Le chemin du temps


Découvrez un univers dévasté par la guerre où des monstres vous menacent. Incarnez votre personnage préféré ou créez votre destinée, ramenez la paix ou engendrez encore plus de mal...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Partenaires  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La haine d'un enfant (Midoriko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seika Nako
|Little school Girl|Réincarnation de Kanna||Little school Girl|Réincarnation de Kanna|
avatar
Féminin
Nombre de messages : 70
Localisation : derrière vous avec un couteau
Amour : FLUFFY!!!<3 *lui fait un gros calin*
Arme : Tsuki et Taiyou
Date d'inscription : 28/04/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 1 Fragment
MessageSujet: La haine d'un enfant (Midoriko)   Juin 2nd 2010, 12:45 pm

Seika, elle en avait déjà vu de toutes les couleurs pour son jeune âge, mais ce n’était pas de voir c’était d’entendre. Entendre les pensées tordues d’un individu c’était atroce, même si cela ne paraissait pas sur son visage ou l’aura qu’elle dégageait. Sous sa coquille protectrice, la fleur sauvage en était traumatisée. Vous savez les moments ou on ne pas se boucher les oreilles et se cacher les yeux, sachant que on ne pourrait jamais y échapper. C’était le cas de Seika…jamais y échapper, jamais pouvoir être ‘’normal’’. C’était quelque chose qu’elle avait encore de la difficulté à accepter chez elle. Bien sur Sei trouvait ces dons avantageux à certain moment, mais pas toujours, surtout quand personne ne semble comprendre quand vous dites que vous avez l'impression de bruler de l'intérieur, sans savoir pourquoi. Les médecins eux disait que les organes de la petite auto détruisait. Sinon que la température de son corps était trop haute et à ce moment ses organes séchait. Ils n'ont jamais trouvés ce qu'elle avait. Ils avaient même dit que la petite fleur en mourait à long terme. Mais à chaque fois que l'enfant retournait voir les médecins, la date de sa dure de vie changeait à tout bout de chant. Conte à sa si grande haine elle n'était pas juste à cause de Yûri, mais aussi par les autres humains. Seika ne se comprenait pas mentalement, alors comment dire qu'elle aimait ou n'aimait pas quelqu'un c'était un vrai labyrinthe dans sa tête, mais pour le moment Midoriko n'était pas sur sa liste noir. La petite gardait toute même ses distances et ne baissa pas sa garde. Quand la jeune femme a cote d'elle parla Seika c'était mise a rigoler innocemment de la manière que Midoriko avait formuler sa phrase. Ce n'était pas en disant le prénom de son père qui la rendait en colère, c'était d'en entendre parler généralement. Qui il était.

-Comme tu veux, de toute façon il va avoir personne. Je comprends si tu dois partir d'ici peut de temps. Pourquoi il te poserait des milliards de question? Tu es partie un cour moment revenu et voilà fin d'histoire.

Sei n'avait pas grand chose à dire a ce sujet. Mido était une connaissance point finale et savoir la vie d'une amie à Yûri ne l'intéressait pas, sinon cela aurait été une autre histoire. La petite n'a jamais eu le cerveau bourrer de mensonge a son sujet, la gamine ce l'est fait elle même comme une grande. Seika était têtu. Elle écoutait rarement qu'es qu'on lui disait et préférait dire: ''non j'ai raison, tu as tord. Fin.'' Une petite peste celle-là, mais l'enfant savait quand s'arrêter et se dire qu'elle a tain la limite permise. Par conte elle adorait voir à quel point elle pouvait pousser quelqu'un a bout. Cela l'amusait, c'était son jeu préférer. Quelque peut lunatique la fillette regarda devant elle. Celle-ci espérait au fond d'elle même que ses parents étaient rentrés plus tôt, mais non quel déception. Elle poussa, alors un petit soupire décourager, mais alors Sei réfléchit un bref instant aux dernières paroles de l'inconnue. Cela la choquait, qu'es qu'elle essayer de faire? La contrôler. Es qu’elle se prenait pour l'autorité ou quoi? Capable de contrôler la gamine en un claquement de doigt. Elle se mettait le doigt dans l'œil. Midoriko avait fait un faux pas et elle l'avait surement remarqué. Surtout par le froid entre les deux. Seika essaya de se contrôler, de ne pas s'énerver et hurler à toute tête. Cela la rendrait très malade, déjà qu'elle ne se sentait pas très bien. Au point où l'enfant était rendu, il aurait des fortes chances qu'elle saurait mise à vomir son sang. Pourquoi demandez-vous? Quand celle-ci se mettait trop en colère ou éprouve de trop grandes émotions négatives, son sang se mettait vraiment à bouillir. Ne sachant pas quoi faire, son corps regettait qu'es qu'il lui nuisait. Ce n'était pas du tout agréable pour elle. La petite était mécontente et cela se voyait maintenant sur son visage. Seika trouva alors, que Midoriko poussait trop sa chance et par la suite elle se tourna la tête avec un regarde un peu en colère, mais avait toujours ce même petite sourire troublant colée aux lèvres. Elle ouvra finalement la bouche, mais le ton de sa voix était froid et hautain.

-Je sais qui est ma famille. Je sais leur nom...je courtoise même ma mère biologique, Mitsuru... AH ! Pendant que j’y pense. Si tu veux bien évidement, tu feras le message à ce chère père qu'elle est toujours en vie si ca l'intéresse. Ce qui est de qu'es que on m'a raconté à son sujet... Il y a personne qui ma dit de quoi. Je sais ce qu'il m’a fait. Il m'a mit de coté, il m’a getter comme une ordure...c'est tout. Et implique surtout pas mon frère dans tout ça. Il y a rien fait du tout et je lui en veux dans aucun sens du terme. De toute façon je vais tuer Yûri pour qu'es qu'il a fait.

Dit-elle tout simplement pas besoin de cacher son jeu. Quelqu'un l'aurait su un jour ou l'autre. Après cette courte discutions la petite fleur reprit son calme et arriva devant la porte de chez elle. En rentrant a l'intérieur il fessait noir jusqu'a ce qu'elle ouvre la lumière. La maison était vide de toute vie, mais chaleureuse. Sei enleva, alors ses souliers et fit signe a Midoriko de rentrer. Celle-ci regarda alors sur un petit ban pas très loin de l'entrée et vu un petit mot de sa mère Kira qui disait qu'elle ne rentrerai pas avant la fin de semaine...Super une semaine toute seul. Bon temps pi ca fait moins de problème. Avant qu'elle se dirige ver la cuisine elle déchira en petit morceau le mot et getta le reste au vidange.

-Bon…est voilà je suis chez moi ici. Pourquoi tu m'a pose cette question plutôt? Tu ne penses pas que tu pouse trop ta chance avec moi?

Dit-elle en ouvrant sa boite de Pocky et en proposant a Midoriko, fallait bien être polie des fois. Vous savez les Pocky, cette petite boite contentent des petits bastonnaits enrober de chocolat. Cette friandise était la préfère de la petite fille elle ne pourrait jamais s'en passe.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La haine d'un enfant (Midoriko)   Juin 3rd 2010, 1:01 pm

Vous savez qu'il est vraiment très intéressant parfois de voir comment certaines personnes réagissent à ce que vous dites ? Tout le monde est ainsi : lorsque quelqu'un vous dit une chose, vous fait une réflexion qui vous déplait ou tout autre chose du même style, il est très très rare que vous ne réagissez pas mal. Bon bien sûr vous n'allez pas en venir aux mains tout le temps, disons que vous allez avoir une attitude plutôt négative avec cette personne, surtout si vous ne la connaissez pas depuis longtemps. C'est normal on est tous pareil, on a un certain niveau de susceptibilité même si l'on dit ne pas l'être. Et comme vous vous en doutez, je ne devrais même pas à avoir à vous le dire tellement c'est évident, Midoriko n'échappe pas à la règle, étant elle même très très susceptible, qui réagit au quart de tour, qui cris tout le temps enfin bref vous commencer à la connaître maintenant. En plus de cela, lorsqu'elle pense quelque chose, elle n'est pas du genre à avoir la langue dans sa poche, elle ne va pas mettre des gants juste pour ne pas vous vexer, au contraire elle serait même capable d'en rajouter encore plus pour vous vexer d'avantage. Pourquoi ne le ferait-elle pas après tout ? Les autres ne se gènes pas avec elle donc il n'y a pas de raison qu'elle n'en fasse pas autant, c'est son caractère, elle est comme ça et tant pis si ce qu'elle vous dit ne vous plait pas, elle va pas faire la fille toute gentille pour vous faire plaisir !! Bien sûr parfois elle sais qu'elle devrais tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler mais bon, c'est dit c'est dit, on ne vas pas revenir en arrière pour ça.

Bien sûr ce que la jeune Seika lui avait répondue était correcte, elle n'avais aucune justification à donner sur son absence mais disons qu'elle n'avais pas envie d'entendre ses réflexions plus qu'idiotes et que de toute façon quoiqu'elle dirais il aurait toujours un truc à dire pour la critiquer, et Mido avait juste envie que celui-ci ne la saoule pas avec tout ça et que de toute façon le ton finirais forcément par monter. Oui car monsieur tenterais surement de lui donner des ordres de la contrôler etcétéra, celui-ci ne semblait pas encore comprendre qu'elle ne se laisserais jamais faire, qu'elle n'était pas un pantin et qu'elle n'en serais jamais un et que cela ne servirais à rien d'essayer; celle-ci finirais par le frapper même si ça ne lui ferais pas grand chose. Bref elle voulais juste pour une fois avoir la paix et qu'il ne cherche pas à l'énerver pour des bêtises pareilles. Donc Midoriko ne préféra pas répondre à la petite Seika, après tout qu'est-ce qu'elle en a à faire de ça ? Comme ci ce type pouvais être un sujet de conversation intéressant pffff et puis quoi encore ?! Quoiqu'il en soit les deux jeunes filles ont déjà ça en commun elles détestent Yûri.

Cependant il semblerais que la réflexion que la Miko avait fait à la petite fille lui avait fortement déplut, cela se voyait elle lui répondait de manière très froide, ce qui était compréhensible. Qui aime entendre l'avis d'une inconnue qui se permets de dire des choses sur la vie privée des gens ? Seulement ce n'était pas dans les intentions de Midoriko de contrarier la jeune fille, elle n'avait juste qu'exprimer un simple avis, personne ne lui avait demandé de l'écouter et faire ce qu'elle a dit. En même temps, qui prends la peine d'écouter ce que la jeune femme à a dire ? Depuis quand son avis intéresse-t-il quelqu'un ? Jamais ce n'est arrivé et cela ne changerais certainement jamais. La preuve est là, si quelqu'un se serait intéressé à ce qu'elle pense, elle ne serais jamais devenue ce qu'elle est maintenant, elle n'as pas été abandonné pour rien non ? Il y a bien une raison sur le fait qu'on pose des avis de recherche sur elle un peu partout en ville et c'est tout simple : pour se débarrasser d'elle discrètement sinon cela ferais mauvais genre vis-à-vis des autres. Ce qui dans un certains sens lui était très profitable, cela lui donnais une raison de plus pour détester ce monde pourris, et de nourrir sa haine grandissante de jour en jour, rien que d'y penser une aura maléfique se forma autour d'elle et elle ne pouvais pas s'empêcher de serrer très fort les morceaux de papiers du journal qu'elle avait déchiré plus tôt. Mais c'est d'ailleurs aussi l'une des raisons qui faisait qu'elle n'avait pas envie de rester trop longtemps dans ce monde, elle en avait assez de venir ici, elle le supportais de moins en moins. C'est tout de même pénible à chaque fois qu'elle reviens ici, il lui arrive quelque chose de désagréable ! La dernière fois, un accident qui a faillit lui couter la vie à peu de choses près et maintenant cette prétendue disparition depuis deux mois et comme par hasard on en parle que aujourd'hui ? Et pourquoi ça ? Ce n'est pas vrai, personne ne la recherche !!! Si ça avait été le cas, on lui aurait demandé ses papiers d'identité à l'hôpital, la police serait venue, et là non il n'y avais rien eue de tout ça, tout le monde s'en foutait complétement de savoir qui elle était de où elle venait. C'est assez grave en y réfléchissant, une gamine de seize ans arrive à l'hôpital suite à un accident de voiture et personne ne cherche à savoir qui elle est ! Personne ne se dit qu'on pourrait la rechercher ?! Qu'on s'inquièterait de ne pas la voir rentrer chez elle ? Il faut croire que non, on préfère attendre deux mois, et après les gens s'étonnent que les enfants disparus ne sont jamais retrouvés ? On ne cherche même pas après !! Elle aurait pût être morte et personne ne l'aurais sût... C'est vraiment dramatique. La jeune femme soupira un peu, ça l'ennuyait que la petite fille ne semblait pas avoir compris que c'était juste un avis. Ce qui est assez rare car d'habitude elle n'est pas du genre à se soucier de ce que peuvent penser les autres... Mais étrangement pour on ne sait quel raison ça la dérangeait vraiment...

Après plusieurs minutes de routes, les jeunes filles semblaient être arrivés à destination. La petite demoiselle poussa la porte et rentra dans sa maison, elle ouvra la lumière, retira ses chaussures et invita la jeune femme à rentrer, celle-ci entra calmement dans la pièce. Seika pris un mot qui était posé sur le banc dans l'entrée et se dirigea ensuite dans la cuisine et revient ensuite près de Midoriko et lui dit tout en proposant des friandises :


-Bon…est voilà je suis chez moi ici. Pourquoi tu m'a posé cette question plutôt? Tu ne penses pas que tu pousse trop ta chance avec moi?


La jeune femme pris un Pocky et répondis à Seika calmement :

- Moi pousser la chance avec toi ? dit elle en souriant

- Pourquoi est-ce que je ferais ça ? C'était juste un avis, tu en penses ce que tu veux, tu fait ce que tu as envie, c'est pas moi qui vais te dire ce que tu dois faire ou ne pas faire, c'est pas mon rôle, je suis personne pour te dire ce que t'a à faire et ce n'est certainement pas moi qui vais t'empêcher de tuer ton père. Et je ne vois pas pourquoi j'impliquerais Tao et j'ai pas l'intention de me mêler plus de vos histoire ça ne me regardes pas et ça ne m'intéresses pas le moins du monde, mais je veux bien lui dire pour ta mère et toi mais ça s'arrêtera là.

Puis elle commença à manger un morceau du Pocky avant de finir

- J'ai juste dis ça comme ça. De toute façon ce n'est pas moi qui va te juger pour ce que tu penses... Je sais beaucoup trop ce que c'est que d'être dans cette situation, si ça se trouve je réagirais certainement pareil si je un jour je découvre qui sont mes parents biologiques et s'ils sont toujours en vie... dit-elle avant de soupirer

-Même si je te connais pas, j'ai pas envie que tu vive plus ou moins les même choses que j'ai vécus, bref.


Ce n'est pas tout les jours, que la jeune femme prends le temps de s'expliquer lors d'une divergence, mais là étrangement il le fallait, elle n'aimais pas que la petite fille crois des choses qui n'était pas vrais. Même si maintenant elle sais qui est Seika, elle ne va pas tenter de l'influencer ou quoique ce soit d'autre, elle voulais juste lui donner son avis, même si celle-ci n'en avais pas forcément besoin. Bien qu'elle semble jeune, elle est capable de prendre ses propres décisions non ? Peut-être qu'inconsciemment elle lui avais dis cela parce-que elle justement n'avais jamais eue cette option de pouvoir connaître la vérité. Quoiqu'il en soit elle n'allais pas s'excuser ou retirer ce qu'elle avait dis, après tout elle n'avais fait qu'être franche avec cette enfant. Combien de personnes le sont ?
Revenir en haut Aller en bas
Seika Nako
|Little school Girl|Réincarnation de Kanna||Little school Girl|Réincarnation de Kanna|
avatar
Féminin
Nombre de messages : 70
Localisation : derrière vous avec un couteau
Amour : FLUFFY!!!<3 *lui fait un gros calin*
Arme : Tsuki et Taiyou
Date d'inscription : 28/04/2010

Feuille de personnage
Pouvoir:
100/100  (100/100)
Alignement(Bien ou Mal)::
Shikon no Tama :: 1 Fragment
MessageSujet: Re: La haine d'un enfant (Midoriko)   Août 5th 2010, 1:09 am

Seika écouta attentivement Midoriko. Tristement la petite fille avait fonce tête la première en passent qu'on attaquait sa personne et non lui donne un point de vus. Elle baissa alors la tête, la petite fille croyait que celle-ci était en colère contre elle. Jamais Midoriko allait pardonner son comportement. Une raison pourquoi Seika ne s'entendait jamais avec les autres filles, c'était qu'une femme était très cruel et la moindre petites erreur pouvais gâcher une amitié ou une conversation et dans les pires moment elles étaient assez cruel pour faire la vie d'une personne un enfer. La petite fille le savais et essayait d'être différente de ne pas embarque dans le même bateau qu'elles. Elle ne voulait pas se retrouver seul, après tout c'était sa plus grande peur, la solitude. C'était si effrayant...celle-ci croyait que la solitude était pire que la mort. Sa mère lui avait expliquer que quand on meure on ne sens plus rien...c'était le vide, mais quand on n'es vivant et il y a personne pour nous donner de l'affection c'était de la torture, c'était une émotion inexplicable. On n'avait l'impression que l'on pourrait maudire le reste du monde et qu'ils meurent touts ça ne fait rien. Seika l'avais déjà ressentie une fois et ne voulait plus jamais sentir ce que sa mère lui avait expliquer. À ce moment Sei arriva pour dire qu'elle était désoler, mais elle en n'a pas eu la chance. Mido avait d'autre chose à dire. Seika avait finalement remarquer qu'elle avait trop parler. Sa plus grande peur pour l'instant était que celle-ci dise à son père son but...que son plan allait être beaucoup plus difficile a accomplir. Elle se mordillait la lèvre inférieur. Se traitant d'idiote au fin font d'elle même, quel bêtise elle avait fait. Elle leva, alors les yeux. Son regard semblait vide de toute vie un œil était blanc et l'autre rouge sang. Pour un cour moment celle-c i eux l'idée de tue Midoriko, d'éliminer la seul preuve...c'était sa conscience qui lui parlait cette petite voix dans sa tête qui lui disait:

*'' Qu'es que tu attend elle est devant toi! Tue la tout de suite, sinon elle va te nuire plus tard...nuire a tes plans. Elle va tout dire celle-la. Elle n'est pas capable de garder sa langue dans sa poche. Fait appelle a moi je saurais comment l'éliminer. Je suis une ombre, l'ombre des gens, leur visage cache, leur vrai nature.''*

À ce moment une sorte d'aura maléfique entoura de la petite fleur. Cette aura était terrifiante pour la majorité des être vivants qui la ressentait. Si on regardait correctement on aurait dit quelqu'un était derrière Seika, une créature avec deux yeux doré qui prenait forme de la jeune Miko à petit pas. C'est a ce moment que Seika secoua la tête et reprit ses esprits. Non là elle devenait paranoïaque. Midoriko voulait l'aider pas la nuire, déjà de faire le message de l'existence de sa mère a son père était gentil de la par d'un inconnu. Son regard redevint normal. Seika sourit bêtement à la seconde réponse de Midoriko. Es qu'elle se souciait d'elle? La petite fille ne savait pas. Elle était encore trop jeune pour comprendre le comportement des être vivant. Es qu'ils étaient gentil ou méchant? Ou es qu'ils était née pour manipuler tout le monde pour arrivé a leur fin...Le silence était présent. La petite était confuse de nouveau. Elle ne comprenait rien...toujours rien, pourquoi rien! POURQUOI! Pourquoi tout était si chiant pour elle.

C'est a ce moment que Sei décida de ce pose d'autre question. C'était la seul façon d'apprendre sur Midoriko. Elle ne pouvait pas fouiller complètement dans la tête de Mido, mais elle pouvait au moins lui poser des questions. Surtout le fait que les deux jeune fille n'aimait pas Yûu. Pourquoi elle restait encore a ses coté? C'était a son tour de parler.


''Midoriko...pour commencer je suis désoler j'étais trop sur la défensive c'est un de mes défauts et je ne suis pas comme les autres personne qui ne font que manipuler pour arriver a leur fin. Maintenant c'est à mon tour de dire mon opinion Mido hihi. Je crois que ce n'es pas tout le monde qui est méchant dans ce monde...Tu es peut-être tombe sur les mauvaise personne, la mauvaise route c'est tout. Cela peut arrivé et au juste....pourquoi reste tu avec Yûri si tu prêtent le déteste. Un peu plus et je me dis que c'est l'amour fou, mais tu veux pas l'admettre.''

La jeune fille accota, alors sa tête dans la pomme de sa main avec un regard moqueur et provocateur. Un rire sarcastique à alors sortie de ses lèvres. La gamine trouvait la manière de pense de Mido à ce sujet très drôle. Ahhh...ca doit être sa que sa mère adoptive voulait dire au sujet d'aimer quelqu'un, mais pas ce l'admettre. Elle garda toujours son regard moqueur. Son regard changea alors de direction, pour regarder l'heur. Il était seulement 18:45. Ca doit être bientôt le souper.

-Ne le prend pas personnelle Mido-chan ''Nippah''. Que dit tu de souper ici. Je te le propose, a vrai dire ca ne me fait pas de tord de parler avec quelqu'un et toi du même. Je crois que nous en avons tout les deux de besoin. Alors tu veux ou pas, je ne vais pas t'obliger a reste si tu ne veux pas. Et merci une claque ça me fait du bien de temps a autre.

Celle-ci resta patiente a attendre, Elle ce croisa les gambes et manga ses sucreries avec un sourire très joyeux. C'était fou comment on pouvait croire que cette fille n'avait que 8 ans et pouvait être aussi mature. Un peux énervante et provocatrice, mais très mature quand elle s'y mettait. Mido avait gagner une partie de sa confiance et son respect...ce n'était pas a n'importe qui qu'elle était gentil a ce point, même de l'inviter à souper chez elle. Pour être honnête Seika avait besoin d'être avec quelqu'un qui la comprenait un minimum cela lui fessait du bien, mais trouvait dommage que tout deux soit dans des camps ennemis si on pouvait le dire comme cela. Comme c'est dommage, mais tel la vie en n'a décider. Peut-être que si Seika était assez patiente, elle pourrait mettre Midoriko contre Yûri. Pour l'enfant son nouveau plan n'était qu'un petit jeu pour rire de cet homme en pleine figure. Elle ne voulait pas manipuler sa nouvelle amie, non loin de là...elle voulait simplement l'avoir a ses coté, de ne pas devoir a ce battre contre elle. Seika se doutait aussi que cette tache ne aurait pas facile. Une partie très intéressante saura t-elle...un peut de défi lui fera aussi du bien surtout contre un ennemi qu'elle ignore presque tout, mais elle avait un petit avantage pour le moment, car lui ne savait surement rien d'elle ou même de son existence. Toute fois le temps pressait. Lorsque Midoriko parlerai de Seika a Yûu...Celui-ci va être capable de s'informer assez rapidement a son sujet. Après il était surement pas n'importe qui, voilà le hic. Celle-ci resta tranquille en réfléchissant à son petit jeu dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La haine d'un enfant (Midoriko)   Août 13th 2010, 2:37 pm

"Mido" ? "Mido-chan ?" Un surnom...

Un surnom ??? Mais ce n'est pas un petit nom que l'on est censé donner à quelqu'un qu'on affectionne ? Qu'on aime bien ? Midoriko fut assez surprise de ce qu'elle venait d'entendre... C'était bien la première fois qu'on lui avait donné un surnom. Oh bien-sûr il y a ses camarades de classes mais bon, disons que ceux-ci n'en savent pas assez sur la jeune fille pour que cela ait comment dire... ait l'impact réel qu'est censé être un surnom, vous voyez ? Mais cette fois c'était différent. Cette petite commençait-elle vraiment à faire confiance en la jeune femme, ou était-ce une ruse ou je ne sais quel plan pour tenter de la manipuler ou je ne sais quel genre de chose encore ? Tout comme la petite semblait le prétendre, Midoriko était elle aussi une personne sur la défensive et était loin de se laisser marcher dessus, alors pourquoi croirait-elle celle-ci ? Parce que c'est une enfant ? Hum certes oui, mais ce n'était pas la fille de n'importe qui, et déjà qu'elle n'avait pas du tout confiance en Yûri, pourquoi ferait-elle confiance à sa fille ? Ça serait un peu bizarre non... Mais d'un autre côté, il est vrai que celle-ci la protégée en quelque sorte et l'a aidé à s'échapper... C'est de famille se genre de chose peut-être ? Néanmoins il y avait quelque chose d'étrange chez cette petite fille, enfin pas quelque chose d'anormal mais plutôt quelque chose impossible à expliquer et comprendre... Certes les deux demoiselles semblent avoir le même caractère, mais, Midoriko ne voulait pas la laisser "seule", la jeune femme semblait déjà bien apprécier cette petite alors qu'elles ne se connaissaient que depuis quoi, une heure ? Deux heures ? Mais pourquoi d'ailleurs ? Pourquoi elle ne peut s'empêcher de vouloir aider cette petite fille ? Il y avait tellement de choses incompréhensible pour la jeune femme... En effet, pourquoi Seika semble à ce point détester son père ? Alors qu'avec Tao c'est tout à fait l'opposé ? Quelque chose clochait, ce n'était pas logique, les deux enfants semblaient ne pas avoir la même version sur leur père, on dirait même qu'ils parlent de deux hommes différents... Toute cette histoire semblait vraiment compliquée, mais Midoriko ne voulais rien savoir pour une fois, c'est vrai que c'est une personne très curieuse mais comme je vous l'ai dis récemment, elle sais quand s'arrêter si on peut dire. Disons que les affaires de familles c'était pas son problème et si cela se trouve c'était peut-être pas si intéressant que cela leur problèmes... Comme si la vie de ce type pouvait intéresser Midoriko pff il manquerait plus que ça non ? Mais cependant pour une raison obscure elle se faisait beaucoup de soucis pour Seika, peut-être parce que d'après ce qu'elle venait de lui raconter, elle se revoyait en elle ? Qu'il semblait lui arriver un tas de mauvaises choses et que Mido ne voulais surtout pas que quelqu'un d'autre vive ce qu'elle même a vécut. Les choses semblaient vraiment être très très compliqués... Seika avait l'air d'avoir un sacré caractère et n'avait pas sa langue dans sa poche pour dire ce qu'elle pensait des gens. En effet celle-ci commençait à dire que oui il n'y avais pas que des être mauvais sur cette planète et ce genre de choses... Mais pauvre Seika, elle était encore jeune et n'avait encore rien vue de ce qui l'attendait. Elle devait avoir quoi 8 ans ? La jeune femme était certes un peu plus âgée qu'elle mais celle-ci avait eue la chance, ou le malheur d'avoir dégustés toutes les horreurs de ce monde et ceci dans deux vies... Deux vies et l'on dirait bien que le cercle infernal recommence ! Tout son entourage proche se servant d'elle, la trahissant, la manipulant et tout ça pour quoi ? Pourquoi oui ?!!! Bonne question... Et qu'elle était donc cette réponse ? Elle-même ne le savait pas... Qu'avait-elle donc bien fait pour mériter cela ? L'on ne pouvait pas dire que c'était un monstre dans son ancienne vie et qu'elle paye tout le mal qu'elle a fait dans sa nouvelle vie. Non on ne pouvait pas dire ça !!! Puisque c'était absolument le contraire !!! Midoriko avait passé sa vie au services des autres, à aider, protéger, sauver des vies sans jamais rien demander en retour, même pas de l'argent de la nourriture ou quoique ce soit, non rien de tout cela. Elle faisait ça parce qu'elle le voulait... Et voilà qu'un jour un homme, enfin un démon vienne à tout détruire, détruire les meilleures choses qu'elle avait faite... Et pourquoi ? Qu'avait-il donc à gagner ? Le respect des autre démons ? Pff mais non bien sûr comme si un démon attendait que cela avoir le respect des autres démons la bonne blague ! Non c'était tout le contraire de celui-ci. Comme la plupart des démons il voulait de la puissance, du pouvoir, bref diriger tout et tout le monde, avoir le contrôle sur tout et en totalité. Mais le problème était bien là justement, il ne pouvait pas ! Il ne pouvait pas régner en maitre sur ce monde parce que Midoriko était là pour l'en empêcher, lui ou les autres et cela était bien normal c'était son travail, même si bien sûr elle ne voyait pas ça comme un travail, enfin je dirais plus qu'elle ne voyait pas cela comme une contrainte. Midoriko devait faire ce qui était juste, ce qui lui semblait juste à cette époque. Oui à cette époque pour elle, c'était impossible qu'elle laisse un démon s'en prendre à quiconque. Aucun démon ne devait s'adresser à un être innocent, elle devait tout faire pour les empêcher de nuire, même si cela devait lui en couter la vie. Et oui...Depuis toujours, Midoriko est suicidaire ! Enfin non pas suicidaire mais disons qu'elle ne tient pas à sa vie, que celle-ci lui est complétement égale et qu'elle n'avait jamais compris pourquoi les autres tentent à ce point de lui sauver la vie. Bref comme vous le constater, pas mal de choses ont changés dans sa vie, disons surtout ses points de vues sur les démons et être innocents; je dirais que maintenant ça lui ait tout à fait égale que telle ou telle personne inconnue ne meurt, même sous ses propres yeux. Et c'est bien ça le hic ici, elle ne voulais pas qu'il arrive malheur à la petite Seika, qu'importe l'enfant de qui elle est, celle-ci ne mérite pas cela, aucun enfant en fait.

Quoiqu'il en soit Seika se montrait tout à coup être une personne vraiment très amusante. La voilà maintenant qu'elle se met à dire que la jeune femme était amoureuse de Yûri, c'était vraiment risible ! Comme si elle, ELLE ! Pouvait aimer Yûri hahaha vraiment trop drôle ! D'ailleurs, elle se retenait de rire, mais c'était impossible, elle n'y arrivait pas, et finit par éclater de rire...

- Hahahaha, Moi ? Aimer Yûri ? Hahaha elle est bien bonne ! J'aimerais vraiment bien savoir pourquoi tu dis et pense cela... Mais franchement je ne savait pas que tu était si drôle. Je n'avais pas rie comme ça depuis.... Longtemps.

Non Midoriko était loin de l'aimer, certes elle exagérer peut-être en disant qu'elle le détestait mais bon, c'était un peu complexe à expliquer, elle n'avait pas confiance en lui, elle sentait que ce n'était pas quelqu'un de fréquentable, et qu'il faudrait être vraiment très stupide pour ne pas remarquer que c'était un manipulateur de première. Et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle elle restait avec celui-ci :

- Hum sérieusement pour te répondre... C'est par curiosité, je veux juste savoir jusque où il est capable d'aller pour arriver à ses fins... Ouais je crois que c'est pour ça. Certes il m'as sauvé la vie et que peut-être j'ai une dette envers lui, mais disons que ce n'est pas pour cela que je vais me mettre à son service, faire tout ce qu'il veut etcétéra... Mais si on évitait de parler de lui ?


C'est vrai ça, pourquoi parler tout le temps de lui ? Ce n'était pas le centre de l'univers à ce que je sache !!! Et rien que de parler de ce type, elle se mit à se remémorer un souvenir, qu'elle n'avait pas envie de se rappeler, ce jour où...Dans un de ses moments de folie ou je ne sais trop quoi, celui-ci avait osé la toucher, il avait osé l'embrasser, comme ça !!!! Sans son avis, sans son autorisation !!! Rahhhh rien que de penser à ce jour, ça l'énervait, elle ferma les yeux et secoua sa tête, elle ne voulait pas se rappeler de cet instant, c'était pas du tout quelque chose qu'elle avait apprécié, alors pourquoi devrait-elle encore y repenser maintenant ??? Non non non hors de question d'y repenser ne serait-ce qu'une seconde de plus !!! Aller stop on efface tout et on fait comme si cet instant n'était jamais arrivé d'accord ?!

Enfin bref ! Sei changea de sujet et proposa à la jeune femme de souper avec elle, dans sa maison. Midoriko n'avait pas remarqué à quel point il commençait à être tard, elle aperçue une horloge qui indiquait 18H45. Déjà ? Et oui on ne pouvait pas le nier, le temps passait vraiment vite en compagnie de cette petite fille et c'était bien loin d'être déplaisant. Seulement voilà, qui disait souper chez quelqu'un disait aussi que les parents de cette personne ne tarderaient donc plus à rentrer à la maison... Ce qui bien sûr n'était pas du gout de Midoriko; en effet la jeune femme ne supportais plus la présence de toutes personnes portant le nom de "parents". Celle-ci ne voulait pas côtoyer des adultes, enfin surtout ce qui sont parents. Les parents n'étaient pas des personnes en qui l'on pouvait avoir confiance, impossible de croire toutes les bêtises qu'ils racontent. Mais pourtant, pourtant... Quelque part elle avait bien envie de dire oui, inconsciemment elle voulait mais... Arg ! Bon sang depuis combien de temps n'avait-elle pas fait de vrai repas en famille ? Hum des lustres !! C'est vrai. Bien avant que tout cela n'arrive, bien avant que Midoriko découvre la vérité sur ses parents adoptifs, il y avait fort longtemps qu'ils ne se voyait presque plus. En effet ces personnes était des "hommes" d'affaires et voyageait tout le temps à l'étranger et n'était que très rarement à la maison. Quand vous êtes petits c'est simple, vous pouvez voyager avec eux un peu partout mais quand vous grandissez, ce n'est plus la même chose, c'est plus compliquer, vous devez suivre une scolarité donc si vous déménager tout le temps, vous êtes sûr que celle-ci sera fichue. Alors que faire ? Et bien vos parents ne vont pas s'arrêter de travailler pour vos beaux yeux non ? Alors c'est simple, ils partent travailler pendant plusieurs mois, vous laisses de l'argent, de quoi vivre et le reste et bien, vous vous débrouiller !! Ils font en sorte de payer tout ce qui concerne les factures depuis l'étranger et le problème est réglé, puisqu'il n'y a pas de problèmes. Le seul hic, c'est que vous ne les voyez donc jamais ou très peu, vous rentrer chez vous et vous avez beau dire "je suis rentrée !!! " et bien personne ne va vous souhaiter la bienvenue puisque vous êtes seule. Alors vous manger seule, vous vivez seule, bref c'est pas une vie toujours des plus agréables quand vous êtes adolescent... Même si vous aimez votre liberté, quelques fois c'est bon d'avoir des parents pas trop loin, surtout quand vous n'avez pas d'autre famille qu'eux. Je vous assure que c'est pas toujours marrant de manger seule, vous en avez vite marre et vous aimeriez bien de la compagnie, mais vous n'en avez jamais ! Et qu'importe si vous vivez dans une petite ou grande maison je vous assure que quand vous êtes seule comme ça, tout vous parais vide, immense, horrible à vivre... Était-ce ça le genre de vie que vous voulez donner a vos enfants vous les parents ? Était-ce ce genre de vie que Midoriko s'était imaginée avoir ? Non. Non elle en avait marre de tout cela, et quelque part c'était bien pour elle que toute cette histoire parte en fumée. De toute façon cela faisait déjà bien longtemps qu'elle se sentait orpheline... Même s'il est vrai que vivre au sanctuaire avec trois autres personnes, cela faisait du changement mais bon, c'était pas pareil, de toute façon elle ne s'y sentait pas à sa place, elle se sentait à sa place nulle part. Elle ne connaissait pas ces gens, n'était pas amis avec eux, elle n'avait rien pour elle là bas, ce n'était pas chez elle. D'ailleurs elle se sentait chez elle où hein ? Nulle part ....

Midoriko resta pensive à la proposition de Seika puis soupira légèrement embêté face à sa proposition... Elle se leva et regarda la petite avant de dire....

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, tu sais...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La haine d'un enfant (Midoriko)   Mars 18th 2011, 4:39 pm

Bon ben moi j'abandonne. J'estime avoir assez attendue. Topic verrouillé !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La haine d'un enfant (Midoriko)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La haine d'un enfant (Midoriko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le chemin du temps :: Hors jeux :: ARCHIVE(S) :: [†]Poubelle land![†]-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit