la remettes pas en place ?

- Ah mais j'suis bien d'accord avec vous, tout le monde peut se tromper, mais VOUS c'est continuel, c'est toujours la même chose, vous êtes même pas capable de faire un seul cours sans dire des aberrations pareilles, et vous vous dîtes prof d'Histoire ? Mais franchement vous l'avez eut où votre diplôme ?


La jeune demoiselle soupira et repris avec que la prof ne lui réponde...

- Mais c'est pas vrai, sérieusement c'est trop demandé d'avoir un prof qui sache son cours dans cette fichue Académie ???? Comment voulez vous qu'on apprenne quelque chose de vous, alors que vous même vous ne savez rien c'est pénible à la fin !!!


C'est alors qu'on entendit un gros coup de poing sur le devant de la classe, sur l'une des tables d'un élèves, tiens, voilà le délégué de classe qui s'en mêle, celui se lève et se retourne en direction de Mimi, on va encore rire...

- Midoriko !!! Franchement t'en as pas marre de perturber la classe ? Chisei-senpai fait de son mieux pour nous fournir des excellent cours et toi, tu trouves toujours quelque chose pour la critiquer, alors que toi, tu n'est qu'une élève donc ne te prends pas pour un professeur s'il te plait et respecte la classe au lieux de toujours interrompre le cours merci.

Encore une fois aujourd'hui ça devenait vraiment n'importe quoi, encore un qui voulait faire croire qu'il avait quelque chose à redire...

- Pfff, et voilà messieurs dames l'entrée fracassante du lèche botte de service !!! Il faut croire que l'amour rends aveugle à ce que je vois, t'es tellement amoureux et obnubilé par la prof que tu te rends même pas compte de toutes les fautes qu'elle fait ! Et celui qui perturbe la classe en ce moment même c'est toi !! C'est pas moi qui suis debout à taper du poing sur la table et à crier devant tout le monde pour faire son intéressant, vous pensez pas à votre examen de fin d'année ou quoi ? Comment voulez vous l'obtenir avec de tels cours ? A quoi ça vous servira d'avoir des cours remplis de fautes toutes les trois lignes ? à rien.. Alors ouais tu sais quoi je vais pas perdre une minute de plus dans cette classe, moi je suis en avance sur vous, et mon examen je l'aurait sans problème, on verra si tu pourra en dire autant mon pauvre.

Voilà ! Elle venait de trouver la parfaite raison pour quitter la classe, la prof, elle ne préférait rien dire, elle ne voulait pas l'admettre, mais Midoriko avait raison, elle était loin d'être une excellente professeur, donc lorsque la jeune demoiselle quitta la classe en claquant la porte, celle-ci ne la retient pas. A présent, Mimi se dirigeât calmement à la bibliothèque de l'Académie, c'était bien le seul endroit où elle pouvait lire ou étudier calmement, du moins d'habitude c'était le cas, mais aujourd'hui c'était pas la même chose... A peine 10 minutes qu'elle venait de s'asseoir et se mettre à bouquiner, que le proviseur en personne se dérangeait pour venir lui parler.

- Midoriko, vous n'êtes pas censée être en cours d'Histoire en ce moment ?

En entendant la voix de celui-ci, la petite écolière se prit la peine de fermer son livre et le poser sur la table, ben oui c'était quand même le proviseur quoi, elle n'était tout de même pas insolente avec tout le monde, non en fait c'était juste avec sa prof d'Histoire, les autres professeurs n'avaient jamais à se plaindre d'elle, au contraire ils en était tous contente, ils étaient même surpris de la façon dont leur collègue Chisei-sama parlait d'elle, c'était la seule à se plaindre. Les autres c'était plus du genre " Ah bon ? Mais pourtant moi je n'ai jamais aucun problème avec cette petite, elle est très respectueuse, elle lève la main et attends qu'on l'interroge, elle est très polie et très souriante, et ses résultats sont tous excellent..." Bref entre les profs et Chisei-senpai c'était le jour et la nuit, on aurait dit qu'ils parlaient de deux personnes différentes alors qu'il s'agissait bel et bien d'une seule.

- Je suis désolé monsieur, ce n'est pas pour vous manquer de respect, mais je préfère sincèrement étudier ici plutôt que d'aller en cours d'Histoire où je n'apprends rien.

Décidément, le proviseur ne la comprenait pas, il ne voyait pas quelle genre de professeur était cette femme, alors il lui disait tout simplement que si elle ne retournerait pas en classe, il convoquerait ses parents... Pff la belle affaire, comme si c'était la première fois, mais pas de chance ceux-ci étaient à New York et ne reviendrait certainement pas de si tôt... Alors il lui demanda calmement de la suivre pour la raccompagner en classe, la jeune femme soupira mais le suivit quand même

- Vous pouvez pas me changer de classe s'il vous plait ? Ou trouver un autre professeur qui sache ce qu'il raconte au moins. Vous pouvez bien faire ça non ?

- Impossible, nous sommes en cours d'année et les classes sont faites, quand à un nouveau professeur d'Histoire c'est hors de question, nous n'en avons pas les moyens et je ne répondrez pas à vos exigences car ce ne sont que des caprices.

La jeune étudiante fit la grimace derrière son dos, c'était n'importe quoi, elle demandait juste d'avoir un professeur compétent, alors si ça c'était un caprice... Alors Mido lui dit que c'était parfait, qu'elle ne changerait pas de comportement et qu'elle en ferait voir de toutes les couleurs à cette prof, jusqu'à ce qu'elle craque, comme ça il serait obligé de trouver un autre prof.

- Écoutez-moi, vous êtes une très bonne élève au sein de notre établissement, alors je ne voudrait pas à avoir à vous renvoyer pour mauvais comportement...

- Vous le ferez pas, je le sais, comme vous l'avez dit, je suis l'une des meilleurs de cette Académie, si vous me renvoyez ça fera baisser votre réputation de bonne école et votre quota baissera. Je sais que je ne suis pas la première à être comme ça et désolé de vous décevoir mais je ne serais pas la dernière, et ils seront peut-être pire que moi.

Le proviseur ne savait pas quoi répondre, puisque tout ce qu'elle disait était la vérité, il n'y avait que les résultats qui comptait à ses yeux, sa réputations, alors il ne pouvait certes vraiment rien faire contre ceux qui avaient un mauvais comportement en classe tant que ceux-ci avaient d'excellent résultats, c'était ça le comble de l'histoire. Arrivés devant la salle de classe, celui-ci l'ouvrit et fit rentrer la jeune fille, il regarda Chisei-senpai en lui disant qu'elle revenait suivre le cours. La jeune fille retourna donc s'asseoir en classe tandis que son professeur lui adressa quelques mots après que le proviseur eut quitté la salle.

- Contente de vous compter de nouveaux parmi nous Tsubasa-san...


Mimi soupira et lui reclaqua directement :

- J'ai pas eut vraiment le choix, je préfèrerait être ailleurs mais bon... Maintenant je comprends pourquoi le proviseur ne vous renvoie pas, c'est évident vous couchez ensemble...


Il y eut un grand rire générale dans la classe de la part des autres élèves. Les deux heures de cours furent longue et insupportable mais la journée finit enfin par ce finir au bout de 8 heures.... Voilà à peu près comment se déroulait des journées de cours pour Mido... Mais ça c'est du passé maintenant ! Oui aujourd'hui tout est différent, et qui sait si ce n'était pas mieux ainsi hein ?


Les mois ont passés, beaucoup de choses s'étaient produites, et Midoriko aussi avait pas mal changée, ayant été déclarée morte il y a quoi ? Quinze jours, trois semaines, la jeune femme ne pouvaient plus se rendre à l'école même si elle en avait envie, tout ça a cause de cette rumeur de M**** !! Et vous imaginez pas le scandale que ça ferait au sein de la police, si un jour on apprenait qu'elle était bel et bien vivante... De plus tout le monde lui demanderait où elle était passée.... Bien sûr ce n'est jamais agréable de s'imaginer que tout le monde la croit morte mais bon, c'est peut-être mieux ainsi, au moins si elle fait quelque chose de mal maintenant, personne ne sera pris au sérieux si l'on raconte que c'est elle qui l'as fait... Alors disons que oui, le statut de fantôme c'était la bonne planque pour le moment. Au moins, lorsqu'elle venait dans le monde moderne, elle pouvait aller et venir à sa guise sans rendre de compte à personne, bien qu'elle détestait ce monde là, la seule et unique personne qu'elle ne pouvait plus se passer de voir c'était Seika, oui la fille de Yûri et la sœur jumelle de Tao... Depuis qu'elles se connaissaient, ces deux là s'étaient vite appréciés et étaient devenus amies, Mido la considérait un peu comme sa petite sœur... Hahaha !!! La bonne blague n'empêche, elle n'arrive pas à supporter le père de celle-ci mais adore la compagnie de la fille de celui-ci, c'était ironique n'est-ce pas ? Mais que voulez vous c'est ainsi, ça c'est fait comme ça en fait, elles s'apprécie on y peu rien non, bien sûr ces deux là ont un sacré caractère et elles sont aussi têtus l'une que l'autre, s'en était même devenus un jeux, qui aurait le dernier mot sur l'autre ? Et bien en fait ni l'une ni l'autre, quand elles se tenaient tête sa pouvait durer des heures entières... De plus Sei et Mido n'avaient pas vraiment la même manière de penser, Mimi était dans le côté du mal et Sei de l'autre côté. Sei ne semblait pas trop aimer cela mais c'était ainsi, Mido lui expliquait son point de vue sur certaines choses certes, mais jamais elle essayait de la forcer à rejoindre le "mal" disons qu'elle préférait qu'elle ait sa propre vision des choses, peu importe si elle considérait que ce n'était pas la bonne, elle n'avait jamais essayer la faire changer d'avis, ce n'était pas son rôle, elle devait voir clair d'elle même et pas parce que quelqu'un lui a forcé la main. Non pour elle c'était complétement stupide de lui dire "Bon cette fois tu va me suivre, tu va faire comme ça et pas autrement". Non elle ne voulait pas de ça, cela ne servirait à rien , mise à part se la mettre à dos. Elle ne voulait pas d'elle comme ennemie... La seule chose qu'elle avait promis à Sei c'était de dire à son père qu'elle existait... Mais les choses étaient beaucoup plus compliquées que cela... Ça faisait au moins la 36 millième fois (ce n'est qu'un chiffre au hasard elle n'as pas vraiment compté hein) qu'elle essayait de le dire à Yûu mais c'était toujours pareil " Il faut que je te parle c'est important" lui il répondait "pas maintenant j'ai pas le temps"... Une fois elle lui avait carrément dit " T'as une fille, elle s'appelle Seika c'est la sœur jumelle de Tao" Mais la seule chose qu'il avait répondu c'était quelque chose du genre "pourquoi tu me demande mon avis, d'habitude tu me demandes pas la permission pour faire ça ?" Hein ? Quoi ? Et bien c'est tout simple, pour la première fois qu'elle n'avait pas un reproche à lui dire, celui-ci était encore plongé dans un de ces délires du moment, donc il ne l'écoutait pas... Au final il ne sait toujours pas qu'il a une fille...

Aujourd'hui, c'était une journée bien chargée et particulière qui attendait la jeune femme. Nous sommes en été, il est 7 heures du matin, et il commence à faire déjà bien chaud dehors. Mimi était déjà prête depuis un moment, bien qu'elle ait pas beaucoup dormis la veille. En effet elle avait travaillé toute la soirée et une bonne partie de la nuit sur le plan, il ne fallait rien oublier, et tout vérifier, bien qu'ils avaient travaillés sur ce plan depuis pas mal de temps, c'était toujours bon de regarder encore une fois dans le moindre détail. Bref elle avait finit par s'endormir sur le canapé. Vous vous demandez bien où est-ce qu'elle peut vivre maintenant qu'elle est "morte" et bien ça ne vous regardes pas haha ! Disons que c'était pour le moment une bonne planque et qu'elle n'était pas repérable par tout le monde. Enfin quoiqu'il en soit lorsqu'on est censée être morte mais qu'on ne l'est pas, il faut un peu faire quelque changement pour ne pas être repéré, mais le problème c'est que lorsqu'on en fait trop on est repéré, alors il faut changer mais pas trop non plus... Puisque c'était l'été, c'est tout simple à faire en fait : Mini short en jean, rien de plus banal et tendance, ainsi qu'un grand débardeur blanc qui descend jusqu'au milieu de mini short, une casquette blanche elle aussi, dont les cheveux sont placé de sorte qu'ils paraissent attaché, vous savez dans le trou, là où on règle la taille pour la tête ? et l'élément primordiale : des lunettes de soleil !! Rien de plus bidon pour ne pas être reconnu, et enfin une longue veste blanche qui descend jusqu'en bas de ses pieds, limite de toucher le sol, qui sait s'il n'y as pas d'armes caché dedans ?! Ça tombe bien parce que même s'il faisait déjà un beau soleil, le vent était encore frais, alors personne ne se poserait de question... Mimi avait déjà pris son petit déjeuné lui aussi simple : du jus de fruit ainsi qu'un petit pain et un croissant bien chaud, il en restait encore un de chaque dans le sachet. Ce matin, elle devait se rendre à l'Académie pour suivre un cours de rattrapage en Histoire, enfin c'était ça l'excuse qu'il fallait dire si elle croisait quelqu'un dans les couloirs, la seule chose qu'elle avait à faire c'est rester discrète... Étant prête, la jeune demoiselle décida de partir à pied comme ça elle pourrait prendre son temps pour ne pas arriver en avance; alors elle quitta le lieu où elle était. La seule chose qu'elle souhaitait c'était que le plan s'exécute le plus rapidement possible, elle n'avait pas que ça à faire aujourd'hui, elle n'avait pas de temps à perdre avec ces idiots !!! Aujourd'hui, elle avait promis à Seika qu'elle passerait la voir, et on ne peux pas dire qu'elle était à l'heure... b*rdel de M**** ! C'était bien sa veine, elle n'avait aucune envie de ne pas aller à un endroit plus qu'un autre, alors elle s'était dit qu'elle irait aux deux... La seule chose pour laquelle Mimi avait été d'accord pour venir avec Yûri, c'était à cause de la présence d'Aya, elle avait des comptes à régler avec cette clébarde, sinon elle ne serait pas venue. Qu'est-ce qu'elle en avait à foutre des autres après tout ? La Kitsune et la Nekko serait là elles aussi et alors ? Ça se voyait au premier coup d'œil qu'elles n'était pas très forte, donc aucun intérêt... Mais Aya, ça serait une autre paire de manche, l'ayant vue à l'œuvre elle risquait de poser problème... Mais pourvue que ça aille vite, Mido préférait largement être avec Seika que dans cette stupide Académie... Enfin bref, il était trop tard maintenant, puisqu'elle arriva devant le collège, plus question de faire demi-tour...

Après plusieurs mois d'absence, elle était enfin revenue ici, ça lui faisait même bizarre, qui l'eut crût ? Qui aurait crut qu'un jour sa demande allait enfin être réalisée ? Elle avait appris que sa prof d'Histoire était morte dans un accident de voiture, celle-ci serait tombé d'un pont et aurait finit sa course dans l'océan... Certains disent qu'elle s'est suicidé, d'autre parlent de meurtre, mais personne ne savait la vérité... Et par qui elle l'avait appris ? De la bouche de Yûri et vous savez quoi ? C'était lui qui la remplacé HAHAHAHA !!!! Qu'elle ironie, elle imaginait très mal Yûu faire cours à une classe, non pas parce qu'il n'en était pas capable, mais parce qu'il ne parlait presque jamais, c'était difficile à croire mais c'était le cas, elle avait même sourit lorsqu'elle l'avait sût, elle n'avait jamais souhaité la mort de sa prof non, elle n'avait jamais pensé à un cas extrême mais de savoir qu'elle avait enfin été remplacé la satisfaisait grandement. Enfin quoiqu'il en soit c'était peut-être pas plus mal qui Mido n'assiste pas aux cours avec Yûu en tant que prof déjà qu'elle a du mal à le supporter dans l'autre monde alors je ne vous dit pas à l'école... Bref personne ne le sera jamais.
Les couloirs étaient déserts, c'était bien la première fois depuis qu'elle venait en cours, qu'elle avait l'accès à son casier aussi facilement qu'aujourd'hui, il n'y avait personne devant. Mais pas de chance, elle n'avait rien d'intéressant à mettre ou prendre. Donc elle passa rapidement devant, elle était presque arrivée dans sa salle de classe. Ce matin, elle ne devait pas se rendre dans sa propre classe, car oui vous le savez tous au Japon, chaque classe à sa propre salle, et bien là c'est différent puisque l'on réunit des élèves bien particuliers et qui ne sont pas forcément de la même classe et du même âge, le lieu de rendez-vous était le local 66 à un chiffre en plus "666" et l'on pourrait la nommer la salle du diable mais bon, là c'est juste 66... Elle entra calmement dans la salle et se dirigeât à la première table venue près de la porte d'entrée. Elle retira sa casquette et remis ses cheveux en place, ensuite elle regarda tout autour d'elle, ils étaient tous là, pile à l'heure Aya, Nakumo, Kiraya et les deux garçons comme Yûu lui avait dit, parfait alors. La jeune femme soupira et s'assoit, tout en retirant délicatement ses lunettes, laissant apparaître ses beaux yeux bleus océan. Elle resta là silencieuse. Le grand spectacle allait bientôt commencer, il fallait juste attendre l'entrée du grand illusionniste....

Revenir en haut Aller en bas
Yûri Nako
| Réincarnation de Naraku || Réincarnation de Naraku |
avatar
Masculin
Nombre de messages : 1470
Age : 28
Localisation : Dans ta tête mon pauvre...
Amour : Pff!
Arme : Saiko no Ryanko, Zélos mon shinigami et bien plus...
Date d'inscription : 15/01/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
94/100  (94/100)
Alignement(Bien ou Mal):: Mal
Shikon no Tama :: 2 fragments
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 21st 2010, 3:59 pm

Cela faisait combien de temps?.. Combien de jours s'étaient écoulés depuis « l'accident ». Est-ce que l'ont peut appeler ça de la chance, je sais pas... Car après tout en sauvant Midoriko d'une mort assurée en prenant l'entière partie du choc de la voiture. Quel hasard qu'au même moment ou les deux se retrouvaient à l'abri d'une tempête une éclaire abat la rue juste en avant d'eux... Qu'au même moment un automobiliste passait et le coup aveuglant de l'éclaire l'avait fait faire un mauvais mouvement qui détourna son moyen de transport qui fonçait tout droit sur l'abri d'autobus. Le seule réflexe que celui-ci avait eu à la seconde même où il avait réalisé que la voiture allait les heurter, ce dernier avait poussé la demoiselle hors de portée du véhicule. Et pouf! Un séjour à l'hôpital gratuit! Lorsqu'il put être enfin seul celui-ci s'était éclipsé pour retourner dans l'autre monde là où il pouvait se soigner tranquillement... Voilà la dernière fois qu'il était allé dans le monde moderne. Disons que depuis sa beaucoup de choses avaient changées... Ou plutôt une partie.. Durant ce laps de temps celui-ci avait perdu de vue ses objectifs... mais cette période n'avait pas durée bien longtemps. C'était plus fort que lui maintenant... De toute manière là où il était rendu rebrousser chemin n'était plus une option. Le temps et l'énergie qu'il avait mit : non seulement dans ses recherches, mais aussi dans la délicatesse des détails de son plan. Bien entendu lorsque je parle de plan je ne précise pas que c'était le global de plusieurs projets différents qui un jour le mènera à sa réussite. Durant ses recherches celui-ci entendit beaucoup de rumeurs concernant d'autres nouvelles têtes dans le monde féodale. Celles-ci parlaient de jeunes gens étranges qui portaient souvent des vêtements peu commun dans ce monde... Il n'avait put ignorer ce détail. Et c'est en se renseignant bien sur cette piste que celui-ci pût se faire un léger portrait de chacun... Pourquoi n'avait-il pas délaissé cette information, qui a l'apparence semblait futile... Car connaissant le secret des réincarnations celui-ci avait peur que ceux-ci s'organise pour gêner ses plans. Autant rester prudent et régler à la source avant de leurs donner le temps de devenir une menace... De tout manière c'était tout lui. Ce jeune homme avait toujours eut un culot fou et ne manquerais pas de scrupules même pour ces innocents... S' il devait les éliminer avant de continuer son chemin il n'y manquerais pas. C'était une manière pour lui de régler ça là pour s'éviter du trouble dans un futur éloigné... Ses sources l'avaient mené dans ses recherches à trois jeunes. Ceux-ci d'après les rumeurs seraient les réincarnations de soit disant héros. Même si ses sources étaient vagues et nébuleuses celui-ci trouva le moyen d'arriver à ses fins et finalement celles-ci était bien vrai. Même si ils étaient que les réincarnation de pseudo héros celui-ci ne voulant aucune faille décida de trouver un moyen de régler ce problème. Pour entrer dans plus de détail celui-ci commençait sa phase deux du plan, envoyer quelques uns de ses oiseaux surveiller ces jeunes troubles faite. Ceux-ci ne s'en étaient même pas rendu compte. Disons seulement que ce ténébreux jeune homme était très doué pour la discrétion et avait plus d'un tour dans son sac! Durant la semaine qui venait tous juste de s'écoule celui-ci par plusieurs moyens avaient espionné chacun d'eux. Soit par poupée de bois, ses oiseaux maudit, ou illusions quelconques. Pour vous replacer dans le temps une semaine après avoir sortit son ancienne femme. Lorsqu'il put enfin régler certain truc dans sa tête et se concentrer pour de bon dans ses plans. Depuis la «disparition» de Mitsuru celui-ci n'était pas retourné dans l'autre monde il avait simplement continué sa double vie. En tant que « l'ange de la mort » ou « le messager de la mort » la nuit dans les rues de Tokyo et le jour se concentrait sur ces jeunes. Lorsque la semaine se termina en rassemblant tous les détails et horaires des nouvelle proies il remarqua un gros point commun. Ceux-ci était tous des étudiant... Cela serait alors un bon moyen pour tous les avoir à sa mercis et ce au même moment... Par contre il avait remarquer un certain écart d'age, alors comment s'arranger pour que tous se retrouvent dans la même pièce au même moment. Depuis c'était l'été... Étant un professeur celui-ci put avoir accès au dossier de chacun et fut bien content de remarquer que chacun avait des notes piteuses en Histoire. C'est avec un énorme sourire au lèvres que celui-ci alla proposer aussitôt au directeur d'offrir des cours d'été pour quelques élèves dans le besoin et lui fournit une liste des élèves qu'il avait bien entendu visé. Que croyez vous? Bien entendu la liste vous pouvez vous doutez facilement des « chanceux » visées... Ils allaient avoir une petite surprise. Il se doutait aussi que des rumeurs a son sujet avait du venir à leurs oreilles, mais ils n'allaient tous simplement pas comprendre ce qu'ils leurs arrivent... Vous savez c'est quoi les jeunes! Ils oublient souvent de faire attention aux détails. Peut-être auraient-ils dût s'intéresser plus aux ragots à son sujet pour s'assurer qu'il ne leurs posera pas de problème... Mais bon il était un peu tard pour ça. Ils ne connaissaient tous simplement pas la menace qui s'avançait tranquillement... Il avait calculé et recalculé le plan. Tout était parfait... Si tout marche comme prévus on entendra plus jamais parler de ses petits insolents...

Juste avant l'heure fatidique celui-ci avait donner rendez-vous à Midoriko au petite heure du matin, juste avant que le soleil ne se découvre son jolie minois... Lorsqu'il la vit ce matin là pour régler quelques détails, celle-ci lui l'amena à une maison bien précise sans lui préciser à l'avance pour quelles raisons du pourquoi c'était important qu'il la voit. Une fois arriver devant la résidence celui-ci la regarda intrigué qu'est-ce que cette habitation pouvait bien faire dans sa vie après tout! Pourquoi lui faisait-elle perdre son temps avec de telles futilités. Celle-ci ne le fit pas attendre plus longtemps... Et lui expliqua la raison. Cette maison était l'endroit où habitait sa fille... Sa fille?!!!! Rapidement face à sa surprise celle-ci avait continué à lui donner un peu plus d'informations a son sujet. Qu'elle était la jumelle de Tao et le plus important qu'elle avait l'intention et l'obsession de le tuer. « Ah bon!? GÉNIAL!!!!! » Comment voulez vous qu'il réagissent face a cette nouvelle. Surtout que son alliée semblait n'avoir trouver un autre moment plus opportun pour lui en faire part... Décidément qu'allait-il découvrir d'autre. Qu'il est mort? Qu'il a un troisième œil? Et puis quoi encore. La vie semblait de jours en jours changer sans malgré ses puissants pouvoirs rien y changer. Il était tout simplement prit de cours... Par la suite celle-ci ne s'arrêta pas là... Elle lui mentionna qu'elle serait peut-être présente puisque celle-ci était sensée la revoir ou quelque chose du genre. Si elle se mêlait aux autres cela pourrait détruire son plan. Il n'était pas cruel au point de la tuer avec les autres. C'était sa fille après tout... De toute manière à bien y penser si elle se retrouverais dans la pièce un peu plus tard celui-ci la sentira aussitôt... Comme pour Tao, il y a un lien étrange entre eux... Dur à l'expliquer... Mais s'il ne l'avait tous simplement pas sentit avant c'était peut-être aussi car il ne l'avait jamais croisé... Qui sait ? Peut-être avait t-elle un don pour cacher son aura?... Quoique celui-ci n'avait jamais vraiment prit le temps de la chercher... Après tout qui chercherai a retrouver quelque chose qui ne sait pas qu'il a. Une pour reformuler ça dans la situation actuelle: Pourquoi Yûu aurait perdu son temps à chercher quelqu'un qui ne connaissait même pas l'existence avant aujourd'hui? Mais de toute manière si Seika était belle et bien la sœur jumelle de Tao il la repérerait très facilement. Des aura comme ça l'on en croise pas partout... Il se rappelle du sentiment qu'il a ressentit lorsqu'il allait laisser le petit en arrière mourir dans son triste sort, jusqu'au moment où il ressentit son aura. Tout de suite il avait tourner les talons pour l'aider. Il avait la même que son père... Cela devrait être le cas aussi avec Seika si ça se trouve... Disons qu'il ne s'inquiétait pas à son sujet... Mais bref suite à ce tas d'informations celui-ci demeura silencieux un moment... Était-ce sa manière de digérer la nouvelle? Qui sait... Mais sans retourner dans ce sujet celui-ci se remit a parler du plan. Il devait régler quelque petits détails. Il lui avait demander de venir justement pour lui donner un rôle plus important dans le plan. Il décida de lui donner plus de confiance et un certain cadeau, sachant qu'elle avait une petite vengeance personnelle envers la sœur de la victime... En d'autre mots cette rencontre était plus pour lui donner de nouvelles directives et informations qu'elle avait besoin. Tel que l'heure précisément à laquelle elle devra se retrouver pour le kidnapper et etc. Il n'avait pas a s'inquiéter de celle-ci... Depuis leurs rencontre hasardeuse au bar de geisha ceux-ci n'avait plus de réelle accrochage... Étrange de voir que maintenant il était capable de s'entendre calmement... Qui l'eut crut un jour que cela serait possible? De plus dans cette situation celui-ci lui offrait simplement en cadeau une vengeance servit sur un plateau d'argent... Pourquoi refuserait-elle? Cela serait stupide non? Aussitôt que celui-ci finit ses explication de sa pocha celui-ci sortit une feuille de sa poche et lui offra. Sur celle-ci il y avait les heure des aller et venu du frère d'Aya. Que croyez vous qui s'était seulement organiser pour espionner les pseudos héros et que ses recherches lui avait un semaine pour faire sa? Bien sur que non si il savait que tel avait une sœur ou un frère il envoyait soit un clone ou ses Yokahû'z... Cela proposait alors a Midoriko plusieurs possibilité. En lui offrant cette information celui-ci lui laissait cela entre ses mains, qu'elle s'organise comme elle veux , mais que le travail soit fait et bien bien, c'était tout... Est-ce que s'était encore un test? Qui sait vraiment... En faite pour dire vrai s'était la première fois qu'il lui donnait une chance comme sa. Un responsabilité plus précisément. Avait-il raison de lui faire assez confiance pour accomplir cette tâche? Eh bien cela il allait le voir lorsqu'il en serrait rendu là... Si il advenait qu'elle est échouer il s'arrangerait et usera un peu d'imagination pour improviser. Mais ce n'était pas le moment de douté. Au tant ne pas s'inquiéter pour rien. Par la suite celui-ci lui précisa l'heure a lequel le cours commençait et lui précisa qu'elle devait être présente... Aussitôt celle-ci tourna les talon et lui dit simplement a plus tard. Le ténébreux jeune homme avait regarder disparaitre au loin dans la brume la demoiselle jusqu'au moment ou il ne la vit complètement plus. A se moment celui-ci se retourna vers la résidence ou sa fille y vivrait... Il la fixa un moment silencieux et disparue en un claquement de doigt. Lorsqu'il réapparut il se retrouvait a l'intérieur de la maison. Plus précisément dans un couloir qui reliait au chambre. Ses a pas de sourit que celui-ci se déplaçait. Il remarqua que sa « mère » semblait dormir il prit alors l'autre chambre et entre ouvrit la porte. Il fut bien surprit de ne pas la retrouver dans sa chambre. Après tout sa fille de neuf ans qui a cette heure matinale n'était pas dans sa chambre et dans les bras de Morphée ou pouvait-elle être? Se demanda t-il tout en pénétra dans sa chambre un peu trop rose a son gout. Mais après tout ce n'était que son humble opinion... Il s'arrêta alors devant sa petite commode ou au dessus il peut remarquer quelque cadre ou celle-ci se retrouvait souvent accompagner... Il en choisit un précisément et le prit en main et s'assit un moment sur son petite lit, tout en fixant la photo...

* Seika... *

Pensa t-il tout en laissant surgir un énorme soupir...

* ... comment je vais faire pour la protéger du plan sans manquer les autres..? *

Et lorsqu'il se redressa du lit il entendit comme un petit son, un petite claque son... sur l'entente de celui-ci ce dernière talon les talon pour apercevoir qu'est-ce qui avait fait le son et remarqua un toutou. Étrangement s'était le seule qui avait la place de choix... Le lit. Les autre qu'elle semblait procèder ses trouvait soit sur ses tablette ou le sol de sa chambre. Mais pas lui. Elle devait bien l'aimer cette ourson pourquoi ne pas lui amener pour lui montrait quel s'attaque a un gros poisson si elle compte vraiment le «tuer»? Sans se poser plus de question celui-ci le prit dans sa main droit et déposa la photo de Seika et sa mère adoptive sur la commode ou il se trouvait au début au millimètre près... Il lui restait encore assez de temps pour trouver une solution...Il sortit alors de la petite chambre et s'intéressa par une autre pièce... Pourquoi ses lieux lui rappelait quelque chose?Il en avait aucune espèce d'idée... Mais bref il entra dans l'autre pièce et s'approcha du bureau et se qu'il vit lui dessina un sourire a ses lèvre... Il y avait un tas d'article et la plus part le concernait sous le nom « du messager de la mort» Ironique que sa mère adoptif s'intéresse a son cas ... non? C'est alors qu'il remarqua une enveloppe et il fut bien entendu très surprit de reconnaitre le nom et prénom de la jeune femme qui semblait s'occuper d'elle... Kira Yuuki?! Sa lui revenait. C'était la meilleurs ami de Mitsuru dans le temps du collège. Celle-ci était la journaliste en herbe de l'école... Tu voulait connaitre les dernière rumeurs? Tu allait la voir ... C'était bien simple... Dire qu'elle était devenu une journaliste... Voila une autre preuve que les gens ne change pas... Mais il ne s'inquiétait pas pour Seika... Elle était heureusement tomber sur une perle. Il la connaissait et savait qu'elle avait du faire un bon travail... C'est avec le même sourire au lèvre qui s'était incruster un peu plus tôt sur son visage qu'il se dissipa dans la noirceur de l'obscurité. Au même moment celui-ci avait entendu un bruit de pas vers la pièce. Et était partit bien entendu avant que la personne, Kira, sans doute ne l'aperçoit... Elle avait peut-être entendu quelqu'un bouger dans ses lieux qui sait?

Au léver du jours celui-ci était retourner a son condo histoire de se changer. Il se vêtit silencieusement d'un veston, chemise et cravate, puisque Mitsuru dormait encore paisiblement. Oui celle avec qui il a eu ses deux enfant... La toute première raison du pourquoi il était de retour dans se monde. Le but premier avait été de la délivrer de son injustice. De puis ce temps la puisqu'elle était rechercher Yûu l'avait amener chez lui. Ne voulant pas la réveiller celui-ci s'était organiser tous simplement de faire elle moins de bruit possible. Tao lui dormit dans un autre chambre dans ses appartement. Lorsqu'il finit de se vêtir celui-ci sortit de sa chambre et referma la porte derrière lui. Il alla aussitôt en direction de la cuisine et de fit du café histoire de continuer a tenir sans le sommeille que son corps avait besoin. Durant le moment ou le cafés se préparait dans la cafetière celui-ci servit un verre de jus d'orange et l'amena avec lui jusqu'à la chambre de son fils. Arriver a son lit celui-ci déposa sur sa table de chevet le verre remplit de jus et s'assit alors sur le rebord de son lit et le réveilla doucement pour ne pas l'effrayer... Sa technique était simple son fils avait le même sommeille léger que lui avait a soin age. Il n'avait eu qu'a le secouer délicatement et se dernier ouvrit les yeux. Peu de temps après, Tao se redressa toujours des son lit et frotta ses yeux avec ses deux mains, cela lui prit que quelque secondes pour réaliser que c'était l'heure. Ce petit était très raisonnable. Yûu n'avait eu droit a aucun râlement de sa part. Il sortit aussitôt de son lit remarqua le verre de jus et le prit avec un petite sourire léger et se dirigea vers la salle de bain silencieusement pour y prendre une douche histoire de se réveiller complètement. Entre temps son père était retourner dans la cuisine se s3ervir son cocktail d'énergie et le déposa sur la table de cuisine. Sa s'assoir le jeune homme se dirigea vers la porte de sortit l'ouvrit et attrapa le journal qui était sur son tapis a l'extérieur et referma la porte derrière lui pour regagner la table ou il s'assoie face a sa tasse. Il ouvrit ensuite le journal tous en se délectant d'une première et une deuxième gorger du liquide qu'il se retrouvait dans son verre. Il remarqua aussitôt en feuilletant le journal qu'il manquait d'action depuis son départ à Tokyo. Même que Kira Yuuki avait fait un article intituler « Ou est don le messager de la mort? » Au même moment ou celui-ci termina de lire l'article Tao apparut avec son même verre vide.

« Ta faim? »

Demanda Yûri a son fils. Aussitôt celui-ci hocha timidement la tête tout en s'approchant de la table. Du moment ou il s'approcha l'homme se leva et alla dans le cuisine prendre un peu de pain les mit dans les grille-pain et sortit quelque confiture diverse de ses armoire et les amena sur la table. Une fois la nourriture prête lui amena avec quelque fruit déjà couper. Bien entendu Yûri s'inspirait des manière que sa mère l'accueillait le matin. Il avait maintenant un fils il fallait qu'il s'en occupe si il voulait un jours qu'il continue le chemin que celui-ci avait commencer. Et un jours lorsqu'il mourra il aura le contrôle de se qu'il aura créer durant sa vie... Il avait beau sembler froid et peu bavard se dernier avait le sens des responsabilité et n'était pas complètement cruelle. Ou tous simplement pas avec les gens qu'il appréciait... Même qu'il pouvait se devenir trop protecteur par moment, mais sa s'est un tout autre histoire. Tao se mit aussitôt a manger lorsqu'il lui apporta son assiette pleine. Il l'englouti rapidement. C'était a se demander ou il mettait toute cette nourriture... Mais pour faire cours lorsqu'il finit celui-ci alla dans sa chambre chercher ses « affaires » et les deux partit aussitôt. Bien entendu vous pouvez vous doutez que le jeune professeur d'histoire avait eu le temps durant que son fils mangeait de boire son délectable café. Il aurait bien aimer que Sawako soit présente pour le plan, mais s'était un cas d'extrême urgence elle n'avait pas prévue avoir un tourner a l'extérieur du Japon. Alors Yûu avait décider de faire cela sans elle, que voulez vous il était capable de comprendre qu'il y avait toujours des imprévue dans la vie... Les deux sortit de son logement, entra dans le véhicule noir de Yûri et partit en direction de Tokyo académie.

Peu de temps après une fois arriver et dans sa place de parking celui-ci retourna la tête vers son fils silencieux durant l'espace d'un moment. Ensuite ce dernier s'étira vers l'arrière de la voiture et empoigna un sac. Lorsqu'il le posa sur ses genoux celui-ci en sortit par la suite le lapin en peluche qu'il avait prit dans la chambre de Seika un peu plus tôt il lui donna tout en lui adressant quelque mots:

« Tien, apporte sa avec toi et garde le... »

Dit-il sans préciser que sa sœur allait être là... De toute manière celui-ci allait bien le remarquer tôt ou tard... Ensuite celui-ci prit son sac en bandoulière et le porta a son épaule tout en enlevant ses clé du moteur et en sortant de sa voiture. Tao de son coter resta un moment surpris de l'étrange présent de son père. Pas qu'une peluche était surprenant comme cadeau, s'était plus le fait que le cadeau venait de lui... Et après tout pourquoi une peluche?? C'est alors que Yûu alla a sa fenêtre et cognant doucement pour l'alerter...

« Alors tu sors? C'est pour aujourd'hui ou pour demain?! »

Dit-il légèrement impatient, n'attendant que lui pour entrer dans l'établissement ou ses «élèves » l'y attendait sans doute déjà. Yûri était toujours fidèle a ses habitude... Toujours en retard... Aussitôt fait le petit sortit de l'automobile et le suivit. Avant de passer la pour du bâtiment le « maitre » appuya sur un commande a distance qui se retrouver dans son trousseau de clé et barra les porte de l'auto. Suivant son geste celui-ci poussa les grande porte du collège et s'aventura de couloir en couloir jusqu'à la salle 66. Une fois devant la porte celui-ci entra d'un pas rapide mais comme a son habitude complètement décontracter. Il se retourna face au tableau et avec une craie celui-ci dessina quelque symbole, bien entendu aucun élève ne pouvait savoir qu'est-ce que ses symbole voulait dire... Est-ce que sa représentait les différent ère de l'histoire du japon? Est-ce que s'était des symbole mythologique? Qui sait? Mais il n'allait pas tarder a le savoir. Toujours dos a la classe ceux-ci n'avait qu'à peine remarquer son visage il n'avait que son dos et son veston comme vue. Tout en se retournant celui-ci enleva son veston et le posa sur sa chaise. Ensuite défi les bouton de ses mèche et rebroussa se mèche de sa chemise. Lorsque cela fut fait celui-ci redressa ensuite son regard vers les élève. Son regard était étrangement intimidant. Avant de les accueilli dans leurs tous nouveau cours d'été celui-ci ce racla un peu la gorge et commença enfin:

« Bon matin bande d'ignorant! »

Dit-il en marquant une brève pause. Belle manière de commencer un cours hein?. Son fils lui était entrer au même moment que lui dans la classe il était assise sur un chaise non loin de lui avec la peluche entre les main.

« Si vous êtes ici c'est que vous avez des notes pitoyables sur l'histoire de notre pays... »

Dit-il tous en observant sur sa feuille se présence et un autre feuille ou il y avait leurs résultat.

« Voyons voir vos note... hmmm... 50%, 30%, 59%, 10%?!!! Qui a eu 10% ? Ah bien entendu personne ne se nommera... Vous avez honte? Eh bien vous avez bien raison de l'être... Après tout il n'y a rien de plus facile a apprendre que notre histoire... »

Après son balancement d'insulte quotidien celui-ci se racla encore une fois la gorge... Et continua d'une voix plus grave et portante...

« Bon puisque vous ne sembler avoir... »

Celui-ci arrêta un moment du parler... Sa fille était belle et bien là... Il pouvait la sentir... Mais ou était-elle. Une chose était sur s'était qu'elle était dans la pièce en ce moment. Elle devait se cacher si sa se trouve...

« ... de la misère a comprendre dans une salle de classe je vous amène avec moi dans les temps ténébreux de notre japon... Qui sera vos pire cauchemars... »

A ses mots les symbole sur le tableau se mit a luire d'une teinte sombre violette. Et tout d'un coup la pièce devint complètement noir. Les bureau disparu aussitôt, laissant les jeune gens tomber le derrière au sol. Mais étrangement le sol sembla disparaitre a son tour. Tous était sur et certain qu'il tombaient dans de profond néant. Et tous atterri violemment sur un étrange sol. Chacun ne voyait plus les autres compagnons. Comme si il était tous tomber dans une prison isoller. Tous était seulement entourer de noir sauf bien entendu Midoriko qui était tomber juste a coter de Yûu. Durant l'espace d'un moment il ne se produisait rien... Chacun d'eux avait beau courir autant qu'il voulait jamais il ne pouvait sortir de se saut. Vous savez une boucle... et bien dans se cas la s'était le même principe il avait beau marcher au tant qu'il le voulait celui-ci allait toujours revenir au point de départ. Autour d'eux s'était le néant et les ténèbres absolu... Yûu de son coter accompagner des deux autre les observa avec un petit sourire en coin...

« Que le spectacle commence... »

A se mot chacun dans leurs propre « cellule » si on peu appeler sa comme sa eu pour cadeau de voir leurs pire cauchemars ou phobie. Vous savez le truc qui vous fait le plus part. Un exemple pour vous donner un idée si la personne craignait les araignées. Alors il voyait des millier d'araignées lui sauter sur elle et la dévorer. Sa vous donne un petit idée des vision que les pauvre auront dans les prochaine minute... Ou admettons que la personne craigne les flammes et bien la vision serait que tous semble en feu autour de lui... Que le feu finit par l'entourer et qu'elle est piéger. Les illusions de Yûri était incroyable... Elle semblait si réel qu'elle causait réellement des dommage sur le corps. Bien entendu cela dépendait toujours le type d'illusion... Mais je plein ses pauvre gamin après tout sa magie était très puissant. Bien entendu il n'était pas encore a son maximum de potentielle... D'un coter ceux-ci devrait en être heureux qu'il s'occupe de leurs cas avant qu'il obtienne son âme complète... Comme sa leur mort sera moins souffrante...



Invité, tu peux toujours courir, mais tu ne pourra pas mchapper
Yûu Theme
Killer Instinct Theme
Revenir en haut Aller en bas
Aya Hirumoto
|MODO| |Collégienne| Réincarnation d'Inuyasha|MODO| |Collégienne| Réincarnation d'Inuyasha
avatar
Féminin
Nombre de messages : 1108
Age : 20
Localisation : J'en sais rien dans un cimetière?
Amour : Je l'aime, même si je sais qu'il est mort..
Arme : Tatsuki et Ryû et d'autres petites armes
Date d'inscription : 17/10/2009

Feuille de personnage
Pouvoir:
59/100  (59/100)
Alignement(Bien ou Mal):: Bien
Shikon no Tama :: 1 Fragment
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Septembre 25th 2010, 4:43 pm

Petit à petit les élèves entrèrent en classe, je reconnu le gars aux cheveux bleus qui avait l'odeur de Miroku, le moine pervers et les deux filles, la rousse qui sentait Shippô et la fille bizarre qui avait l'odeur de Kirara. Je l'ai avait tous les trois rencontrés pendant le combat contre mon stupide Original qui s'appelait InuYasha, j'entendis la rousse murmurer à sa copine qu'elle m'avait déjà vue, ouais, bah moi aussi je l'avais déjà vue et j'allais pas en faire tout un drame non plus, fin bref, tous des abrutis que j'ai vu dans le monde Féodale.
J'alla m'asseoir sur une table à côté de celle de Kei et observa la porte de la salle de classe, ça sentait pas bon, enfin j'voulais dire que quelque chose de grossier allait se passer et je le savais, keh! Me demandez pas pourquoi, je le sais c'est tout!
Ma main sortit mes cartes de tarot par réflexe, j'écarquilla des yeux quand je vis les cartes que j'avais dans les mains, non... Ce n'était pas possible... Cela signifiait un mauvais présage... M*rde, mais quand cela va-t-il se passer? Je tire une autre carte et voici que celle-ci me dit que le mauvais moment allait être bientôt..

Sans rien dire, je rangeais rapidement mes cartes, c'est alors que une autre odeur familière vint me piquer le nez.. J'observais la porte d'entrée avant de voir quelqu'un de déplaisant... MIDORIKO! Cette sale humaine que j'avais laissée dans la forêt d'InuYasha, que foutait-elle ici? Hein?! D'un air dégoûté de regarda la réincarnation du moine pervers, tssss...!
Fait ch*er! Pourquoi y a que des gens que j'connais, qu'est-ce qui ce tramait? Hein? Je posais à plusieurs reprises ma main sur le fourreau de Ryû, n'aillant qu'une seule envie, celle de la dégainer..
L'air énervée, je croisa mes mains et regarda agacée et énervée le tableau avant de mettre mes pieds sur la table et de me pencher sur ma chaise, ça m'agaçait et ça promettait d'être super ch*ant..!

_______________________

Ma soeur, Aya alla s'asseoir et regarda le monde l'air légèrement énervée, sans rien dire j'alla m'asseoir à une table près de la sienne et d'un garçon aux cheveux bleus, tient, il me faisait penser à quelqu'un, je crois que c'était une célébrité ou quelqu'un dans ce genre là.
Mes écouteurs à mes oreilles j'observa par la fenêtre, même si c'était le matin, le ciel se remplit soudainement de nuages noires, étrange... En tout cas je n'aimais pas ça.
Il allait sûrement pleuvoir cet après-midi, ça allait être un après-midi rafraîchissant alors et puis Aya ne se plaindra pas d'avoir trop chaud comme ça.
Je finis par me retourner et regarder le garçon aux cheveux bleus.

" Je suis Kei, Kei Hirumoto Ronald McGwen. Dit-il en affichant un sourire amical : " Tu dois être Matsuo Takashi, n'est-ce pas? Enchanté de faire ta connaissance. Rassures-toi, je ne suis pas un de tes fans, juste quelqu'un qui fait partie dans la domaine de la musique et qui connaît quelques personnes populaires."

C'est vrai que j'en connaissais une de ces listes de gens populaires dans la domaine de la musique et du cinéma, par exemple, je connais Sawako Ichiderwa, qui est une chanteuse de J-Pop avec une très belle voix, Natsumi Komawa, une actrice douée, Wakuto Tsukiyome, un chanteur solo de chansons japonaises et anglaises, bon je connais Matsuo Takashi, celui avec qui j'essaie de parler et d'autres encore.
Attendant une réponse de l'inconnu d'en je n'étais pas sûr de son identité, j'observa ma soeur qui se penchait sur sa chaise l'air agacée.

" Aya! Fais attention de ne pas tomber. " Dis-je alors à l'attention de ma petite soeur.

Aya se comportait souvent comme une gamine désagréable, vulgaire, malpolie, brutale, râleuse, plaintive, mais au fond elle est vraiment gentille et à besoin d'un peu d'affection de la part des autres pour mieux se comporter, je le sais car je suis son grand frère.

C'est alors que j'entendis le professeur arriver et écrire quelque chose sur le tableau, c'était des symboles anciennes qui avaient une signification particulière, le professeur se mit à crier, sans rien dire, les mains croisés.
J'observe le professeur nous engueuler d'être nul et d'être des ignorants, le devoir d'un professeur n'était-il donc pas d'aider les élèves au lieu de leur donner des idées négatives?
Quand le professeur demanda qui a eu 10%, ma petite soeur leva la main l'air ennuyée, qu'est-ce qui pouvait bien lui passer par la tête? Les symboles se mirent à luire d'un teint légèrement violet et la salle sombra dans les ténèbres. Les bureaux disparurent unes à unes, je finis par tomber au sol sur mes fesses. À cet instant, j'avais l'impression que le sol lui-même disparaissait petit à petit sans laisser la moindre traces de disparition.
J'atterris désagréablement sur un sol plus froid et plus dur, il n'y avait plus personnes à côté de moi et il faisait sombre, les ténèbres régnaient autour de moi.
Toujours les écouteurs aux oreilles, j'observa ce phénomène étrange, j'étais dans le noir et c'est tout, rien ne se passait, rien du tout.. Étrange..
Pour tout vous dire si cela était un jeu pour vous faire peur, je n'avais pas peur de grand chose, en fait, je n'avais pas vraiment de raisons d'avoir peur de quelques choses, j'aimais tout êtres vivants et tous ce qui se trouve autour de moi, alors il n'y aucune raison de craindre une chose...
Du moins, je n'ai peur de quelque chose. Juste pour méditer, je me mis en tailleur sur ce sol glacé et j'attendis dans cette "prison" en écoutant de la musique.

_______________________

M*RDE! J'comprends plus rien! Ch*é! Alors que j'me penchais sur ma chaise, Kei me lança un truc de faire attention, sans m'en rendre compte, je tomba immédiatement de ma chaise, un "BADABOUM" se fit entendre, mais personne ne vint m'aider, bien évidemment, j'dois me demm*rder seule quoi.. Ch*é le monde quoi! Keh! Tous des gens malpolis!
C'est alors que le prof' fit son entré superbe à la c*n et alla écrire des trucs super incompréhensibles au tableau, keh! C'est ça qu'on allait apprendre!? Quelle cour m*rdique!
Alors que le prof' se mit à gueuler, il regarda les notes et demanda qui avait eu un 10%, sans rien dire je leva la main, l'air ennuyée et je lâcha même un bâillement pour montrer à quel point ce prof' me saoulait au point de me faire bâiller.

Soudainement, la salle vira au noir, il faisait subitement sombre, les symboles au tableau brillait et les bureaux disparaissaient, j'étais déjà au sol, alors j'm'en foutais absolument. Le sol devint dur et froid, il n'y avait plus personne autour de moi et c'était angoissant, un aura pesant envahissait l'endroit où je me trouvais et une odeur familière m'avait avant piqué le nez, l'odeur d'un primate ou d'un singe qui était "nos cousins"...
C'est alors que je vis Kei, au sol, recouvert de sang, mes yeux s'écarquillèrent, tous mon corps se mit à trembler, puis je vis le cadavre de ma mère, de mon père, de Gokura, de ce crétin d'InuYasha et de pleins d'autres personnes que je connaissais et qui m'étaient plus ou moins important pour moi.
Je devins pâlot, mes mains tremblèrent, mais par pur réflexe, je posa ma main sur le fourreau de Ryû et de Tatsuki. Je finis par les dégainer et commença à donner des coups d'épées dans le vide ou le néant, hurlant de rage, mes lentilles de couleur empêchaient de voir les couleurs de mes yeux, mais là, ils étaient dorés.
J'hurlais de rage et donnait rageusement des coups d'épées à cette "cellule" qui me retenait prisonnière dans cet affreux cauchemard.

" FAIT CH*ER! FAIT CH*ER! PUT**N DE M*RDE LAISSEZ MOI TRANQUILLE! "

Je continuais de donner des coups dans le vide, en disant à chaque fois "Ch*é! Ch*é! Ch*é!" ainsi de suite, jusqu'à ce que ma voix ne supportait plus et on pouvait entendre que ma voix devint silencieuse et triste.
Me laissant tomber au sol, avec mes deux épées à la main, j'observa mes mains qui devint tâché de sang et le corps de mon frère dans mes bras, comme si c'était moi qui l'avais tuée.. Non.. Ce n'était pas vrai.. Tous mais pas ça.. TOUS MAIS PAS ÇA!!!

" NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON!!!!!!!!! " Hurlais-je désespérée.

Vous allez me dire " Mais t'ain, elle est faible! ", c'est vrai, au fond elle ne pouvait pas supporter l'idée de tuer même accidentellement un de ses proches que ce soit ce loup puant de Kôga ou son Original InuYasha...

Sans savoir pourquoi, mes émotions se mélangèrent, toute émotions se mirent à me tourmenter tel des fantômes qui se moquaient de moi parce que j'étais une faiblarde au fond alors que j'me montrais forte.
Je serra mes poings et observa les cadavres horrifiée, ce n'était pas moi, non, ce n'était absolument pas de ma faute! Je n'ai rien fait! Je suis innocente! Laissez moi tranquille b*rdel!
C'est alors que les cadavres se levèrent, ils s'approchèrent de moi et me pointèrent du doigt.

" C'est de ta faute! Ta faute! C'est de ta faute! Ta faute! " Dirent-ils en choeur répètent cela plusieurs fois.

Je répéta plusieurs fois que ce n'était pas de ma faute, que je n'avais rien fait à voix haute, mais cela n'aidait pas, car les vois des cadavres commencèrent à hanter mon esprit.
C'est là que mes nerfs ont lâchés et je crois que je n'en pouvais vraiment plus, je pris mes épées et commença à les trancher un à un, qu'importe le nombre que j'allais trancher! Qu'ils me foutent juste la paix! Qu'ils me laissent tranquilles ces c*nnards! Je n'ai rien à avoir dans cette histoire! Je n'ai rien fait! RIEN DU TOUT!

" RHHHHHHAAAAAAAAAAAAAA!!!! " Hurlais-je en tranchant la tête de plusieurs "zombies".

La rage m'avait envahie, la haine tourmentait mon esprit, je ne voulais qu'une chose, me débarrasser d'eux pour ne pas écouter leur phrases qui commençait petit à petit résonner dans ma tête telle une abeille qui tournerait autour de moi.
Je ne contrôlais plus mes sentiments, c'était plus fort que moi, je n'en pouvais plus, c'était l'enfer! L'enfer absolu! Je veux mourir! Pitié! Que cela s'arrête je n'en peux plus!
Le sang gicla partout, sur mon visage, sur mes vêtements, sur la lame de mes deux épées, plus en plus de cadavres gisaient sur le sol, recouvert de sang, découpés en plusieurs morceaux, le regard sans émotion tel mon regard à moi qui ne contenait plus aucune émotion, j'étais comme "sans vie", je ne savais plus ce que je faisais, j'étais juste devenue folle, absolument folle. Je ne faisais que me défendre, hein? Ce n'était pas de ma faute, hein? Bien sûre! Je n'avais rien fait! J'étais innocente! AHAHA! Je crois que je suis devenue folle, absolument stupide et sans aucune pitié, j'avais peur, vraiment peur, mais je tuais quand même mes proches, pour aucune raison, est-ce que c'était bien? Était-ce bien de tuer ses proches? Même si tu avais la meilleure raison du monde? AHAHAHAHA! Que c'était ironique! Vraiment pitoyable! Après tout si on ne se défendait pas ou si on ne tuait pas quelqu'un qui nous menace, on ne pouvait pas vivre! Alors j'ai une très bonne raison, n'est-ce pas? Celle d'avoir envie de vivre! HAHA!

" PRENEZ ÇA BANDE DE MORTS VIVANTS! LAISSEZ MOI TRANQUILLE!
Hurlais-je avant de lâcher accidentellement un rire de sadique : " AHAHAHA! J'VAIS TOUS VOUS TABASSER ALORS! AHAHAHAHAH! "

Si quelqu'un passerait devant elle par hasard, il se dirait sûrement que cette fille est dérangée mentalement vu ce qu'elle faisait, ce n'était pas le plus normal des choses qu'on pouvait voir, c'était même affreusement anormal!

Alors que je continuais de trancher les têtes ou de découper les cadavres qui ne cessaient pas de se relever, la folie s'empara de plus en plus de moi..


Aya's themeAya's memoriesAya's little secrets


Je suis la réincarnation d'un clébard et alors? Cela te déranges à ce point-là, Invité?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Octobre 7th 2010, 2:01 pm

( La chatonne est là!)

"KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH!!!!"

Kiraya tombait dans un trou noir dont elle ne sais point où elle arriverais!Quand cette dernière retrouver pied ferme...Enfin,on peut le dire car on ne voyais pas le sol blanc mais un sol bizarre dont la texture est bizarre.Quand elle se relève,elle regardais autour et ne vis pas Nakumo!Elle ne vis ni la drôle de fille a l'odeur répugnante de celui qui a attaqué sa besta et ni la fille qu'elles avaient rencontré au monde bizarre.Elle commençait a chercher la porte où elle se reveillerais de se cauchemare et retrouverais son amie a papoter avec elle et faire ce "cours de ratrapage" où elle était celui qui avais 10% et que tout reviendrais comme avant!!! (HRP= Je fais genre que c'est moi ok?) Elle avait beau a courir dans tout les sens,elle ne retrouve pas Nakumo.La panique commence a se faire dans son corps.Elle cherchais encore et encore mais rien n'y fait!Elle est piégée comme un vulgaire rat!Soudain un spectre se fit.Elle coupais Kiraya en morceau,la broyais,noyais,bouillais et toutes sortes de choses qui resemble a sa peur la plus grande.LA MORT.

"NAKUMO!!!!!!Où est-tu????!!!"

Elle avais beau crier,hurler et crier de toutes ses forces.Kiraya n'entendais pas la réponce.Et elle continuais de se faire tuer et se faire revivre.Mais qu'est-ce qui se passe dans ce monde?Pourquoi elle?

Soudain...Elle entendis un rire les plus sadiques.

(Fiou je dois finir vite.Papa est là OO)
Revenir en haut Aller en bas
Matsuo Takashi
|Star du cinéma|Hero's leader| |Réincarnation de Miroku|||Star du cinéma|Hero's leader| |Réincarnation de Miroku||
avatar
Masculin
Nombre de messages : 697
Localisation : Dans les territoires défendus
Amour : Secret d'état! xD
Arme : Huryu
Date d'inscription : 28/02/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
5999/9999  (5999/9999)
Alignement(Bien ou Mal):: Bien
Shikon no Tama :: 1 fragment
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Octobre 12th 2010, 2:47 pm

Ce matin là Matsuo n'était pas dans sa meilleurs forme... Bien entendu il aurait bien apprécier ne pas avoir ce foutu cours dans son horaire de la journée, quitte a aller a sa séance photo... Il aurait même préférer sa... Tous mais pas dans un foutu classe. Toujours en tête l'accrochage qu'il avait eu avec son père hier très tard le soir... Il n'avait pas envie qu'on le dérange. Il était complètement dans sa bulle. Même que s'était bien étonnant qu'aujourd'hui son visage n'était pas venu avec un sourire... Même que si l'on oubliait la couleur de ses cheveux l'on croirait être devant une autre personnage aujourd'hui. S'était un changement complet d'habitude. C'était quelqu'un de matinale le matin habituellement. Et la cela avait tout prit pour se lever. Allait-il avoir la même attitude toute la journée, c'était la question a se poser. Mais peu importe après tout sa peu arriver a tout le monde de se lever du pied gauche le matin. Pour une fois que s'était a son tours, il n'allait tous simplement pas se gêner... D'ailleurs pourquoi se gênerait-il aujourd'hui. Il avait eu une de ses nuit cauchemardesque... Sans parler du peur de temps ou il avait dormit. Son père le dépassait complètement. Il n'arrivait pas a penser a d'autre chose... Une chance que c'était l'été, ses fan girl n'était pas la ce matin. Il ne lui avait pas fait subir la course a la mort. Par chance, je dit bien sa pour elle puisque ce dernier n'aurait pas été aimable se matin. Il les aurait sans doute toute envoyer balader... Sérieusement il n'avait plus de patience... Son tour de moto ne lui n'avait pas eu l'effet escompter... Lui qui pensait que faire un peu de vitesse allait le calmer. Il avait encore une fois sous estimer sa colère envers son père... Sans arrête il se demandait si un jours il allait comprendre... Comprend qu'il soit différent et que la perfection n'existe pas... Peut-être lorsque son père avait louper se chapitre a cause de ses horaires charger... Bien entendu ce n'était qu'une supposition débile qu'il avait un jours penser... Mais bref, pour en revenir a son arriver dans la classe. Ce que plus haut je décrite était se qu'il pensait et avait comme attitude en entrant dans la classe. Pour ceux qu'il l'avait peut-être croiser avant ce matin ceux-ci put remarquer un changement totale attitude. Complètement associable celui-ci ne s'était arrêter de marcher que lorsqu'il ateingne les bureau dans le fond de la classe. Avait lancer son sac sur la chaise et s'était presque assis les pied appuyer sur le bureau devant lui (xD) et les bras croiser. Vous voyez le portrait. Étant complètement dans la lune, celui-ci ne faisait pas attention au gens autour de lui. Les avait-il croiser? Et alors?! Il n'avait pas envie de se casser plus la tête, il avait juste hâte que le cours commence, pour finir. C'était qu'un travaux forcer pour lui, puisqu'il n'avait aucun problème de compréhension en histoire. Il s'était seulement endormie lors de l'examen... S'était une perte de temps pour lui... Dans le fond le petit avait simplement besoin de vacance peut-être? Qui sait? Peut-être qu'il allait s'en payer bientôt après tout cela ne devrait pas lui faire de tord... Peut-être que Megumi voudra l'accompagner... Megumi? C'est sa nouvelle demi-sœur... Son père ses remarier et avec sa mère. Il n'était pas très content au début, mais en la rencontrant il s'y est très vite fait. Elle fessait partit de la famille après tout... En tout cas jusqu'à se que mon père se tanne encore... Mais peut-être que cette fois s'était la bonne et qu'il ne mentait pas. Mais pour ce qui était de l'opinion de Matsuo: il n'y croyait pas... Disons qu'il en avait assez vue pleurer... Après tout pourquoi ne prenait-il pas le temps de connaitre vraiment les femmes qui rencontre avant de les amener dans sa vie. Ou si seulement il s'intéressait au autre plus que sa petite personne!!

* C'est vraiment un enfoir**... *

Mais ne put finir sa penser puisqu'une voix le sortit de ses songes...

« Je suis Kei, Kei Hirumoto Ronald McGwen. »

Lorsqu'il se retourna vers la voix, il vit que s'était l'autre seul gars de la classe qu'il lui avait adresser la parole... Il demeura silencieux un moment. Sa tête lui disait quelque chose... C'est alors qu'il continua...

« Tu dois être Matsuo Takashi, n'est-ce pas? Enchanté de faire ta connaissance. Rassures-toi, je ne suis pas un de tes fans, juste quelqu'un qui fait partie dans la domaine de la musique et qui connaît quelques personnes populaires. »

Après tout il semblait sympathie et dépourvue de mauvais intention, cela ne serais pas vraiment correcte si il lui fessait vivre sa mauvaise humeur... Alors ne voulant pas être désagréable il lui fit un léger sourire lorsqu'il lui expliqua qu'il n'était pas un de ses fan et qu'il connaissais simplement quel que star par si par là. C'est a ce moment qu'il le reconnu, il était l'un des jeunes connu dans l'univers de la chassons...

« ... ah je me disait que ta tête ne m'était pas inconnu... »
Dit-il et prit ensuite une pause pour prendre un autre gorger de sa boisson qui était rendu a la moitié. C'était bien de parler a des gens qui vive quelque chose d'un peu semble a vous. Ou tout simplement une personne qui est capable de placer deux mots devant l'autre sans littéralement devenir fou (xD). C'est sur cette penser qu'il continua. « Enchanter de faire ta connaissance Kei. C'est sur qu'avec le monde du showbiz on se reconnait assez facilement... »

Allait poursuive, mais l'arriver du professeur attira son attention, sans savoir pour quel raison il avait un très mauvais sentiment que quelque chose ne collait pas du tout. Il est rentrer sans dire un mots et ses mit aussitôt dos a eux dont: devant le tableau ou il s'était mit a dessiné des symboles étranges dès qu'il put avoir une craie dans les main. Qu'est-ce qu'il voulait en faire? Sur le tableau il n'y avait pas un symbole qui désignait ou faisait référence a l'histoire... Est-ce qu'on avait envoyer un incompétent nous apprendre n'importe quoi? Matsuo ne ressentait rien de bien. Il avait un drôle de pré sentiment qu'il n'allait pas aimer... Qu'est-ce qui se préparait. De plus le jeune sexe symbole n'aimait pas l'aura de ce type. Il avait même un étrange dégout envers lui sans comprendre pourquoi... Qui était ce type?! Lorsqu'il se retourna enfin toujours ayant l'aire d'être aussi ennuyer qu'eux de les voir. Toujours pas d'aceuille... D'ailleurs ce type était étrange, il préparait quelque chose. C'est seulement après avoir relever ses manches qui commença a parler. Durant l'espace d'un moment Matsuo n'avait même pas réaliser qu'il avait commencer par les insulter. Il fixait silencieusement ses yeux. Il n'aimait pas ce me. S'était sur... Il y avait quelque chose chez lui qui ne présentait rien de bon. Juste avec son aura l'on aurait put s'en attendre, mais bon! Son ton était agressant, il avait simplement envie de lui balancer la chaise qui était in occuper non loin de sur sur se foutu professeur! Ce faire insulter de la sorte dès le matin, n'était pas prévue dans son horaire et ce n'était pas pour rien, car aujourd'hui il en avait vraiment rien a foutre de tout le monde. Et que ce dernier soit un professeur ou non il s'en moquait. Il était en train de dépasser une limite qui ne faisait pas très professionnelle.. La seule penser qui lui venait impulsivement en tête était de lui lancer le dictionnaire qui trainait en pleine figure. C'était comme si quelque chose lui disait que cette emmerdeur n'était pas vraiment un enseignant... En tout cas il ne semblait pas vraiment vouloir leurs donner un cours. Plus nous faire passer un moment très très barbant! C'est alors lorsque Mat allait ouvrir la bouche tout en se levant que les symbole s'illumina sur le tableau et que les chaises et les bureaux disparu tranquillement pour laisser place aux ténèbres.

« ... mais qu'est-ce que..?! »

C'est alors qu'il observa les autres qui se retrouvait dans la classe. Il y avait qu'une seule fille qu'il n'avait jamais vue: ni a l'académie, ni dans le monde féodale. Qui était c'était fille? Son aura... Semblait si étrange, moins que celui qui n'avait pas arrêter de les insulté et le petit garçon qui se retrouvait a ses coter. Il n'aurait pas su décrire se qu'il ressentait... C'était mystérieux, quoi qu'il n'avait que deux ou trois seconde pour l'observer.. Mais bref: suivant la disparition des meubles de la classe il remarqua enfin que la petite Seika se retrouvait cacher en dessous du bureau ou il avait poser son sac et son casque de moto. Ceux-ci s'était presque écraser littéralement sur sa tête, mais par réflexe les attrapa de sa main gauche. Seika?! Qu'est-ce qu'elle faisait là?! Mais n'eut pas le temps de réagir puisque le plancher disparu ainsi que les mur et plafond au alentour. Il n'y avait qu'eux et les ténèbres. Bien entendu puisqu'il n'y avait plus de plancher en dessous de leurs pied ... vous voyez le portrait. C'est simple ils ont tous tomber je ne sais trop où! C'est seulement lorsqu'il s'écrasa au sol qu'il remarqua qu'il se retrouvait complètement seule...

* Ou sont les autres? ... *

Se demanda t-il aussitôt, tout en se relevant sur ses deux pied. Dommage, il n'avait pas Huryu avec lui... C'était vraiment la poise... Bon après tout ce n'était certainement pas le temps de se plaindre. Il devait trouver un moyen de sortir de cette endroit. Partout s'était pareille... Et cela semblait profond... Comme si il n'était rien qu'il n'y avait pas de fond... Pourquoi avait-il vraiment l'impression que quelque chose se préparait... Pourquoi ne s'était-il rien produit d'autre?! Qu'est-ce qui allait arriver merd** !

« Ses ma mort que tu veux?! Bah fait le vite merd* j'ai pas tout mon temps?! »

Dit-il d'un ton ennuyer...

Suivant ses parole, le sol se mit a trembler. Ses alors qu'un paysage apparut dans la noirceur de cette satané prison. Autour l,on aurait dit une fête. A celle-ci il semblait y avoir tous les gens qu'il connaissait. C'était un étrange mélange, puisqu'il y avait des gens qu'il côtoyait dans les deux époque: Son père, sa belle mère, sa demi sœur, son agent et beaucoup plus... même des gens qu'il ne connaissais pas vraiment.. Comme des garçons de l'équipe de basketball ou de foot. quelque nombreuse geisha du bar d'Hakurei... Les fille étrange qu'il avait croiser durant l'attaque de zombi. C'est une vrai cacophonie de de personnalité.


« Tu n'est qu'un nulle on a perdu », « Tu ma encore oublier! », « Regarde qu'est-ce que tu a faite?!», « Tu aurais pas pu faire mieux? », « ... comment tu a peu les laisser me faire sa ?! », « À L'AIDE!!!!!!!!!! » « Pourquoi ne m'as-tu pas écouter... je serais encore vivante.... » C'était étrange tous ce ruait devant lui pour lui balancer leurs question remarque et tant dis que cela se passait chacun de leurs corps subissait des blessure venant de nulle part.Au fille du temps le sang qui s'était accumuler a ses pied se transforma en flaque de sang. Sur lui leurs sang éclaboussait. Le jeune homme était figer net. Comme si on l'aurait couler dans le betton. La vue de cette scène l'avait troubler. Qu'avait t-il fait? Pourquoi tous le monde le haïssais... Il ne l'est avait tout de même pas tuer! Il n'était en rien coupable de leurs mort... Il n'était même pas conscient qu'il était en dangers... Sinon... Il aurait fait son possible pour les aider...

« À l'AIDE !!!!!!!»

Un voix retentit en échos des les ténèbres ou il se retrouvait. Cette voix lui était familière. s'était la voix de la petite fille qu'il avait croiser au porte. La gamine qu'il avait raccompagner chez elle, suite a une excursion forcer causer par des fangirl en délire qui les aurait piétiner si il n'aurait pas commencer a courir au bon moment. Sans plus attendre celui-ci se mit a courir en direction de la voix de cette dernière qu'il lui quémandait son aide... Était-elle blesser? Que lui était-il arriver? Plus il courait plus le parcoure agrandissait. C'était a l'infinie ou quoi. Sa petite voix résonnait entre les mur dur labyrinthe qui venait tout juste de se créer autour de lui.

« Seika où est tu? »

S'écria t-il ses deux main placer au tour de sa bouche. Mais plus un son. Le jeune homme entendit même un moment. Mais jamais elle ne lui avait répondu. Était-elle disparue... Morte? Comment en être certain... Ou pouvait-elle être? Toutes des question que le jeune homme se demandait. Comment quelqu'un pouvait faire mal a une petite gamine?! Les gens le dépasse... Sans réaliser que se n'était qu'une illusion le jeune homme se mit a courire entre les couloir du labyrinthe a la recherche de la petite gamine. C'est seulement après une éterniter pour Mat qu'il arriva devant la dépouille de celle-ci. Lorsqu'il arriva devant elle gissant au sol la benjamine morte attrapa sa jambe:

« Pourquoi ne m'as tu pas sauver?! »

Lui demanda t-elle comme les autre tous en se hissant a l'aide de sa jambe qu'elle serrais. Celui-ci en descendant surprit son regard put apercevoir que son corps et son visage était couvert de sang...

« Je ne te trouvais pas... Je ne voulait pas qu'il t'arrive du mal... »


Ses alors que la petite le foudroyant du regard et répondit d'un ton sec et glaciale:

« eh bien tu a échouer! »

A ses mot les lieux changea encore de position et littéralement... Il n'était plus dans un labyrinthe, mais entourer de tout ses gens qu'il n'avait pas su sauver ou aider. Tous semblait correct a nouveau tous lui souriait, même ceux-ci qui d'habitude l'ignorait... Mais Matsuo sentait qu'il y avait quelque chose qui clochait... Au même moment il sentit une énorme douleur a sa main gauche. Son Kazana... Qu'est-ce qu'il se passait? C'est alors que de cette fameuse main s'illumina et le bandana disparue et le trou noir se déploya:

« NOOOOOOONNNNN!! ALLER VOUS EN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

Dit-il pour les alerter, mais personne ne l'écoutait...

Tous ce faisait aspirer et tous ne faisait rien, il se laissait emporter par le trou noir sans tenter d'empêcher cela. Il était inconscient ou quoi?!!!! A sa main le jeune homme ressentait un énorme douleur... S'était tenable, c'est alors que devancer par son malheurs le jeune homme agenouilla au sol, sa main droite tant l'autre qui le torturait...



Revenir en haut Aller en bas
Nakumo Tutsomochi
|Collégienne| Réincarnation de Shippo||Collégienne| Réincarnation de Shippo|
avatar
Féminin
Nombre de messages : 354
Age : 20
Localisation : Sers-toi donc de tes yeux !
Amour : Euh ... Hum.
Arme : Mon épée, Flower of Fire, ainsi que mes pouvoirs.
Date d'inscription : 20/02/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
15/100  (15/100)
Alignement(Bien ou Mal):: Bien
Shikon no Tama :: 1 ... Normal, pour une réincarnation, non ?
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Novembre 7th 2010, 1:39 pm

Nakumo avait vu une autre personne entrer dans la salle de classe. Une jeune fille brune aux yeux bleus. Bien que la rouquine ne l'aie jamais vue, celle-ci ressentait une drôle d'impression ... L'impression que la nouvelle arrivante la connaissait déjà, et qu'elle ne lui voulait pas du bien. La hanyô la suivit du regard, jusqu'à ce qu'elle se soit mise à sa place. La collégienne inspecta la salle de classe une dernière fois, comme pour vérifier si un intrus ne s'était pas glissé dans la salle alors qu'elle avait la tête ailleurs. Apparemment, non. L'espace d'un instant, elle se sentit idiote : qui voudrait pénétrer dans une classe par effraction ? Mais qui sait, il s'était passé tellement de choses inimaginables, ces derniers jours ... la fameuse découverte du monde Féodal, qui a engendré la rencontre de ces étranges individus, tout cela avec, en fond de décor, la guéguerre sanglante avec les zombies, manipulés par l'étrange femme ... bref, que des choses extrêmement bizarres, et dont bien des gens se seraient passées. Oui, mais voilà ... le petit problème, c'est que la rouquine ne peut pas rester impassible face à cela. Car elle-même a des pouvoirs pour le moins surprenants, qui pourraient lui permettre de mettre à feu et à sang une ville, si elle le voulait - comme toutes les personnes présentes ici, d'ailleurs. ... Elle avait appris que dans le monde Féodal, les créatures de son espèce se faisaient appeler "hanyô", et que les humains aussi bien que les Youkais considéraient ces créatures comme des moins-que-rien, rien de plus que de vulgaires bâtards. Partout, où qu'ils aillent, les hanyôs sont pourchassés comme des chasseurs font la chasse aux lapins. En quelques mots, ce sont de véritables exclus de la société, pratiquement condamnés à la fermer et à rester dans l'ombre si ils veulent rester en vie.

Malgré elle, la colère apparut sur son visage. Est-ce que c'était sa faute, si elle était la réincarnation d'un Youkai qu'elle ne connaissait même pas ?! C'est vrai, si le hasard en avait décidé autrement, ça aurait très bien pu être sa voisine, le facteur, qui sait-je encore ? Mais non, il a fallu que ça tombe sur une petite orpheline, élevée par sa tante maintenant décédée, et qui s'appelle Nakumo Tutsomochi ...
Brusquement, elle regarda son amie, Kiraya. Elle aussi, elle aurait très bien pu être parfaitement normale, aller à l'école bien sagement comme tous les autres collégiens et ne rien savoir de ce monde étrange enfermé dans un vieux puits en ruine. Mais bon, c'est comme ça, et quoi qu'il arrive, personne ne pourra rien y changer. Alors, autant assumer, même si c'est parfois très dur.

Ses pensées s'interrompirent en même temps que le professeur d'histoire fit son entrée dans la salle de classe, aux trois quarts vides. Apparemment, pas grand-monde n'assistaient aux cours de rattrapage. La plupart devaient sécher les cours, parce qu'ils trouvent ça idiot d'aller au collège pendant les vacances. D'ailleurs, ça n'aurait tenu qu'à elle, Nakumo aussi, serait restée chez elle, à regarder la télé ou écouter sa musique préférée en regardant le ciel par la fenêtre ouverte. Mais vu les notes catastrophiques qu'elle avait dans cette matière, il valait beaucoup mieux pour elle qu'elle suive ces cours. Au moins, ça lui permettrait de remonter un peu sa moyenne de 15,8, qui avait eu une curieuse tendance à diminuer à cause de cette torture qu'est le cours d'histoire. En plus, plus la rouquine passait de temps dans cette classe, plus elle sentait qu'elle aurait beaucoup, BEAUCOUP de mal à ne pas s'endormir.

La hanyô se concentra enfin sur le professeur. Tiens, il n'a même pas dit bonjour. Sympathique. Il se mit à écrire d'étranges symboles au tableau, symboles dont la collégienne ne comprenait strictement RIEN. Et, à voir la tête des autres personnes présentes à ce cours, ils devaient penser la même chose que Nakumo. Mais, ayant quelques bases pour ce qui est de la sorcellerie et autres tours de ce genre, elle sentit quelque chose d'étrange émaner de ces signes. Le professeur dégageait lui aussi ce quelque chose dont elle ne pouvait deviner l'origine. A compter de ce moment-là, elle n'eût qu'un seule idée en tête : sortir de cette classe, et vite. Car, à présent, toute la salle de classe était imprégnée de cette étrange atmosphère. Elle regarda partout, d'un air désespéré, comme une bête sauvage qui venait de se faire prendre au piège par un braconnier. Mais ce n'est qu'un peu plus tard qu'elle comprendra que, dès le moment où elle avait posé le pied dans cette classe, elle s'était mise en danger, et qu'il n'y avait plus d'échappatoire. Ah. le professeur va parler. Nakumo se força à paraître sereine et à poser calmement son regard vers lui, comme un élève normal regarde un prof normal. En guise de discours de bienvenue , ce fut un torrent de reproches et de commentaires négatifs qui sortit de sa bouche. *Bien, bien ... je sens que je vais apprécier encore plus l'histoire, à partir d'aujourd'hui ...* pensa-t-elle, pour dédramatiser un peu la situation. Cela porta d'ailleurs ses fruits, car elle faillit sourire à cette pensée. Mais cette envie disparut bien vite, car de nouveau, elle eût la sensation d'être prise au piège.

Puis, tout d'un coup, la salle devint toute noire. A première vue, c'était une panne de courant. Mais en voyant les symboles s'illuminer, ses pires soupçons se confirmèrent, et c'est là qu'elle comprit enfin qu'elle n'aurait jamais dû rentrer dans cette salle maudite ...
Ce fut au tour de la salle, des bureaux et même du sol de disparaître. La rouquine, maintenant debout, regarda autour d'elle : c'était le néant. Il n'y avait plus personne, plus rien. Alors, comme une tentative désespérée, elle envoya des rafales de feu un peu partout. Bien évidemment, cela n'eût aucun effet. *M*rde, m*rde, M*RDE !!*


«Kira' !! Kira', t'es où ?!»

Aucune réponse. Soudain, elle sentit une main glacée sur son épaule. Elle se retourna vivement : une silhouette blanchâtre, presque transparente, se tenait debout. Puis, petit à petit, la silhouette blanchâtre prit forme humaine, et la rouquine reconnut alors sa chère tante, Myoko, à qui elle devait tant ...


«Myoko ?! C'est bien toi ?! Oh, je suis si contente de te revoir !

-Eh bien, pas moi, petite sotte !!»

Nakumo fut profondément choquée, et ce ne fut que maintenant qu'elle s'aperçut que c'était une illusion. D'ailleurs, celle-ci était encore plus réaliste que les siennes, la hanyô en fut impressionnée. Mais, petit à petit, la peur envahit à nouveau son esprit, et elle dégagea brusquement la main glacée de son épaule. Avec un sourire moqueur, la "tantine" pointa le doigt vers le sol. Au même moment, Nakumo sentit qu'elle avait les pieds dans une espèce de liquide gluant. Elle baissa les yeux, et hurla à s'en exploser les cordes vocales : elle avait les pieds dans une immense mare de sang pourpre. Affolée, elle se mit à courir partout, là encore, sans résultat. Puis elle sentit que l'espace dans lequel elle se trouvait se rétrécissait au fil des secondes qui passaient. Si elle n'était pas devenue complètement aphone, elle aurait hurlé de plus belle, car elle a une phobie terrible : elle est claustrophobe. Non pas qu'elle s'évanouisse dès qu'elle rentre dans un ascenseur, mais dès qu'elle sentait que son espace diminuait de plus en plus, elle paniquait complètement. L'espace se resserrait autour d'elle, comme un étau, petit à petit. De plus, la mare de sang montait en même temps que l'espace diminuait, si bien que Nakumo se retrouva avec du sang jusqu'aux hanches. La hanyô donnait des coups dans l'air avec une rage et un désespoir peu communs. Tout ce qu'elle voulait, c'était que le cauchemar s'arrête ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   Novembre 25th 2010, 3:47 pm

N'avez-vous jamais eut la sensation bizarre de connaitre quelqu'un alors que vous ne l'avez jamais rencontré auparavant ? Cette fameuse sensation de "Déjà vue" vous ne vous êtes jamais fait cette réflexion du "Lui/Elle je l'ai déjà vue !!!! Je ne sais pas où mais je suis sûre de l'avoir déjà vue, mais c'est qui ????!!!" Cette fameuse impression qui devient de plus en plus frustrante au fur et à mesure que vous y penser, que vous réfléchissez, que vous essayer de vous souvenir, mais en vain car en fait cette personne vous ne l'avez jamais rencontré avant aujourd'hui.... Non non non, je ne vous parles pas d'amnésie, en tout cas pas cette fois. Cette fois-ci c'est différent, cette personne, vous avez l'impression de la connaitre rien qu'en la regardant, et c'est là que vous vous dites qu'il y a un truc qui cloche. C'est assez difficile à expliquer, mais vous savez que si vous observer cette fameuse personne, vous vous rendez compte que ces faits et gestes vous sont familier, mais pourquoi ? Et surtout comment cela se fait ? Jusqu'à ce jour, jamais la jeune femme n'avait eue cette étrange sensation, oh bien sûr il y en avait des similaires, du genre qu'elle était persuadée de connaitre certaines personnes mais là, c'était différent, comme si qu'avec cette personne il y avait un lien en plus... Ce que cela pouvait bien signifier, ça elle n'en savait rien c'était vraiment particulier... Grâce à la présence des fragments de perle dans le corps d'une personne ou dans un objet d'un individu, avec le temps, pour celle-ci c'était facile de reconnaitre de qui il s'agissait. Elle pouvait dire qui était la personne, même si elle fermait les yeux, et elle ne se trompait jamais... De toute façon cela marchait tout le temps ainsi avec Seika, les deux filles étaient devenus assez proches pour que celle-ci puisse reconnaitre le fragment de la gamine même s'il y en avait mille dans les environs... C'est d'ailleurs comme ça qu'elle fonctionnait, lorsque celles-ci devaient se voir même si Sei n'était pas en face d'elle, elle pouvait sentir sa présence et voir où elle se situait par rapport à elle. Oh bien sûr restons logique et réaliste, elle n'allait pas sentir la présence de la fille si l'une était d'un côté du pays et l'autre carrément à l'opposer, il faut quand même une distance minimale !!! Mais vous dire jusqu'où elle pouvait sentir sa présence, ça je ne pourrait pas vous le dire, c'est difficile à exprimer... Et puis comment vous dire ça tout en restant correcte ? Disons le franchement, reconnaitre ou non qui était les autres personnes qui avaient un fragment de perle sur eux et savoir dire avec certitude de qui il s'agissait, elle n'en avait tout simplement rien à foutre !! Pourquoi se prendre la tête avec ça ? Et à quoi ça servirait en plus de cela ? Non mais vous savez-vous en combien de fragment cette perle est brisée ? Vous pensez vraiment qu'elle a envie de connaitre par cœur à qui appartient tel fragment ? Non mais il ne faut pas se leurrer non plus, surtout que la plupart appartiennent soit à des démons de basse catégories, soit à de vrais imbéciles, alors quoi ?... C'est une perte de temps c'est tout !!! Les seuls fragments auxquels celle-ci pouvait s'intéresser, c'était peut-être ceux-là, oui ceux qui se trouvaient actuellement dans la classe, car en ce moment, aucun d'entre ces gamins ne faisait partie de "ses alliés" ceux-ci n'étant pas encore arrivés. Alors oui, il n'y avait que le fragment de perle de Seika qui l'intéressait... En fait je m'exprime mal, ce n'est pas du tout le fragment de perle qui intéresse la jeune femme, ça elle s'en fout elle pouvait le garder aussi longtemps qu'elle le voulait, elle savait parfaitement que celui-ci n'était pas dans les mains de n'importe qui et surtout pas dans celles d'un idiot du village, pour rester polis. Non en fait c'était la personne qui le possédait qui l'intéressait, je vous l'ai déjà dis je sais, mais les deux demoiselles étaient devenues assez proche pour que Mido considère celle-ci un peu comme sa petite sœur, alors vous imaginez bien que s'il arrivait quoique ce soit à la petite un jour ça allait faire très mal pour celui qui s'en prenait à elle, peut importe de qui il s'agit. C'était comme ça et pas autrement, ne cherchez pas à comprendre, Midoriko était devenue très protectrice avec cette gamine. Jamais elle ne laisserait quelqu'un lui faire du mal Personne vous entendez PERSONNE !!! Qu'il y en ait un qui essaye et vous allez voir ce qui va se passer !!! Cette personne mourrait dans d'atroces souffrances dans une longue et douloureuse agonie, et Mimi en avait même rien à faire que Seika n'appréciait pas ses méthodes, il ne faut juste pas tenter de faire quoique ce soit avec cette fillette point barre ! Malheureusement, il y a certaines choses dans la vie pour lesquelles on ne peux rien faire, à moins d'être le fameux type qu'on appelle " Dieu" ce qui n'était pas le cas de Midoriko. Il y arrive parfois des choses qui font que même si tu as beaucoup de pouvoir, même si tu es très forte, il arrive parfois que tout cela ne te sers strictement à rien parce que même avec tout ces dons que tu possèdes tu ne peux pas changer certaines choses, et je vous jure que parfois c'est très frustrant de voir certaines choses se produire et tu ne peux même pas agir, tu te sens vraiment bête et tu te dis que tu voudrais bien faire plus que de rester là à regarder comme un con !

Bref pour en revenir à nos moutons ou devrais-je dire à cette bande d'idiots dans cette fichue classe.... Vous avez donc bien compris que Bien sûr que oui lorsque Midoriko était entrée dans la classe, celle-ci avait remarqué la présence de Seika, assise là par terre caché derrière le bureau au fond de la classe, avec son petit pendentif autour du cou et pas besoin de vous dire de quel pendentif il s'agit vous avez tous compris. Évidement la présence de la petite demoiselle ne l'enchantait pas du tout, car une fois de plus Midoriko avait vue juste elle serait là, et le pire de tout elle était présente à cause d'elle... Parce qu'elle n'était pas partie la retrouver, mais qu'elle était à la Tokyo Académy, ce qui ne l'enchantait guère du tout d'être ici. Pourquoi ? Parce qu'elle avait autre chose à faire ailleurs voilà tout simplement !!! Déjà elle avait promis à Sei de passer la voir, et ne pas tenir ses promesses, Mido ne supportes pas cela, disons qu'elle espérait que tout ça se termine vite qu'elle puisse partir et basta! Mais tout à l'heure en sentant la présence de Seika dans ces lieux, elle n'aimait pas ça, tout simplement parce qu'elle n'était pas stupide les choses allaient mal tourner, le plan ne se déroulerait pas du tout comme prévu c'était évident, cela serait trop facile... Et la suite des évènements étaient évidentes à deviner, il ne fallait pas être un génie en même temps pour savoir ça : Seika allait sortir de sa cachette, et là deux options se proposeraient : soit la petite s'en prends directement à son père, soit elle s'en prends à Mido en lui demandant pour faire cours "pourquoi est-ce qu'elle fait ça ?" C'était tellement logique, cela serait même surprenant qu'elle ait une autre réaction, de toute façon Midoriko s'était faite à cette éventualité depuis le début.. Depuis qu'elle sait que Seika déteste son père mais qu'elle apprécie Midoriko... Mais peut-on en dire de même pour la petite ? Avait-elle vraiment conscience que Midoriko n'était pas quelqu'un de bien, que tuer des gens ne lui faisait rien ? Oui la jeune femme lui avait dit, mais Seika avait-elle bien compris que Midoriko ne ferait jamais marche arrière, qu'elle ne pourrait jamais lui faire "reprendre les esprits" comme elle dit... Avait-elle vraiment assimilée et compris cela ? Que cela ne servait à rien d'espérer Midoriko ne redeviendrais jamais gentille, même si certaines personnes vous diront qu'il ne faut jamais dire jamais, et bien ce n'était pas son cas à elle... Quand je dis JAMAIS C'est JAMAIS rentrez vous bien ça dans le crane! Fini la fille naïve qui croit que tout le monde et beau et gentil elle n'avait plus 4 ans quoi !!! Mais bon comme on dit on verra bien ce qui se passera après tout on est jamais sûr de rien non ?

La jeune femme s'était donc installée rapidement à la première table venue, posa ses pieds sur la chaise située juste à côté d'elle, disons que c'était une nouvelle habitude qu'elle avait commencé à prendre en cours d'histoire peu de temps avant sa "disparition" notamment lorsqu'elle voulait emmerder sa prof, alors pourquoi changer les bonnes habitudes ? En attendant la suite des évènements celle-ci observa du coin de l'œil toutes ces personnes, et en écoutant les petites messes basse de ces voisins de table, c'était vraiment idiot de voir que certaines personnes ne sont pas encore capable de savoir ce que signifie le mot "discrétion" disons que certaines gamines ne savent pas encore parler correctement à voix basse à leurs chère camarade de classe après tout, pour un élève banal entendre une fille dire : «Je m'en souviens, maintenant !! C'était quand on était ... euh ... tu sais, dans le puits ! Je suis pratiquement sûre de l'avoir vue, dans la bataille contre les zombies !» celui-ci la prendra pour une folle ou se poserait des questions.... Mais bon quand on est bête c'est pour la vie ! Mais bref de toute façon c'était tellement inintéressant ce qu'elle racontait que ça ne valait même pas la peine d'y prêter un peu plus d'attention... Et je devrais même dire que les choses n'avaient encore une fois toujours pas changée, en effet à peine arrivée en classe que Midoriko s'ennuyait déjà, ça commençait bien, mais il fallait être patient et attendre sagement la suite des évènements pour le moment elle se contentait d'observer ce petit monde afin de vérifier que tout ce qu'elle avait préparé fonctionnerait tout de même malgré la présence de Seika. Donc comme si de rien n'était et pour n'éveiller aucun soupçon la jeune femme se comportait comme dans un cours normal, comme elle faisait toujours. Celle-ci se mit à taper les doigts de sa main sur sa table pour s'occuper...Vous savez ce fameux bruit bien énervant du claquage des ongles sur la table et que vous savez l'effet que ça fait sur les autres et rien que pour les ennuyer encore plus vous ne vous arrêtez pas et vous le faites plus vite pour faire encore plus de bruit.... C'était aussi chiant que de griffer le tableau dans la classe, ça fait mal aux oreilles et ça énerve tout le monde. Bref tout en agissant ainsi la jeune femme regardait sa première cible d'une façon telle que personne ne pouvait s'en apercevoir... Observer les autres est toujours bon à faire, c'est dans des petits détails que vous trouver que vous pouvez retravailler votre plan plus amplement en modifiant quelques petits détails qui ne colleraient peut-être pas avec ce que vous voyez en ce moment. Mais apparemment ce n'était pas le cas ici. Cet individu avait l'air normal, il n'avez rien à voir avec son idiote de sœur son aura avait disons rien de bien particulier contrairement aux autres auras de la salle. C'était à dire vrai la seule aura "normale" dans cette salle, alors ça serait un jeu d'enfant d'en finir avec lui ???? Hmmm ne nous avançons pas trop vite ce n'est pas prudent, il ne faut jamais sous estimer quelqu'un même s'il vous parait être plus faible que la normale, enfin par normale je fait bien sûr une comparaisons avec les autres personnes de la salle. Car après tout c'est souvent comme ça que l'on se fait avoir, vous penser qu'une personne est faible, vous prenez trop confiance et BAM ! vous vous faites avoir comme un débutant.... Quoiqu'il en soit Mimi n'était pas comme ça, elle se méfiait de tout le monde et ne faisait confiance en personne donc ce n'était pas là le problème.

Le problème venait d'ailleurs, mais de pas très loin, puisqu'il était assis là au fond de la classe, les pieds sur le bureau juste devant lui, vous savez le gars typique qui montre bien qu'il n'en a rien à faire d'être ici... Enfin de ce côté, elle aurait été mal placée pour critiquer, puisqu'elle assise pareille sauf que ses pieds étaient sur la chaise d'à côté et non sur le bureau de devant, en même temps, il n'y avait pas de bureau devant elle puisqu'elle était assise à la première table près de la porte donc le problème est réglé. C'était bien évidement une aura assez singulière qui émanait de celui-ci, elle semblait d'ailleurs elle aussi bien différentes des autres, pour une étrange raison qui est à dire vrai inexplicable. Pourquoi bizarre ? Parce que celle-ci lui était très familière, l'aurait-elle connue dans une autre vie ? Non ce n'était pas ça, ce n'était pas cette même impression qu'elle avait eue lorsqu'elle avait croisé pour la première fois Kiraya, ici c'était différent, inexplicable même anormale. Qui était ce type ?? Yûri n'avait rien dit à propos de celui-ci, ce qui est assez bizarre car il avait l'air d'avoir à peu près le même niveau de force d'Aya, alors il ne pouvait pas être faible, quelque chose clochait.... Et Midoriko qui est toujours aussi curieuse voulait absolument en savoir plus, mais c'était impossible elle n'arrivait pas à entendre ce que ces deux garçon étaient en train de se raconter, les deux hanyo n'arrêtaient pas de chuchoter, enfin vue ce qu'on entendait peut-on vraiment dire qu'elle ne parlait pas à voix haute ? Non ça j'en doute, et en plus de cela t'avait l'autre frustré d'Aya qui n'avait de cesse que de se balancer sur une chaise qui en plus de cela était rouillé alors je ne vous explique pas le bruit... Pendant l'espace d'un instant elle aurait voulue gueuler sur les deux idiots et leur dire clairement de fermer leur clapet !!! Mais Midoriko faisait tout pour se contrôler et attendre avant de s'énerver... Son attention fut détournée en direction de la clébarde qui continuer à se balancer... b*rdel si seulement elle pouvait se casser la figure, elle arrêterais peut-être !!! Aussitôt dit, aussitôt fait, à peine avait-elle pensé cela que celle-ci tomba sur le sol...

* Il n'y a qu'a demander... *

Pff mais quelle idiote cette fille je vous jure !!! C'est alors que la jeune femme se retourna et se mit à regarder devant elle et retira les pieds qui étaient sur la chaise pour les mettre a sol... Quelqu'un qui venait du fond du couloir était en approche, en fait je devrais dire deux personnes étaient en approche, la jeune femme tourna instinctivement la tête vers la fenêtre et regarda l'heure, l'heure prévue était dépassé, en retard c'est du joli !! D'habitude ce n'était pas le genre de détail qui la dérangeait mais là puisqu'elle était pressé de partir, elle n'avait qu'une hâte c'est que le plan prévu commence vite et à l'heure, plus vite commencé plus vite terminé ! Bref les légers claquement des deux paires de chaussures se faisait plus près et rapidement la porte s'ouvrit enfin !!! Le "professeur" entra dans la salle de classe sans dire un mot suivit de près par Tao, celui-ci vient s'asseoir non loin d'elle avec un drôle d'objet dans les mains, Midoriko regarda un instant cet objet, il lui semblait qu'elle l'avait déjà vue quelque part...

* Hm ? C'est pas à Seika cette peluche ??? Comment cela se fait qu'il l'a entre ses mains ? *


NOOON !!! Ne me dites pas que ??? Alors il l'avait écouté tout à l'heure ? Alors ce n'était qu'une impression qu'elle avait eut lorsqu'il n'avait eue aucune réaction ? Ne me dites pas que Yûri est rentré dans la maison de Seika juste pour lui prendre cette peluche ? Qu'est-ce qu'il comptait faire avec ça ? Certes la jeune femme lui avait dit que la petite serait là, mais rien ne pouvait laisser prévoir qu'elle avait raison, et si elle n'avait pas été là qu'aurait-il fait ?? En tout cas sur ce coup si il avait de la chance, sa fille était belle et bien là... Maintenant il ne restait plus qu'a voir comment celle-ci allait réagir lorsqu'elle allait s'apercevoir que son père était dans la classe. Est-ce que le plan prévu dès le départ allait capoter ? Probablement en tout cas il y avait de très fortes chances, à moins d'un miracle, mais bon les miracles ça n'existe pas. C'est alors qu'après avoir inscrits ses symboles au tableau, Yûri commença son petit discours en ce mettant plus ou moins à insulter les élèves de la classe et faire un résumé des notes pathétiques des examens récents... En temps normal il aurait été drôle d'observer la réaction de Midoriko face à un professeur pareil, il aurait eut à peine le temps d'avoir dit ce fameux "bonjour" qu'il se serait déjà prit une tonnes de réflexions en pleine figure et cela aurait certainement mal tourné et nous aurions perdu du temps sur l'heure de cours... Mais aujourd'hui c'était différent de un parce qu'en temps normal la jeune femme ne participerait jamais à un cours de rattrapage parce qu'elle n'en as pas du tout besoin avec les notes qu'elle as, et de deux tout simplement parce qu'aujourd'hui le cours de rattrapage n'était qu'un prétexte pour rassembler ces personnes... Donc Midoriko ne parle pas, écoute et patiente tout simplement en attendant d'agir au bon moment.... Après le petit speech de son allié, si l'on observait de plus près le tableau, on pouvait se rendre compte que les différents symboles anciens se mirent à s'illuminer d'un violet foncé très particulier, il en était de même pour la pièce, celle-ci s'assombrit et l'on pouvait voir que tout les meubles disparaissaient l'un après l'autre d'une manière très rapide, jusqu'à ce que la pièce devienne entièrement noir. La jeune femme avait bien sûr eue le réflexe de se lever rapidement, lorsque le sol se déroba à son tour.

Un à un les élèves tombèrent dans un immense vide après avoir chuté de leur chaise, Aya devait se sentir moins seul à ce moment là, elle n'était plus la seule idiote par terre ! En tout cas il était rassurant de constater que le jeune homme aux cheveux noir et reflets bleus avait eue le réflexe de rattraper rapidement le casque et le sac qu'il avait posé sur le bureau où se cachait Seika, il en fallut de peu pour que celle-ci ne se fasse assommer par ces objets. La chute de ceux-ci fut assez brutale, ce qui ne fut pas le cas de Midoriko, mais malheureusement elle était trop loin pour avoir le temps de rattraper Seika que le vide l'avait déjà emporté très vite, de toute façon Midoriko chutait elle aussi en même temps bien entendue elle avait eue juste le temps de dresser une fine et légère barrière autour d'elle afin d'atterrir en douceur et debout à côté de ses deux alliés étrangement d'ailleurs puisque ce n'était pas le cas dans la salle de classe. Mais bref elle n'allait pas s'en plaindre, et de là où elle se situait celle-ci pouvait voir en hauteur ce qui se passait en bas, ça hurlait dans tout les sens alala c'était vraiment pitoyable de regarder ça, aucun ne se rendait vraiment compte qu'il s'agissait d'une illusion ou quoi ? Ils sont tous si idiots ? Il est vrai qu'en ayant vécue une illusion provoquée par Yûri, elle savait qu'en effets celles-ci étaient très réaliste, mais loin d'être une imbécile la jeune femme ne s'était même pas laissée bernée et là les voir courir dans tout les sens après ces "fantômes" dans leurs cauchemar et bien disons que :

- J'ai jamais assisté à un truc aussi ennuyant...

Dit-elle en soupirant... Franchement c'était grotesque !! Elle observa rapidement les cauchemars de chacun d'eux, une idiote qui hurle à la mort après sa copine jusqu'au moment où elle fit apparaitre une personne qui n'avait de cesse de la tuer... Passionnant, tu parles ouais !!! Et dans l'autre "prison" c'était quoi alors ? Ah ouais sa copine en question, alors voyons voir ? Une claustrophobe qui imagine en plus qu'elle se noie ou je ne sait quoi de ce genre dans du sang , mouais pas très originale vous me direz... Rassurez-vous à cet instant Midoriko pensait la même chose. Mais bon tout ça elle s'en moquait en fait.... La jeune femme s'avança jusqu'au bord du socle où elle se trouvait et jeta un dernier coup d'œil sur les cages avant d'agir...

- Voyons voir... Celui de Nakumo est à son poignet gauche, celui de Kiraya et sur son front... la clébarde n'as pas le sien et les deux types n'en ont pas... Hum ? C'est pas normale, je ne ressens plus la présence de Sei...

Dit-elle juste avant de faire un pas de plus et se laisser tomber dans le vide, elle commença d'abord à tomber rapidement pendant quelques secondes jusqu'à dresser un kekkai autour d'elle afin de descendre lentement, tout en croisant les bras, elle jeta un œil dans les cauchemar des autres filles mais elle n'y était pas...

- Mais où est-ce qu'elle est passé ? J'ai pas rêvé je l'ai vue tomber M**** fait chier !!

Ne pas trouver Seika était en plus d'être frustrant et énervant quelque chose d'inquiétant... En effet ces derniers jours la jeune femme avait bien observé la petite et celle-ci n'avait pas l'air dans son assiette, lorsqu'elle lui demandait si ça allait celle-ci affirmait toujours que oui ou bien que ce n'était pas grave que ça passerait... Mais la fillette mentais très mal, mais Midoriko savait aussi que si elle insistait trop ça risquait de dégénérer donc elle tentait de la croire tant bien que mal. Disons que ne pas la voir en ce moment et surtout ne pas sentir sa présence ça n'était pas rassurant mais espérons juste que celle-ci ailles bien. Elle ne pouvait pas être loin après tout. Tout en se remettant son premier objectif en tête, elle observa les "prisons" de deux garçon, premièrement celui de l'inconnu... Bizarrement il semblait connaitre Seika qui dans son cauchemar était recouverte de sang, heureusement cela faisait juste partie de son "rêve"... Tout à coup celui-ci absorba avec sa main tout les fantômes présents sur place tout en se mettant à hurler qu'ils devaient tous partir... C'était loin d'être un cauchemar ordinaire, Midoriko n'avait jamais vue cela jusqu'à présent...

- Enfin quelqu'un d'intéressant...

Mais dommage cette fois ci ce n'était pas à cet étranger qu'elle rendait visite, et celle-ci arriva à destination quelques instant plus tard. Elle franchit la bulle cauchemardesque du frère d'Aya, et de nouveau celle-ci était peu commune. En effet celle-ci semblait anormalement plus grande que les autres, la jeune femme avança lentement tout en observant l'environnement, en fait il n'y avait rien, il faisait juste noir, beaucoup trop noir à son goût, d'ailleurs on ne voyait rien alors autant faire un peu de lumière non ? La jeune femme fixa sa droite et une longue route de flammes apparue, elle fit la même chose pour le côté gauche... Ah on y voit un peu plus clair ainsi... Le gamin, sa victime n'avait donc peur de rien ? Très peu pour moi, tout le monde à peur de quelque chose et si ce n'était pas son cas, il regrettera de ne pas avoir eue une grande peur... Midoriko avança encore quelques mètres et vit le jeune homme assis par terre dos à elle en train de méditer... Huh ? Et bien il n'était pas très banal celui-là! Mais le voir là planté en train de ne rien faire ni même paniquer cela devenait un peu stressant pour la jeune femme, il avait l'air du type qui aimait bien faire son malin, mais il ne savait pas encore à qui il avait affaire et s'il voulait jouer son petit malin il allait être servit et avoir plus malin en face de lui ! Profitant que celui-ci soit dans ses pensées, la jeune femme l'empoigna par la nuque d'une seule main avant de le retourner pour avoir son visage en face d'elle, facile de faire ça lorsqu'on possède un fragment de perle dans le bras... Ah oui je ne vous avez pas encore préciser certains détails, enfin je ne penses pas... Le fragment que possède la jeune demoiselle n'est jamais au même endroit, enfin c'est très rare que cela soit le cas... Disons qu'il est souvent en mouvement permanent ce qui évite de se le faire voler par je ne sait quel tordu ou tout simplement pour avoir plus de force dans un de ses bras ou une de ses jambes, celui-ci circule dans son corps comme le sang circule dans ses veines donc bon, pas facile à trouver lorsqu'on est pas une puissante Miko !!! Quoiqu'il en soit l'aura de la jolie demoiselle était loin d'être calme, celle-ci s'était obscurcit en moins de temps qu'il en fallait pour le dire, ses yeux si bleu tout à l'heure n'était plus, la noirceur de son âme les avaient remplacé par une aussi belle couleur que celle-ci. Son regard pourrait vous sembler vide ce qui est le cas, celle-ci avait un air froid et je dirait même glacial qui ne laissait paraître aucune émotions, même pas de la haine, cela serait tellement plus simple si vous pouviez lire ses émotions sur son visage si elle en avait eue mais là, elle n'en laissait paraitre aucune, donc n'essayer pas de chercher... C'est même ce fameux air qui vous donne froid dans le dos, je dirait même qui vous glace le sang et pourrait presque vous faire mourir de peur... La jeune femme plongea son regard noir dans les yeux du jeune homme tout en lui lacérant le cou...

- Je me demande si en fait ça ne serait pas plus drôle si je te tuait... Ta chère petite sœur serait détruite !!!

C'est alors que dans un dernier soupir elle le balança par terre et lui frappa le côté de son cou pour l'assommer et le récupéra aussitôt en le portant sous son bras comme un vulgaire sac de patate (xD) Celle-ci s'apprêta à faire demi tour pour quitter la "prison" lorsque soudain elle vit au loin un petit quelque chose briller sur le sol... Qu'est-ce que c'était que ce truc ? Celle-ci fit donc les quelques mètres pour rejoindre ce petit truc, elle s'agenouilla par terre pour ramasser l'objet en question en ayant pris soin de poser son "objet" encombrant au sol et QUOIIIIII QU'EST-CE QUE C'ÉTAIT ???!!!

- Non mais, qu'est-ce ???

La jeune femme l'observa dans tout les sens, elle ne voulait pas le croire, c'était le fragment de perle que Seika avait mit en pendentif à une chaine, qu'est-ce qu'il foutait là ? Et pourquoi est-ce qu'elle ne l'avait pas sur elle, et surtout où était-elle ???? Qu'est-ce qui a bien pût se passer pour qu'elle le perde b*rdel !!! En tout cas, celle-ci comprenait mieux pourquoi elle ne sentait plus sa présence, mais au moins elle devait être dans cette "cage", la jeune femme se relevant reprenant en même temps sa victime se mit à regarder partout où elle pourrait se trouver, mais plus elle mettait de temps, plus elle s'énervait, elle n'avait pas du tout envie qu'il arrive quelque chose à la petite !!! Midoriko ne se le pardonnerais jamais puisque ça serait de sa faute, puisque c'est à cause d'elle qu'elle était venue à l'académie. Celle-ci avança un peu au hasard jusqu'à ce qu'elle entendit un cris venue d'un peu plus loin. Ce cris elle l'avait reconnue c'était la voix de la petite fille qui hurlait... La jeune femme avança d'un pas aussi rapide qu'elle le voulait mais elle avait beaucoup de mal étant encombré avec l'autre idiot, elle l'aurait bien balancé là sur le chemin elle aurait été beaucoup plus tranquille !!! Enfin bon quand on a pas le choix... Midoriko arriva dans un lieu bien étrange, serait-elle arrivée dans le cauchemar de Sei ?

En effet il y avait un immense lac qui se dressait devant elle à présent, mais pas de Seika en vue, jusqu'au moment où celle-ci aperçue une main sortir de l'eau puis quelque chose qui ressemblait à une tête, est-ce que c'était elle ? Elle était en plein milieu du Lac, donc la petite aurait peur de l'eau ou tout simplement peur de se noyer ? La jeune femme fit tomber sa victime au sol un peu perdue, disons qu'elle, elle ne savait pas comment faire pour stopper l'illusion, ce n'était pas dans ses cordes... Midoriko resta un moment immobile cherchant un moyen de la sortir de là, mais rien n'y faisait à part de l'herbe et toute cette maudite flotte il n'y avait rien M**** !!!!! Vous ne pouvez même pas vous imaginer à quel point c'était rageant pour elle de ne pouvoir rien faire, et de rester là à regarder un tel spectacle impuissante, mais p*tain Yûri n'aurait pas put faire attention s'il avait un quelconque doute face à la présence de celle-ci ??? Il ne lui était pas venu à l'idée de faire en sorte qu'elle aussi ne soit pas prise dans l'illusion M**** !!!! C'était bien jolie de faire ça pour les autres, c'était une bonne idée de piéger les autres dans une illusion mais elle RAAAHHHH !!! Pourquoi est-ce qu'il a fallut qu'elle vienne ??? Pourquoi est-ce qu'elle ne l'avait pas attendue chez elle comme c'était prévu ? Pourquoi est-ce qu'il fallait que Seika en fasse toujours à sa tête ? Regardez le résultat maintenant on est bien avancé là hein !! La rage de la jeune femme monta d'un cran, elle en voulait à tout le monde et personne à la fois, et "si ceci" et "si cela" blablabla, avec des "si" on refait le monde mais là c'était un peu tard pour y penser... Quelle idée d'être venue ici p*tain !!! C'est alors que tout à coup, la jeune femme sursauta, non pas qu'elle avait eue peur, mais elle venait de sentir une main complètement froide sur son épaule, tellement gelée que le froid passait même à travers la veste de la jeune femme... Elle se retourna et se demanda comment cela se faisait qu'elle ne l'avait pas sentit arriver...



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kidnapage ridicule, mais hasard encore plus ridicule (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ridicule, à se tordre de rire, niais... Qui à votre avis...
» Le ridicule ne tue pas... et c'est heureux!
» [résolu]Stat Vitesse ridicule
» Awards du lutteur le plus ridicule
» N'ais-je pas l'air... Ridicule? [Libre ^^]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chemin du temps :: Monde moderne :: Tokyo Academy :: Les Classes-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit